leral.net | S'informer en temps réel

Le syndrome Decroix guette le PDS (Par Amadou Diouf)


Rédigé par leral.net le Dimanche 18 Octobre 2015 à 16:52 | | 12 commentaire(s)|

Le syndrome Decroix guette le PDS (Par Amadou Diouf)
Au plus fort de la crise à And Jëf (AJ), Mamadou Diop Decroix avait convoqué un congrès du parti pour débarquer Landing Savané et se faire installer au poste de Secrétaire général. Un acte que Savané avait fortement condamné avant de l'attaquer devant les tribunaux. Il sera débouté et Decroix confirmé comme patron d'AJ. De guerre lasse, le désormais ex-Secrétaire général d'AJ se contente de rebaptiser le parti AJ/Authentique. Non sans accuser le Président Abdoulaye Wade d'avoir soutenu et armé Decroix dans ce combat.

L'histoire est-elle en train de bégayer ? En tout cas, on s'achemine vers un scénario identique au PDS. Modou Diagne Fada, qui vient d'être viré du parti pour s'être maintenu à la tête du groupe parlementaire Libéral contre la volonté du Secrétaire général du PDS, Me Abdoulaye Wade, annonce un congrès et une tournée nationale. En clair, Fada compte destituer Me Wade.

A tout le moins, cette démarche va donner naissance à deux PDS, comme ce fut le cas à AJ. Et avec cette portion du PDS, Fada compte aller ensuite convaincre l'électorat libéral dans la perspective de devenir candidat à la prochaine présidentielle. Dans cette dynamique, il remettra évidemment la candidature de Karim Wade en cause en excipant du fait que ce dernier est retenu dans les liens de la détention et qu'il ne saurait se présenter à une élection.

Mais ce ne sera pas une sinécure pour Fada parce que Me Wade n'est pas Landing et le PDS n'est pas AJ. Autant Decroix pouvait réclamer une légitimité historique face à Landing, autant l'actif de Fada au PDS est insignifiant face à celui de Me Wade et même de bien d'autres qui étaient là aux premières heures de la création du parti, au moment où sa carrière politique était encore dans les limbes.

Il serait plus sage pour Fada de tourner la page PDS et de tracer sa propre voie comme l'a fait Idrissa Seck. Pour tuer le PDS, il faut d'abord enterrer Abdoulaye Wade.

Amadou DIOUF






Hebergeur d'image