Leral.net | S'informer en temps réel



Les armes chimiques, «dernier recours» pour Damas

le 21 Septembre 2012 à 11:00 | Lu 365 fois

Le général Adnan Sillu, ancien responsable de l'arsenal chimique de Syrie, affirme que le pouvoir envisageait d'utiliser les armes chimiques contre la population.


Les armes chimiques, «dernier recours» pour Damas
Contrairement à ce qu'il affirme, le régime syrien n'exclurait pas d'utiliser des armes chimiques contre la population. C'est ce qu'a affirmé un général syrien dans un entretien publié mercredi par le quotidien britannique The Times. Avant de faire défection il y a trois mois, le général Adnan Sillu affirme avoir participé à une réunion au sommet lors de laquelle l'utilisation de ces armes contre les rebelles et les civils aurait été évoquée.

Cette réunion, qui s'est tenue dans un centre de stockage d'armes chimiques au sud de Damas, aurait été «la goutte d'eau qui a fait déborder le vase»pour cet officier, présenté comme l'ancien responsable de l'arsenal chimique du pays. C'est à ce moment-là qu'il aurait pris la décision de faire défection.

Dernier recours
«Nous avons eu des discussions sérieuses sur l'usage d'armes chimiques, y compris sur la manière de les utiliser et dans quelles zones, a révélé le général. Nous avons discuté de cela comme étant un dernier recours, tel que la perte par le régime du contrôle d'une zone importante, comme Alep», a-t-il précisé.

Et ce, malgré les fermes mises en garde des dirigeants occidentaux. Le déplacement des stocks d'armes chimiques ou la simple menace de leur utilisation reviendrait à franchir une «ligne rouge», avait assuré Barack Obama le 20 août. Le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, a évoqué une «réponse immédiate et fulgurante» dans la même hypothèse.

Réfugié en Turquie, le général Sillu a aussi révélé dans les colonnes du Times que le régime avait évoqué le transfert d'armes chimiques vers le Hezbollah installé au Liban. «Ils voulaient placer des ogives contenant des armes chimiques sur des missiles et les faire parvenir au Hezbollah, afin que celui-ci les utilise contre Israël», assure-t-il. Une manœuvre qui aurait également mordu sur la «ligne rouge» tracée par les Occidentaux. La peur des représailles aurait jusqu'ici retenu le régime syrien. Mais cela pourrait changer, estime le général: «S'ils n'ont rien à perdre, pourquoi ne pas partager ces armes?» (avec des alliés de Damas).

En cas d'invasion étrangère
Le gouvernement syrien, qui posséderait le troisième stock d'armes chimiques le plus important au monde, nie tout en bloc. Jihad Makdissi, porte-parole du ministère des Affaires étrangères syrien, a affirmé que les autorités n'utiliseraient jamais d'armes chimiques sur leur population, tout en insinuant qu'elles pourraient servir si le pays était confronté à une «invasion étrangère».

Lundi, le magazine allemand Der Spiegel affirmait que l'armée syrienne avait déjà effectué des essais avec des armes chimiques fin août près de Safira, à l'est d'Alep. Cinq ou six obus, vides de substances chimiques mais destinés à leur utilisation, avaient été lancés de chars ou d'avions sur un terrain proche du plus grand centre de tests d'armes chimiques de Syrie.

Jeudi, les violences n'ont pas baissé d'intensité sur le terrain. Au moins 54 personnes ont perdu la vie et près de 80 ont été blessées dans le bombardement aérien d'une station-service à la frontière de la Turquie, dans le nord du pays.



Par Maxime Bourdeau


Plus de Télé
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 19:54 Fidel Castro : la fin du voyage