leral.net | S'informer en temps réel

Les Super Eagles cloués au sol

Le premier match nul, qui plus est sans but, de cette Coupe du monde ! Ce lundi, le Nigeria, pourtant champion d'Afrique en titre, n'a pu faire mieux que 0-0 contre l'Iran pour le compte de la 1ère journée du groupe F de la Coupe du monde. Une contre-performance que les Super Eagles devront absolument effacer contre la Bosnie lors de la prochaine levée pour espérer avancer vers la phase à élimination directe.


Rédigé par leral.net le Lundi 16 Juin 2014 à 21:30 | | 0 commentaire(s)|

Les Super Eagles cloués au sol
Le Nigeria pourra s'en vouloir. Si les Super Eagles ne franchissent pas la phase de poules de cette Coupe du monde 2014, ils regarderont sûrement dans leur rétroviseur et regretteront à coup sûr de ne pas avoir pu prendre la mesure, ce lundi soir à Curitiba, de l'Iran (0-0) dans une rencontre plutôt fermée et pendant laquelle ils auront fait preuve d'un excès d'individualisme. Car, avec la Bosnie, le 22 juin prochain, et l'Argentine, trois jours plus tard, au programme, soit les deux sélections présumées les plus fortes de cette poule, le champion d'Afrique des nations a incontestablement réalisé une mauvaise opération. Quant à l'Iran de Carlos Queiroz, il se satisfera certainement de ce point du nul après avoir effectué une préparation aux faux airs de parcours du combattant...

Sur l'ensemble du match, le champion d'Afrique en titre aura tout de même dominé les débats mais sa force de frappe matérialisée au coup d'envoi par les présences de Musa, Azeez, Moses et Emenike n'aura jamais pu prendre la mesure de la défense de la "Team Mellie". Pour preuve, ce dernier, avant-centre du côté de Fenerbahçe en Turquie, n'aura pas eu la moindre miette à négocier, souvent sevré de ballons en raison des mauvais choix de ses coéquipiers. En fait, seuls Onazi et Musa faisaient trembler Haghighi dans le but iranien en première période. Le premier ratait de peu le cadre sur un service d'Azeez (9e), alors que le second tentait directement un coup franc pourtant lointain que le portier adverse détournait de justesse (31e).

Dans ces conditions, la troupe de Carlos Queiroz prenait forcément ses aises, consciente qu'elle avait peut-être plus à conquérir qu'un simple partage des points. Et sans un Enyeama à la mode lilloise, c'est-à-dire dans un grand soir, il y a fort à parier que Ghoochannejhad aurait ouvert la marque, de la tête, sur un service vicieux de Dejagah sur corner (34e). Et malheureusement pour les Nigérians, la pause ne leur permettait pas de rectifier le tir, Javad Nekounam et les siens se montrant même plus pressants, en vain, sur le but adverse. Ghoochannejhad vendangeait ainsi trois opportunités (50e, 63e, 67e) juste avant la seule et unique occasion signée Ameobi, du bout du crâne, en seconde période pour les Nigérians (71e). Rien de bien rassurant donc pour Stephen Keshi et les siens, qui n'ont pas gagné le moindre match dans un Mondial depuis le 19 juin 1998. Une éternité en somme, qui pourrait durer encore un peu...






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image