Leral.net | S'informer en temps réel

Les Britanniques espionnés en sortant leurs poubelles

le 23 Août 2012 à 10:30 | Lu 479 fois

Des associations de défense des libertés civiles dénoncent l'utilisation abusive des lois antiterroristes.


Les Britanniques espionnés en sortant leurs poubelles
Les Britanniques sont rarement seuls. Ils sont non seulement surveillés par plus de 1,8 million de caméras CCTV dans tout le Royaume-Uni, mais en plus espionnés par les municipalités lorsqu'ils sortent leurs chiens ou leurs poubelles.

En effet, au pays de Sherlock Holmes, des promeneurs se sont fait attraper pour ne pas avoir ramassé les besoins de leur bête, des mères de famille pour avoir jeté des déchets aux mauvaises heures, et des familles se sont fait suivre afin qu'il soit bien établi qu'elles n'avaient pas menti sur leur résidence afin d'inscrire leur fiston dans l'école plus courue du quartier voisin. Pour démasquer tous ces fraudeurs, les autorités locales britanniques ont placé des caméras sur des lampadaires, envoyé en mission secrète des employés de mairie armés d'appareils photo ou fait collaborer des enfants chargés de se rendre dans des bureaux de tabac pour identifier ceux qui vendaient des cigarettes aux mineurs.

Ces trois dernières années, ce sont plus de 9600 missions de ce type qui ont été recensées au Royaume-Uni, soit 9 par jour. C'est le groupe de défense des libertés civiles Big Brother Watch qui a passé plusieurs mois à rassembler les données en interrogeant les autorités locales grâce à l'Acte pour la liberté de l'information (FOIA). Depuis plusieurs années, BBW s'insurge contre ces pratiques et dénonce une dérive de l'Acte de régulation des pouvoirs d'investigation (RIPA). En effet, c'est sur cet acte, mis en place sous les travaillistes en 2000 et destiné à l'origine à lutter contre le terrorisme ou la pédophilie, que les autorités locales s'appuient pour mettre sous surveillance les citoyens britanniques.

Fausses mères célibataires
Pour BBW, une large étude doit être menée et les gens qui ignorent avoir été espionnés doivent au moins en être avertis. Le ministre des Communautés, Eric Pickles, a concédé que certaines pratiques étaient abusives et a, d'ailleurs, signalé que dès novembre prochain, les conseils municipaux allaient devoir demander la permission d'un magistrat avant de se lancer dans une mission: «Il est important, dit-il, que le public ait confiance dans le fait que les pouvoirs de surveillance ne sont utilisés que pour des crimes sérieux et seulement quand il n'y a pas un autre moyen d'investigation moins intrusif.»

Le ministre conservateur s'est aussi étonné que certains organismes publics n'aient pas été plus transparents quant à leur utilisation de l'Acte RIPA. En effet, Jobcenter Plus a reconnu avoir mené plus de 34.000 opérations entre 2009 et 2012. L'équivalent du Pôle emploi a notamment vérifié que certaines femmes, qui reçoivent plus d'aides en tant que mères célibataires, n'habitaient pas en réalité en couple.

Mais les institutions publiques ont été nombreuses à botter en touche face aux questions de Big Brother Watch. C'est le cas des prisons britanniques, de la Royal Mail ou encore de la BBC. Le groupe audiovisuel a bien reconnu avoir joué les détectives afin de savoir qui évitait de payer une licence, mais refuse de donner ses combines pour qu'elles ne soient pas déjouées.

Par Rose Claverie