leral.net | S'informer en temps réel

« Leçons à nos ministres de la République. »

Etre ministre au Sénégal est devenu une fonction qui est à la portée de tout le monde depuis l’alternance. Il ne suffit pas d’être compétent, d’être le modèle, le citoyen ou la citoyenne honnête, exemplaire, doté d’un sens aigu de la moralité et de l’éthique faisant de lui une personne respectée et respectable envers le peuple.


Rédigé par leral.net le Mercredi 14 Juillet 2010 à 05:39 | | 4 commentaire(s)|

« Leçons à nos ministres de la République. »
Etre ministre dans une République exige à la personne cette capacité à se démettre de ses fonctions pour se livrer à la justice afin d’élucider l’opinion publique chaque fois que sa responsabilité est supposée même engagée directement ou indirectement dans des affaires nébuleuses ou scandaleuses. La modestie doit être l’apanage du gouvernant comme le constat le montre dans les grandes démocraties développées.
Dans les démocraties civilisées et policées un ministre ne peut pas être « un soumis ou une soumise », sa liberté de pensée et de prendre des décisions parfois sans connotations politiques marquent sont attachement et son dévouement au service d’une cause c'est-à-dire celle que aspire le peuple.
Par contre être minable à la place d’un ministre au Sénégal peut s’illustrer avec mille et une manières. Des ministres qui sont impliqués dans des affaires de mœurs qui profitent de leurs statuts pour détourner des deniers publics, en construisant des maisons ou des immeubles inestimables. L’origine de a fortune ne peut en aucun cas être justifiée par le salaire.
Etre minable à la place d’un ministre c’est mentir constamment au peuple comme Samuel Sarr qui le fait aisément sur la situation énergétique du pays.
C’est avoir le visage joufflu du à la bouffe à la bouffe ingrate de l’argent du contribuable.
Etre minable c’est se refugier derrière certains leaders religieux pour pérenniser son poste, c’est porter des costards de luxe dans des 4x4 au milieu des eaux stagnantes et verdâtres pour compatir avec les sinistrés.
C’est accepter un poste ministériel sans portefeuille ou avec un porfeuille qui fait la risée du Sénégal dans le monde.
Etre minable c’est renoncé à ces principes au profit d’un chef grabataire mentalement ou se transformer en sbire pour plaire un président.
C’est porté des « grands boubous » pour dissuader ces pratiques païennes constituées de gris- gris pour s’eterniser dans le pouvoir et continuer à gaspiller l’argent des pauvres.
Je m’arrête ici car le minable au Sénégal à la place du ministre se manifeste chaque jour sous des couleurs différentes.


khadimly@live.fr



1.Posté par max le 14/07/2010 12:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo

2.Posté par al le 14/07/2010 13:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tres bien dit. Mais beaucoup de fautes. relis toi

3.Posté par baye le 14/07/2010 16:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je veux savoir combien de ministres on a eu dans les 10 ans de l'alternance

4.Posté par oooohhh le 15/07/2010 16:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Al on s'en fou des fautes, on en a que faire da la grammaire l'heure n'est pas à ça mais plutot a comment regler et reparer c bled avant que ça part en couilles.
C'est sur la voie là alors tes idées sont les bienvenues si t'en a bien sur.
Non mais etre ministre au senegal ne veut plus rien dire. absolument rien tous des TARDS BA....... sans exeptions

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image