leral.net | S'informer en temps réel

Les 7 erreurs de Aminata Touré


Rédigé par leral.net le Vendredi 4 Juillet 2014 à 11:14 | | 7 commentaire(s)|

Les 7 erreurs de Aminata Touré
La démocratie a encore triomphé au soir du 29 Juin 2014. Le Sénégal continue d'être un exemple pour les pays africains où élection rime avec violence. Les élections locales se sont déroulées dans la sérénité et la civilité. Le verdict est sans appel. N'est ce pas là un signal fort pour Macky Sall ? Ce n'est pas une sanction mais plutôt un avertissement.

Les électeurs ont eu un repère objectif pour éclairer leur choix parmi les listes concourantes. Félicitations à l'heureux élu Sall Khalifa .

Ces élections locales étaient un test majeur pour bon nombre de responsables de la mouvance présidentielle.
Il serait important de souligner que la coalition Benno Bokk Yakaar à sa tête Madame le Premier Ministre Aminata
Touré (Mimi) ne tenait pas compte des enjeux de ces élections et ignorait les réalités de la commune de Grand -Yoff.

D'abord les enjeux institutionnels qui, avec l'acte 3 de la décentralisation donnerait une libre administration et une gestion autonome des collectivités locales. Nous aurons des communes en pleines exercices et pleins pouvoirs.
Ensuite les enjeux politiques : élément le plus important du parti au pouvoir APR qui devrait donc peser son poids à partir des ces échéances que sont les élections locales .

Cependant nous avons tous constaté la raclée que la coalition a reçu le soir du 29 Juin 2014.

La coalition Benno Bokk Yakaar devrait éviter ces (7) sept erreurs que voici :

1 L'arrivée de Mimi à Grand – Yoff a accusé un grand retard.
On s'improvise pas politicien de quartier du jour au lendemain.
Une élection ne se gagne pas parce qu'on est ministre ou député. Mais plutôt avec des idées et un programme. Être
entouré d' une équipe forte et influente issue de la dite localité. De ce fait, choisir un entourage composé de
personnes ressources avec une base politique assez solide à Grand – Yoff .
Des personnes de la commune qui sont assez influentes dans leur quartier respectif, dans les mouvements et
associations de quartier .On peut en compter une vingtaine qui n'ont jamais été contactés. Aucun de son entourage politique n'a une base légitime acquise.
Ils ne sont que des amateurs de poker politique, des opportunistes du ventre.

2 Les problèmes internes au sein de la coordination surtout avec Adama Faye .
Adama Faye a très tôt déclaré Mimi persona non grata à Grand – Yoff. C'est de là que naquit une guerre de
leadership sans merci. Alors deux camps sont nés : Celui d' Adama Faye et celui de Mimi Touré.
Etait-il utile et nécessaire de s'allier avec ce dernier ? Les deux camps ne se piffent jamais même durant la
campagne ceux qui savaient analyser ou décoder l'ont très tôt compris. Le camp d' Adama Faye préférait Adama
comme tête de liste majoritaire et celui de Mimi préférait Mimi. Chacun voulait voir son candidat préféré être tête
de liste. Tél n'a pas été le cas et il y a eu des frustrés. L'alliance a été forcée.

3 Le choix des Alliés .
Il fallait des alliés de taille, c'est à dire des personnes politiquement reconnus à Grand -Yoff et qui sont souvent
impliqués avec abnégation, engagement, enthousiasme et détermination pour la cause de Grand -Yoff.
A ma grande surprise c'était des entrepreneurs politiques sans vision et sans projet politique local.
Ces derniers n'ont aucune envergure et poids politique dans ce fief qui est Grand -Yoff.

4 La confection des listes .
Le choix a été fait par copinage et non par mérite ou légitimité . D'ailleurs, personne d'entre eux n'est influent
dans son quartier : Résultat, qui d'entre eux a gagné dans son propre bureau de vote ?
Aucun critère de sélection digne de foi n'a été fait.
Ces femmes et hommes n'ont pas l'intelligence politique requise pour apporter des solutions adaptées aux
questions relatives à l'éducation, à l'emploi, à la petite enfance, à la jeunesse, aux personnes âgées, à la santé, à la
sécurité alimentaire, à la promotion de l'entrepreneuriat féminin.
Ces personnes ne sont sont pas aptes à faire participer la population local de Grand – Yoff à l'envol économique :
politiquement, économiquement, socialement et culturellement.
Le quota alloué à la communauté Diola de Grand - Yoff : Quel erreur aussi fatale. Le diola est l'ethnie le plus
conservateur. A Grand – Yoff on y retrouve les Diolas certes mais il y a aussi les Manjacques, les Mandingues, les
Mancagnes, les Soninkés. Ces derniers ne sont ils pas frustrés en sachant que les diolas ont un quota et pas eux.
Élément à prendre au sérieux . Le diola vote chez lui mais pas ailleurs. Tous les diolas sont rentrés en Casamance
pour aller voter et revenir. Conséquence :quelle valeur ajoutée ont - ils apporté à la coalition Benno Bokk Yakaar
dirigée par Mimi Touré.
Il fallait coaliser avec des jeunes qui ont une base politique avérée.
Franchement cette liste est composée de déchets et de virus qui politiquement n'ont aucun charme aux yeux de la
population de Grand -Yoff.


5 La Communication et le choix des slogans.
La communication est la véritable arme de guerre valable en politique. Il faut une bonne communication et une
bonne propagande. De ce fait savoir tenir des propos qui ne sont pas vrais mais qui sonnent vrais cela est très
important.
Il y a eu une médiocrité sur le choix des slogans. Aucun slogan n'est vibrant. En politique un slogan doit être
mémorable.
Les slogans doivent être les messages de campagne ce qui lui différencierait de son adversaire.
Elle a oublié qu'en politique il faut des slogans qui gagnent, des slogans mémorables.
C'est la meilleure campagne de communication et cela aide les électeurs à se souvenir d'elle et à la connaître .
Elle devrait même féliciter Kouthia humoriste qui très sincèrement a fait sa promotion avec le slogan
« Mimi mou ngui niow »

6 La méthode et le style de sa campagne .
Les idées et les programmes s'affrontent dans une campagne électorale .
Les élections se gagnent sur le terrain. Sa politique de campagne était une politique de lamentations.
A elle de descendre sur le terrain avec son staff et tous ses alliés pour faire les visites de proximités et du porte à
porte. Et non pas le mouvement des volontaires qui n'incarne aucune classe et n'ont aucune rhétorique pour
convaincre un jeune de 18 ans qui est à son premier vote. C'était des coquilles vides qui incarnaient la maladresse,
les lacunes, les tares de cette coalition qui ignorait que politique rime avec classe, perfection, pertinence et
discipline. Le pouvoir local se gagne sur la confiance et non sur un achat de conscience.
Son directoire de campagne a oublié que Mimi était dans l'opposition et que la vocation d'une opposition c'est
d'être mordante d'abord, ensuite séduisante, entreprenante, performante, convaincante, et savoir basculer tout dans
son camp. Le nom de Khalifa Sall revenait tout le temps dans ses discours. C'était faire la promotion de Sall. Khalifa et non le combattre.

7 Ambitions égoïstes camouflées
On ne recherche pas une chose en stimulant l'effet contraire.
Pour être maire de la ville de Dakar il fallait gagner Grand – Yoff. Si elle s'était prononcé en disant qu'elle voulait
la mairie de la ville, nombreux seront ceux qui lui donneront leur voix car elle a de l'estime à Dakar ville.
Nombreux seront ceux qui transféreraient le vote à Grand -Yoff. Tout pouvait basculer dans son camp.

Chers camarades et militants apéristes de Grand – Yoff, l'heure est de tirer au plus vite les leçons de cette raclée et penser à réparer les erreurs commises depuis le début c'est à dire renouer les liens dans la vérité avec la population de notre commune. Trop de promesses surréalistes. On ment jamais à un peuple.
Ces élections sont des primaires pour que le Président Macky Sall structure le parti à Grand – Yoff.

Convergence Républicaine D’ Appui aux Initiatives de Macky

Armel . A. Nassalan Formose Mendy Pape Mor Fall
armelnassalan@yahoo.fr formosemendy@yahoo.fr morfall@yahoo.fr
+ 221 77 515 06 46 + 221 77 547 69 48 + 221 77 524 07 27






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image