leral.net | S'informer en temps réel

Le tourisme malmené, son ministre au banc des accusés

La main invisible de l’impérialisme féodale dans le secteur du tourisme
Voici une contribution que je veux sobre sans verser dans la polémique ni attaquer quiconque. Aujourd’hui le tourisme sénégalais souffre plus que par le passé, il profite plus aux puissants groupes étrangers et à leurs économies, qu’il ne profite aux populations sénégalaises et à notre économie.


Rédigé par leral.net le Mercredi 18 Juillet 2012 à 17:45 | | 9 commentaire(s)|

Le tourisme malmené, son ministre au banc des accusés
Et cela est un secret de polichinelle que de ne pas savoir, que le tourisme sénégalais est pris en otage. Il l’est encore plus avec l’arrivée du gouvernement d’Abdoul Mbaye sous le magistère du chanteur Youssou Ndour devenu ministre à la faveur de la rue publique, ou il siège à la tête d’un secteur complexe, difficile et trop technique.

Notre tourisme a toujours été malmené malgré les efforts d’operateurs privés sénégalais, dont je salue le courage et le patriotisme. Ceux là ont compris très tôt le rôle fédérateur et structurant du tourisme dans un pays. Les exemples de la Tunisie, du Maroc, de l’Afrique du sud, du Kenya, de Dubaï etc…sont là pour prouver s’il en était encore besoin que le tourisme est un facteur de développement et une industrie de premier rang.
Il y a des voix autorisées à porter la parole des professionnels du secteur du tourisme qui du reste est une grande famille dans laquelle siège les hôteliers. Plusieurs voix se sont indignées, elles ont exprimées leurs colères et leurs tristesses de voir que rien n’est encore dit et fait pour la saison touristique 2012/2013.

Il faut également comprendre que l’hôtel est le lieu de résidence par excellence du touriste, donc c’est un maillon important dans la chaine des valeurs et que sa gestion doit retenir toute les attentions jusqu’au plus haut niveau.

A ce titre le problème que soulève le personnel du complexe King Fahd Palace hôtel me semble être une manipulation qui ne dit pas son nom, car nous sommes bien au fait de la situation qui prévaut dans le secteur de l’hôtellerie principalement, et du tourisme en général.
La situation du tourisme à l’heure actuelle est très grave, absence de programmes, de dialogue, des oubliés d’un coté et une agitation de l’autre. Quant au secteur on se résume à dire selon l’adage. « On ne récolte que ce que l’on a semé »,

Et le ministère de la culture et du tourisme est sur une mauvaise pente, sur un mauvais chemin, comme le disait l’artiste chanteur « yone wi gua dieule bakhoul, koula ko digual dafa leye nakh ».
Il me plait également de dire que c’est lui-même qui lançait aux étudiants et aux sénégalais dans un de ses tubes fétiches «  khaléyi diangui léne ndakh soléne magué tékki » C’était une façon pour l’artiste chanteur de sensibiliser les élèves et les étudiants sur l’importance des études, l’obtention de diplômes et de connaissances dans les domaines techniques pour servir son pays. Ceci nous renvoie à la suite de sa chanson ou il dit «  yoone wi si dess mogueune lodadjiéle dadi ko meune »

J’en appel à la volonté et au patriotisme des autorités sénégalaises, à ne pas briser l’élan des sénégalais et de ne pas aliéner ce patrimoine du King Fahd palace hôtel, car ce serait un recul que de voir confier cet hôtel à des groupes étrangers  Nous disons souvent « charité bien ordonné commence par sois même »

Cette confiance que l’Etat du Sénégal a placée à l’un parmi nous, a été une victoire sur notre capacité à nous prendre en charge nous même.
C’est également une victoire du secteur privé sénégalais dans sa marche et son autonomie de pouvoir choisir un des leurs, une personne connue du milieu du tourisme en Afrique et dans le monde, expérimentée, ambitieux et nationaliste. Cette personne nous devons l’accompagner et notre rôle est de travailler avec lui et aux cotés de ceux qui ont la charge, l’expertise et l’intégrité morale à gérer avec transparence cet hôtel qui reste un joyau et un fleuron de notre économie touristique.

Je rappel que l’ex méridien président est un hôtel d’affaires et de conférences de premier ordre dans la sous région ouest africaine.
Je pense que je ne suis plus à présenter dans le secteur du tourisme, je suis une voix autorisée de par mon engagement, mon expérience et mon expertise. A ce titre j’appel toutes les forces de l’économie sénégalaise à comprendre que l’économie touristique joue un rôle prépondérant de par sa transversalité, à l’équilibre macro économique, à la balance des paiements et à l’équilibre budgétaire.

Fort de ce constat il est du devoir de tous sénégalais, en particulier les députés, de se saisir de la question du tourisme, et au premier rang le ministre de la culture et du tourisme pour sauvegarder nos intérêts et ceux de l’état dans le conflit qui ne dit pas son nom entre le personnel et le gestionnaire, qui en réalité se confondent dans un même objectif celui du développement économique et social du Sénégal.

Je demande aux travailleurs de travailler, chacun respectant son devoir de réserve et du travail, faisant ce qu’il sait faire et se limitant à ces prérogatives. Toutefois ils sont les sentinelles de ce complexe qu’ils se doivent de préserver pour l’intérêt national.

La revendication est un droit, mais elle ne doit pas affecter le droit des autres, aussi elle doit suivre une voie autorisée «  le linge sale se lave en famille autour du patronat, de la tutelle et de la primature » L’Etat ne doit en aucun cas faire une ingérence dans la gestion et la politique commerciale de l’entreprise dés lors qu’il y a un cahier de charges qui définit les règles, ou chacun en ce qui le concerne, se doit de respecter les clauses et c’est le droit qui doit triompher.

Arrêtons les menaces, arrêtons de porter les choses interne à la place publique, arrêtons de ternir l’image de la destination, car le secteur du tourisme est très sensible à ces variations dépendantes de circonstances imprévisibles.

C’est le lieu d’interpeller le ministère sur son programme avec l’ouverture de la saison touristique, la journée mondiale du tourisme, les reformes sur les campements les auberges les maisons meublées, la TVA, le relèvement de la taxe touristique rejeté par l’assemblée, les moyen, addition et le budget de promotion qui en bonne partie dépend des arrivés touristique, les politiques de promotion et de marketing territorial, la gestion et la reforme de la SAPCO, le nouveau guide pour la plateforme touristique, les questions stratégique du e-tourisme et du marketing etc….autant de questions importantes.

C’est une honte que de constater que l’état du Sénégal consacre 100 millions de frs CFA dans le budget de l’Agence nationale de promotion touristique (ANPT) qu’il accuse de budgétivore, d’inefficacité, et d’incompétent. A vous de juger si avec cette somme si dérisoire par an on peut tenir même un petit bureau d’information touristique. Ou se trouve l’ambition du gouvernement !
Notre pays a besoin d’une bonne presse, d’une image forte, car sa stabilité politique est gage de son respect. D’ailleurs le qualificatif ou le surnom « Téranga » n’est pas un vain mot, alors je nous invite à plus de responsabilité, de respect et au travail.

Soyons fiers de ce que nous sommes, choisissons les meilleurs d’entre nous dans ce qu’ils savent faire, pour qu’ils nous servent de model.
A chacun ses préférences, moi je suis un nationaliste. Cultivons l’amour du pays et la préférence nationale. Le respect et la transparence dans la gestion de la chose publique.
Je rappel également que tout ce qui touche à la culture m’intéresse, pour ceux qui ne savent pas, je suis écrivain, poète et j’ai un recueil d’une quarantaine de poèmes, qui touche tous les domaines de la vie.

J’ai également deux manuscrits chez l’éditeur le négre international l’un parle du tourisme de demain et l’autre la jurisprudence islamique.
Donc la complicité entre culture et tourisme, les liens structurants de la culture sur le tourisme font que je ne puisse accepter et regarder faire n’importe quoi dans le secteur de la culture et du tourisme, a fortiori le ministère tel que structuré.

Ce grand département n’est pas et ne doit pas être un gâteau, ou les parts sont partagées entre «  bouki, Ndiour et Samba ». Sachant que Bouki , Ndiour et Samba ce sont invités par surprise et par voie de contournement, laissant les ayants droits sur leur faim.

Je ne suis pas naïf mais il faut savoir que la transparence est un pilier fondamental de la bonne gouvernance et qu’un gouvernement ne peut être composé que de «  récompensés » car en définitif tous les sénégalais sont méritants. L’exercice des fonctions et des responsabilités à partager doivent se faire par appel à candidature pour un meilleur choix dans l’équité et le respect.




1.Posté par Pabi le 18/07/2012 22:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La gouvernance Wade nous a montre a suffisance que les sénégalais sont parfois pires que les étrangers dont vous faites allusion! arrêtez de nous faire chier avec votre patriotisme a deux balles!

2.Posté par THIEBOU SOULE le 18/07/2012 22:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ON DOIT SURTOUT REVOIR LA formation médiocre DES JOURNALISTES AU SENEGAL FRANCHEMENT

3.Posté par Fox le 19/07/2012 06:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'engagement passionné de certains envers Youssou Ndour ou Macky Sall les rend allergiques aux critiques envers leurs mentors. mais qu'ils se fassent une religion; que les missiles fuseront de partout pour s'abattrent sur leurs "Dieux" comme vous en aviez abusé recemment.
Wade aura bon dos que durant une période éphémère car la responsabilité de nos soucis repose désormais sur les épaules du locataire du Palais.
Je suis convaincu de la boulimie financière de Youssou Ndour et des ses compétences limitées pour la prise en charge des responsabilités étatiques.
Ils vendront notre pays aux étrangers et marginaliseront les compatriotes.

4.Posté par yama le 19/07/2012 08:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bayiléne ko mou liguéye il est fatigué you tous les jours dans la presse parler d'autre chose

5.Posté par Djibrildjibsond diallo le 19/07/2012 09:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

YOUSSOU NDOUR : Un baroudeur qui dérange 

Le premier gouvernement de l’ère Macky SALL sous la houlette d’Abdoul MBAYE vient de livrer ses secrets, ce 04 avril 2012. Le lead vocal du Super Etoile et président fondateur du mouvement « Fekke ma ci boole » hérite du poste stratégique de la culture et du tourisme. C’est un honneur à tous les artistes et compositeurs du gotha culturel sénégalais. La nouvelle a été accueillie dans le monde entier comme une consécration et une récompense pour le rôle gigantesque joué par « l’enfant de la Médina » dans la victoire aux présidentielles 2012 de la coalition Benno Bokk Yakaar.
Au-delà de cette nomination, c’est le génie culturel et artistique de notre peuple qui a été plébiscité. Mais en réalité cela ne devrait étonner personne, car Youssou Ndour a su marquer de son empreinte pendant l’entre deux tours, une stratégie efficace pour booster hors du champ politique le Président Abdoulaye Wade et tous ses affidés. Une manière pour lui et son staff de montrer à la face du monde, qu’il dispose encore de recettes originales pour faire adhérer le peuple à son projet de société.
Mais, au regard du parcours atypique de Youssou Ndour, un tel porte feuille ministériel ne devrait pas émouvoir les plus sceptiques. Jugez-en : le 13 février 2005, Youssou N'DOUR a été récompensé par les Grammy Awards  pour son album Égypt dans la catégorie meilleur album de Musique du Monde. 
Il a été ainsi : 
• Meilleur Artiste Francophone 
• Officier Ordre National du Lion du Sénégal
• Prix du Festival de Québec en 1992 
• Prix de l’Excellence du Japon en 1992 
• Disque d’or en 1994 
• Meilleure chanson mondiale de l’année 1995 
• Meilleur Artiste du Siècle
• Meilleur Artiste Africain en 1996 
• Ambassadeur de l’UNICEF
• Ambassadeur de la FAO
• Porte- Parole Croix Rouge Internationale
• Porte- parole du B.I.T
• Officier des Arts et  des Lettres de la République Française
• Chevalier de la Légion d’honneur Française
• Membre des Palmes Académiques (R. France) 
• Composition et Interprète hymne Coupe du monde de Football en France 1998, avec Axelle Red 
• Membre du Comité Jubilée 2000 avec Bono pour l’effacement de la Dette du Tiers-monde
• Introduction de « Youssou NDOUR » dans le Dictionnaire Larousse 2004 
• Djembé d’Or en 2004 
• Membre des 100 personnalités les plus influentes du monde
• Porte-parole « Roll Back Malaria » organisme qui lutte contre le Paludisme. 
• 2005 consécration au Grammy Award la plus haute distinction dans le monde musical avec l’album « Egypt ». 
• P.D.G. Groupe de Presse Futurs Medias (Radio, Journal, Télévision) 
• Participation au sommet du G8 en Allemagne
• Participation au TIKAD (Japon) sur invitation de l’Empereur (juin 2008) 
• Organisation marche en Suisse sur le Darfour
• Membre du Comité d’Honneur de la Fondation Jacques CHIRAC (ex Président de la République de France). 
• 2007 : Création Mutuelle de Crédit « Birima » dans le cadre de la lutte contre la pauvreté, conduite campagne institutionnelle Benetton
• Octobre 2008 : Prix de « I bring what I love » à Abu Dhabi, film documentaire d’Elisabeth Chai VASARHELYI. 
• Octobre 2008 : Prix de « I bring what I love » à Sao Polo (Brésil) ETC… 
• Septembre 2009 : Prix de la « Diplomatie Culturelle » en Espagne. 
• 20 novembre 2009 : réception de Martine AUBRY, maire de Lille, de la médaille de Citoyen d’Honneur de la ville de Lille.
.2010,  "Doctor Honoris"de l'université de Yale, l''un des établissements d'enseignement supérieur les plus prestigieux aux États-Unis et dans le monde. 
Ce brillant parcours illustre avec éloquence aux yeux des observateurs avertis que le roi du mbalakh n’a pas usurpé ce titre. C’est l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Un compagnonnage d’un quart de siècle me permet d’affirmer sans ambages qu’il est un baroudeur au cœur d’or. Travailleur infatigable, il est d’une générosité et d’une modestie exemplaire. C’est quelqu’un qui est fidèle en amitié et c’est pour cette raison qu’il a su garder ses mêmes amis. Les témoignages des acteurs du monde de la culture prouvent, si besoin en est, que le président du « Groupe futurs média » n’est pas dans un milieu inconnu. « Tout ce qu’il touche se transforme en or, car il a eu la bénédiction divine » disait Thione Seck dans le quotidien l’observateur dans sa livraison du vendredi 6 avril 2012. D’autres acteurs culturels comme kalidou Kassé, Lamine Ndiaye, Adama Paris, Aminata Sow Fall écrivaine embouchent la même trompette : « au moins, on a un personnage de la culture comme on nous l’avait promis ». En clair, la culture fait partie de sa patrie.
Quid du tourisme ? Pour celui qui a fait sept fois le tour du monde, le rayonnement du tourisme ne constitue aucun secret. Certes, c’est un secteur qui connait des difficultés avec la fermeture des établissements touristiques, l’insécurité dans les zones balnéaires, la cherté du coût d’avion, la concurrence, la durée de la saison etc., mais l’expérience internationale de « You », comme disent les intimes peut contribuer de manière drastique à sortir de l’ornière ce secteur. J’en suis sur.
Certaines critiques malveillantes tendent de le discréditer aux yeux de l’opinion comme quelqu’un qui n’a pas beaucoup de diplômes pour diriger le département de la culture et du tourisme. C’est mal venu au regard de son parcours. Aujourd'hui, il est le patron d'un grand groupe de presse dans lequel s’excercent plus d'une centaine d'employés. S’il n’avait pas les qualités de mangement requis, il aurait capitulé là ou beaucoup de sénégalais ont failli creuser leur tombe. Je le dis et je le répète, Youssou Ndour peut réussir ce challenge car il a comme viatique : « servir le milieu culturel et touristique et non s’en servir », car il est à l’abri du besoin.
C’est pourquoi, je tiens à féliciter Monsieur Youssou Ndour, homme de défi, dirigeant courageux et profondément encré dans ses valeurs culturelles pour avoir honoré le Sénégal. Bonne chance et beaucoup de réussite dans ta nouvelle mission.

Djibril DIALLO dit Djibson
 

6.Posté par deug le 19/07/2012 09:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ya des gens ki sont mechant mais meunoulene ci dara ki cikaw cikanam rek yalla binde na kouy sonou mais binde na koudoul torokh na sene hel dal

7.Posté par Lol le 19/07/2012 13:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est ce crétin de Youssou Ndour qui est derrière tout ceci et qui manipule ces sans cervelle! mais il ne propérera point. S'ils le laissent vendre cet hôtel à cet ami toubab sorti de nullepart, ils s'en mordront les doigts car ils seront réduits à l'esclavage. A bon entendeur salut! ayez un peu de bon sens!

8.Posté par Deme Mouhamed Faouzou le 19/07/2012 16:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un debat doit porter sur des points objectifs sur un contenu qui informe et qui profite a tous ceux qui ont faim d'apprendre je n'ai pas de reponse a te donner car tu sembles ne pas connaitre le secteur du tourisme encore moins la promotion . La personne dont vous faites allusion ne m'interesse pas le tourisme est mon dada ma preoccupation et ma raison de vivre je m'excuse d'avoir donner cette reponse car je ne suis pas la a repondre à des gens sans visage ni respect à la difference d'opinion

9.Posté par amadou le 19/07/2012 16:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjou Monsieur l'expert qui ne signe pas sa contribution,

1) votre commanditaire Racine ne fait pas pati des pionniers du secteur toursitique à moins que pour vous le mot pionnier signifie autre chose

2) Vous pouvez nous citer une seule réussite de Mr SY dans l'hotelerie ? parlez nous de ce que sont devenus le Savana cap, le Royal cap , le Néma , le Diola ....., le groupe Sénégal hotel

3) allez à Sénégal Tours et approchez les employés demander leur ce qu'ils pensent de ce Mr Sy et de sa façon de gérer

4) Demander à l'ex attributaire du marché de la navette du King Fahd comment il a perdu ce marché et qui le remplace
5)Demander aux autres acteurs du tourisme qui envoient de clients dans cet hotel que sont devenues les conditions ?

Maintenant si vous vous identifiez nous pourrons débatttre de vos arguments qui à mon sens sont très éloignés de la vérités et procèdent d'une manupilation énorme


Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image