leral.net | S'informer en temps réel

Les 5 plus beaux palmarès de l’arène sénégalaise

L’arène sénégalaise a connu de beaux jours grâce à des lutteurs exceptionnels. Yékini, Balla Gaye 2, Papa Sow, Bruce Lee et Modou Lô figurent parmi les lutteurs au parcours brillant. Ils ont su faire vibrer les stades par leurs belles prestations. Cela leur a valu de beaux palmarès.


Rédigé par leral.net le Samedi 7 Septembre 2013 à 14:45 | | 0 commentaire(s)|

Les 5 plus beaux palmarès de l’arène sénégalaise
Yékini: 19 victoires, 1 nul, 1 défaite

Il fait partie des lutteurs qui ont marqué l’arène d’une empreinte indélébile. Des années durant, il a imposé sa force et sa technicité dans l’arène ; balayant tous les lutteurs qui se sont présentés devant lui. Seul Moustapha Guèye a manqué à l’appel. Le 2ème Tigre de Fass a réussi à décrocher un nul face à lui. C’est un résultat qui n’a pas du tout été du goût de Yékini. Fort d’un parcours sans faute, Yakhya Diop a été nommé meilleur lutteur du cinquantenaire en 2010 ; ce qui lui a permis d’hériter du nguimb d’or.

Cependant, son rêve de faire une carrière sans la moindre défaite s’est estompé le 22 avril 2012. Ce jour-là, le roi a été déchu de son titre par le Lion de Guédiawaye qui lui a imposé sa force de jeunesse. L’enfant de Bassoul subissait ainsi sa première déconvenue après 15 ans d’invincibilité. Malgré ce revers, le pensionnaire de Ndakaru se considère comme le Khalife Général Koulou Mbeur.

Un titre qu’il s’est attribué, fort de son temps de règne et des titres qui lui ont été décernés.

Balla Gaye 2: 19 victoires, 2 défaites

C’est en 2005 que le fils de Double Less a fait son apparition dans l’arène. Dès ses premiers combats, il a affiché un charisme de champion avec une technicité et une bravoure à nulle autre pareille. Il s’est bien illustré lors du championnat de lutte avec frappe organisé par Gaston Productions. Avec une première défaite face à Issa Pouye, Balla Gaye 2 n’a pas tardé à reprendre sa place dans l’arène pour suivre les traces de son père. Il a été freiné à nouveau par Eumeu Sène qui a prouvé ainsi que l’expérience fait parfois la différence. Un revers qui l’a bien fortifié.

C’est au sortir de ce revers que le Lion de la Banlieue s’est considérablement refait (physiquement et mystiquement) pour donner un nouveau départ à sa carrière. Depuis lors, il est devenu intraitable, arrachant tout sur son passage. Tour à tour, Modou Lô et Tyson sont tombés sous les griffes acérées du Lion de Guédiawaye. Le grand rendez-vous du 22 avril 2012 lui a permis de s’approprier du titre de Roi des arènes après une belle victoire sur Yékini.

Bruce Lee : 19 victoires, 3 défaites

Le Karatéka de Fass a pendant longtemps imposé sa technicité aux lutteurs. Malgré sa taille, Bruce Lee a toujours trouvé la bonne technique pour faire mordre la poussière à ses adversaires. Dans l’arène depuis 2005, il n’a cessé de faire ses preuves et confirmer les talents que lui reconnaissent les amateurs et les reporters de lutte. Vainqueur du septième Drapeau du maire Abdoulaye Baldé face à Khadim Ndiaye 2 de Thiaroye-Sur-Mer, il a perdu la 8ème édition face à Abdou Diouf du Walo. Un revers qui a eu un impact négatif sur la suite de la carrière du Fassois qui aura du mal à trouver un autre combat du fait d’un genou qui lui cause des soucis. Il a quitté le Sénégal pour de meilleurs soins. Aujourd’hui, il se dit guéri de cette blessure et est prêt à rattraper le temps perdu. Bruce Lee veut montrer qu’il peut revenir au meilleur de sa forme et battre tous ceux qui se mettront sur son chemin.

Papa Sow : 21 victoires, 5 défaites

Présent dans l’arène depuis une décennie, Papa Sow qui est né dans une famille de lutte a vu la lutte prendre le dessus sur sa vie. Avec un grand frère, Ouza Sow, qui a marqué son temps, le Puma de Fass n’a pas eu de mal à suivre ses pas et aller au-delà même des prétentions de son aîné. Il a vite fait d’effectuer un bon parcours en affichantune détermination sans faille.

Du haut de son 1m77 pour 105kg, le poulain du 3ème Tigre de Fass a réussi à s’imposer devant ses adversaires sans trop de difficultés. Aujourd’hui, il arrive à semer le doute dans l’esprit de certains ténors qui l’évitent à coup sûr. Malgré la réticence de ses potentiels adversaires, il continue ses entrainements en vue de la prochaine saison.

Papa Sow est plus que jamais déterminé à prouver qu’il n’a pas encore dévoilé toute sa technicité. Il réserve bien des surprises à ses supporters. Le Puma de Fass veut prouver que sa taille ne peut, en aucune manière, l’empêcher de progresser et de bénéficier des retombés de la lutte car selon lui, il est temps de se faire une place dans la catégorie des Vip.

Modou Lô : 16 victoires, 1 défaite, 1 nul

De la même génération que Balla Gaye 2, Modou Lô s’est également fait un nom grâce au championnat de lutte avec frappe de Gaston Mbengue. Jusque-là, le pensionnaire de Rock Energie n’arrête pas de se battre pour imposer sa loi dans l’arène. Avec une seule défaite face à Balla Gaye 2, il s’évertue à maintenir une bonne position. Son parcours lui a valu le surnom de Modou Xaragne Lô.

L’enfant des Parcelles se veut le meilleur et compte bien réussir les nombreux défis qui se dresseront sur son chemin. Déjà, il est conscient que le plus dur reste à venir avec tous les ténors décidés à se frayer un chemin. Doté d’un gabarit moyen, Modou Lô a toujours la force d’installer le doute dans l’esprit de son adversaire. Psychologiquement, il réussit à déstabiliser ses protagonistes qui se méfient de sa ruse. Face à lui, ils hésitent toujours à prendre des initiatives de peur de se faire surprendre. Cela fait de lui un phénomène dans la lutte sénégalaise.

Sunu Lamb






Hebergeur d'image