leral.net | S'informer en temps réel

Les adieux émouvants d’Andrade à l’OM

Après trois ans de bons et loyaux services et en dépit d'une tentative de come-back, Elinton Andrade s'apprête à faire son dernier tour d'honneur cet après-midi au Vélodrome.


Rédigé par leral.net le Samedi 22 Septembre 2012 à 08:15 | | 0 commentaire(s)|

Les adieux émouvants d’Andrade à l’OM
« Je peux aider ce club, je suis un mec bien pour le vestiaire. Je n’apporte pas seulement à l’OM comme gardien, mais comme personnage, j’ai un état d’esprit de guerrier. » Cet été, il a tout tenté pour espérer convaincre les dirigeants de l’Olympique de Marseille de lui offrir un dernier contrat. Libre depuis juin dernier, Elinton Andrade a toutefois dû s’y résoudre, il ne réintégrera pas l’effectif phocéen.

Mais malgré un statut de doublure quasiment jamais utilisée en trois ans (de 2009 à 2012), le gardien brésilien va avoir droit à un dernier hommage. À l’occasion de la réception d’Evian TG, les dirigeants de l’OM lui permettront en effet de faire un dernier adieu au stade Vélodrome. « J’ai vraiment besoin de dire au revoir à tout le monde avant de partir. Je comprends le président, qui doit faire des économies. Je ne pourrai jamais oublier Marseille. Mon fils a grandi ici. Il avait trois mois quand nous sommes arrivés. À l’époque, je n’avais rien. Zéro. Tout ce que j’ai aujourd’hui, ma maison au Brésil, c’est grâce à l’OM », a-t-il déclaré dans les colonnes de L’Équipe.

Avec l’au revoir d’Andrade et le départ de Brandão, la page brésilienne de l’OM se tourne. Mais Andrade gardera toujours Marseille dans son cœur et se remémore même quelques-uns de ses meilleurs moments sur la Canebière comme ce quart de finale de Ligue des Champions disputé face au Bayern Munich. « Contre le Bayern, j’étais sur une autre planète. La semaine qui a précédé le match et celle qui a suivi furent vraiment magiques. Moi, j’ai toujours bossé et, derrière Mandanda, ce n’est pas facile. Parce qu’il est très régulier. » Séquence émotion à prévoir donc cet après-midi au Vel’.

Matthieu Margueritte






Hebergeur d'image