leral.net | S'informer en temps réel

Le tourisme bat de l’aile et Mbour se ghettoïse (Par Bocar Ly)

La ville de Mbour a connu ces 30 dernières années une forte croissance démographique, économique et culturelle. Une croissance portée par le tourisme qui s’est vite développé dans les années 80 et 90 avec l’avènement de la SAPCO et la mise en valeur de la baie de Saly. L’affluence massive des touristes vers la petite côte à fait de Mbour et de ses environs, une des zones des plus attrayantes et économiquement viable du Sénégal. Le commerce y était florissant, les artisans, les pêcheurs, les cultivateurs de la zone voyaient leurs activités se développer de jour en jour. L’état du Sénégal avait réalisé là, une des plus grandes réussites économiques. Malheureusement il n’a pas pu maintenir le cap et persévérer dans sa politique de promotion du tourisme. Nous Mbourois espérons que les nouvelles autorités et notre bouillant ministre du tourisme pourront remettre les pendules à l’heure.


Rédigé par leral.net le Jeudi 29 Août 2013 à 12:40 | | 1 commentaire(s)|

Le tourisme bat de l’aile et Mbour se ghettoïse (Par Bocar Ly)
Aujourd’hui les populations continuent d’affluer à Mbour, cependant l’activité décline, les quartiers se remplissent de chômeurs. La plus part des jeunes mbourois ont perdu leurs emplois qui étaient essentiellement liés au tourisme. Toutes les activités économiques agonisent. La demande sociale explose. Ce qui explique en partie que Mbour est devenu la ville la plus contestataire du Sénégal. Les faits divers constatés ces derniers temps révèlent un grand malaise dans la société mbouroise.

Dans les années 80 et 90 on croisait dans les rue de Mbour plusieurs nationalités, Allemande, Italienne, Suisse, Belge, Espagnole. Aujourd’hui c’est le désert.

La crise est profonde, les professionnel du tourisme ne savent plus à quel saint se vouer. Les restaurants, les Boutiques, les hôtels baissent les rideaux. C’est tout le tissu économique qui risque de s’écrouler.

Les professionnels accusent l’état et la SAPCO de mauvaise gestion. L’insalubrité des lieux, les constructions anarchiques, la dégradation des routes, l’érosion côtière, la destruction des espaces verts, le harcèlement des touristes par des bandes de badeaux incontrôlés, l’envaillissement des lieux par les mendiants, le manque d’organisation du transport, le déficit de promotion à l’étranger donnent du grain à moudre aux nouvelles autorités.

Il faut que notre fleuron du tourisme qu’est Saly retrouve sont lustre d’en temps avant d’envisager des perspectives ailleurs.
Cependant, certaines mesures prisent sont à saluer, notamment la baisse de la TVA, la possibilité pour les hôteliers de disposer de titre foncier leur permettant de lever plus facilement des fonds au niveau des bailleurs. Les nouveaux projets de la SAPCO, notamment Point Sarène, Mbodiène et Joal Finion. Mais, mais, il faut le dire ! et le répéter !! si Saly ne marche pas les reste aussi ne marchera pas !!!

Il faut que le nouveau ministre prenne le taureau par les cornes, le suivi dans l’aménagement de Saly, la salubrité, la sécurité, la réglementation des nouvelles implantations doivent être pris très au sérieux, revu et corrigée au plus vite. L’état doit aussi clarifier les rôles entre la commune de Saly et la SAPCO pour une bonne gestion des lieux touristique. Remettre de l’ordre dans ce bazar qui tue le tourisme. Il faut impliquer tous les acteurs pour redonner à la petite côte son lustre d’en temps.


Bocar Ly, CCR Mbour




1.Posté par Lébou NDOYE le 06/09/2013 12:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Excellente analyse et diagnostic du tourisme à Mbour. Vous avez parlé de beaucoup de problèmes M. Ly, ainsi que plusieurs propositions de solutions; mais le problème est que chaque solution proposée comporte en soi d'énormes autres problèmes. D'abord Mbour ne peut de nos jours compter sur le balnéaire pour développer d'avantage son tourisme, on a dépassé l'age d'or du tourisme balnéaire, vous l'avez dit cette époque où on crosait à Mbour toutes les nationalités. Bref, moi je crois dur comme fer que si l'on veut développer notre tourisme au niveau local, il faut incontestablement miser sur le tourisme culturel, et l'écotourisme pour deux simples raisons: premièrement notre dispose de potentialité pour le développement de ces formes de tourisme les plus en actualité de nos jours; et deuxièment selon meme l'OMT, 37% des déplacements dans le monde sont pour motif culturel( tourisme culturel) aussi de nos jour pour jouer à la durabilité de l'activité touristique, il faut la valorisation de la nature et de la culture, or il n'y a que l'écotourisme qui renferme ces deux aspects à la fois. Mais pour pouvoir mettre en pratique tout cela, il faut d'abord des initiatives au niveau local à travers des projets bien pensés et bien mis en pratique... Je crois que Mbour dispose de ressources humaines capables de mettre en pratique tout ceci, il faut juste une volonté politique au niveau local pour un accompagnement à la mise en pratique de tout cela. Merci , de la part de Ahmed Ndoye étudiant en Master Professionnel en Tourisme à l'UGB de Saint-Louis.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image