leral.net | S'informer en temps réel

Les Cars rapides véritables «cercueils roulants», loin de se départir des pratiques dangereuses

Dépositaires de l’indiscipline dans le secteur des transports en commun, «les Cars rapides» constituent un danger pour les nombreux Sénégalais qui s’y engouffrent au quotidien. En effet, les exploitants de ces voitures ne se contentent pas des gains qu’ils tirent des 23 places assises de leurs vieilles voitures. En plus de la vétusté de leurs véhicules, généralement âgés de plusieurs dizaines d’années, ils n’hésitent pas à les surcharger, faisant fi de toutes les normes sécuritaires, afin de gonfler excessivement leurs revenus


Rédigé par leral.net le Samedi 25 Septembre 2010 à 15:25 | | 0 commentaire(s)|

Les Cars rapides véritables «cercueils roulants», loin de se départir des pratiques dangereuses
«Je suis apprenti et c’est clair que parfois j’embarque dans mon car un nombre de clients supérieur à celui requis. Mais comment faire ? Si les autorités nous demandent de ne plus le faire et mettent en place des textes clairs, nous arrêterons», lance, souriant, Alioune Sène accroché à la portière de son «Car rapide». Au camp Lat Dior où il s’impatientait de voir son Car se lancer à travers les ruelles de Dakar, il nous confie avant de taper sur la vitre arrière de sa voiture pour signifier à son chauffeur de démarrer: «Le surnombre dont vous parlez, il est toléré chez les minibus de marque Tata et les bus de Dakar Dem Dikk. Et pourquoi voulez-vous que nous nous en privions ?», lâche-t-il. Son collègue Aziz Diouf qui se veut plus téméraire de lui venir en appoint. Ce jeune apprenti au teint noirâtre, qui sirotait tranquillement son café Touba à bord de sa voiture, estime que «si l’on doit interdire la surcharge de passagers aux Cars rapides, il va falloir qu’on l’interdise aussi aux autres». Et de poursuivre sur le même un ton qui renseigne nettement sur son dépit : «ce n’est même pas normal que les forces de l’ordre nous interpellent sous prétexte que nous avons dépassé le nombre autorisé de passagers alors qu’ils voient sous leurs yeux les minibus Tata et les Dem Dikk faire pire que nous».

Pour Abdoulaye Ndour, chauffeur de «Ndiaga Ndiaye», la surcharge dans le transport en commun a de beaux jours devant lui. Tout simplement parce que l’essence se fait de plus en plus cher et qu’il leur faut rentabiliser leurs véhicules et le carburant qu’ils achètent chaque jour. «L’essence ne cesse de monter, et nos voitures tombent tout le temps en panne. Parfois, toutes nos recettes passent soit dans la réparation soit dans le carburant. C’est pourquoi nous nous voyons contraints de braver les interdits pour surcharger un peu. Il faut dire que les policiers ne sont pas très regardants là-dessus et en plus, nous savons bien déjouer leur vigilance», confesse-t-il. Pour la sécurité des clients, il s’en remet à Dieu : « Dieu est Grand, nos voitures sont solides et si le chauffeur est discipliné et ne roule pas à vive allure, je crois qu’il ne risque pas de se produire un accident».

Le train bleu n’échappe pas non plus à ces surcharges de passagers. En effet, si le surplus de clients assis était plus notoire de par le passé, il demeure toujours que plusieurs passagers restent debout au milieu du train durant tout le trajet, par faute de places assises.

Youssouf SANE (Stagiaire)
Source Le Populaire






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image