Leral.net | S'informer en temps réel



Le suspect parle d'une reddition "en fin de soirée"

le 21 Mars 2012 à 19:23 | Lu 604 fois

Le suspect parle d'une reddition "en fin de soirée"


vidéo Le tueur présumé de Toulouse et de Montauban, retranché dans un immeuble, a parlé d'une reddition mercredi "en fin de soirée" et a revendiqué les trois attaques dans lesquelles il dit avoir agi "seul", a déclaré le procureur de Paris François Molins. Le suspect au scooter s'apprêtait à tuer deux policiers. Le scooter a été retrouvé, une Clio pouvant contenir des armes et des munitions recherchée. Les négociations sont décrites comme "longues et difficiles", compte tenu du "caractère bien trempé" du jeune homme. Annoncée plus tôt par plusieurs médias, le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a démenti une "arrestation" du tueur présumé.
Mohamed Merah projetait d'assassiner "deux fonctionnaires de police particulièrement identifiés de l'agglomération" toulousaine ce mercredi, a annoncé le procureur de Paris. "Il n'exprime aucun regret", sinon de "ne pas avoir fait plus de victimes", et se glorifie d'avoir "mis la France à genoux", a ajouté le procureur, François Molins. La journée de mardi, quand sont arrivés les résultats des analyses des vidéos et du profil psychologique, a été un "vrai tournant des investigations", a-t-il ajouté.

Le scooter a été retrouvé, une Clio pouvant contenir des armes et des munitions recherchée. Des "explosifs" ont par ailleurs été retrouvés lors de perquisitions dans la voiture de l'un des frères de Mohamed Merah qui a été interpellé mercredi matin, a-t-on appris de source policière. Selon les premiers éléments de l'enquête, il s'agit du frère "engagé lui aussi dans l'idéologie salafiste", comme l'avait qualifié le ministre de l'intérieur Claude Guéant mercredi matin peu après l'annonce de son interpellation. La nature de ces explosifs n'a pas été précisée.

La France attendait mercredi l'arrestation du suspect des tueries visant des militaires et des juifs dans le sud-ouest, un jeune Français d'origine algérienne se réclamant du jihadisme retranché dans un immeuble près duquel est arrivé Nicolas Sarkozy.

"Je démens, c'est faux", a déclaré le ministre après les affirmations de certains médias selon lesquelles l'auteur présumé de sept assassinats avait été arrêté. "Les négociations continuent", "elles sont toujours en cours", a-t-on indiqué par ailleurs de sources proches de l'Intérieur.

SOURCE:7sur7.be