leral.net | S'informer en temps réel

Le temps des politiciens, une notion à géométrie variable ? (décryptage Leral)


Rédigé par leral.net le Mardi 12 Septembre 2017 à 07:48 | | 0 commentaire(s)|


Les politiciens sénégalais doivent avoir une piètre estime pour leurs compatriotes au point de les prendre pour ce qu’ils ne sont pas. Leur versatilité, leur manque de convictions, de principes et de loyauté, a fini par dérouter plus d’un.

Tant qu’ils ont un onctueux fromage à grignoter, on ne les entend jamais, et même au cas où ils s’avisent à se faire entendre, c’est uniquement pour tresser des lauriers à leur bienfaiteur. Quels que puissent être les écarts que le pouvoir peut commettre, il sera toujours défendu par ses laudateurs, pourvu que leurs intérêts soient préservés.
 
Curieusement ; il suffit que ces flagorneurs soient évincés pour que du jour au lendemain ils se transforment en pourfendeurs du régime, mettant à nu des carences qu’ils semblent avoir découvertes, …qu’après leur éviction.  

Le cas Youssou Touré, qui vient d’être jeté par-dessus bord de l’attelage gouvernemental, est un exemple patent de la versatilité et de l’opportunisme de nos politiciens. Comme un enfant qui s’est vu retirer son joujou, Youssou Touré a versé dans la menace et le chantage. « Je ne serai jamais d’accord qu’une famille contrôle le pays, quels que soient les pouvoirs dont s’est dotée cette famille-la. C’est important, il faut qu’on respecte les Sénégalais ».  

Aujourd’hui, toute honte bue, il demande pardon et déclare, « Macky Sall est un homme de bien ». Alors, dans tout ça, M. Touré, qui ne respecte donc pas les Sénégalais ? Un qui doit boire son petit lait, c’est bien le Président Macky Sall, même s’il doit être blasé des déclarations fracassantes et « Dem Dikk » du personnage.

Pour rappel, Youssou Touré qui avait démissionné de son poste de Secrétaire d’Etat à l’Alphabétisation en juillet 2016, accusant le Président de l’avoir trahi, avait fait, à la surprise générale, un revirement à 180 degrés.

En fait, cet exemple haut en couleurs ne cache pas pour autant la forêt de comportements similaires qui sont légion au sein de notre personnel polo’tique (pour le partage du lakh) qu’aujourd’hui, on peut les assimiler à des réflexes- de conservation ?- tant ils sont prévisibles.

Pour nos politiciens, convictions d’hier ne sont pas convictions d’aujourd’hui, et sûrement pas celles de …demain !

Et c’est en cela que nous nous félicitons de la position d’un Thierno Alassane Sall, qui, quelles que soient ses raisons, à tort ou à raison, a eu le courage de ses idées, en disant non en temps et lieu, en temps réel, loin des calculs politiciens, sans faire dans la menace et dans la surenchère. Non tout simplement au nom de ses valeurs et de ses convictions ! On en redemande.


La rédaction Leral.net








Hebergeur d'image