leral.net | S'informer en temps réel

Les avocats de Khalifa Sall contre les violations commises par l'Etat

Les avocats de Khalifa Sall ne comptent pas se limiter à une bataille judiciaire. Ils ont également saisi le chef de l'Exécutif, notamment le président de la République, pour dénoncer "certaines violations commises par l'Etat"


Rédigé par leral.net le Vendredi 21 Avril 2017 à 10:16 | | 0 commentaire(s)|

Les avocats de Khalifa Sall contre les violations commises par l'Etat
Les avocats de Khalifa Sall contre les violations commises par l'Etat
Dans une correspondance datée du 13 avril 2017, les conseils du maire de Dakar se plaignent de la constitution de partie civile de l'Etat du Sénégal dans ce dossier. Ils la fustigent du fait que "l'article 102 de la Constitution du Sénégal consacre la libre administration des collectivités locales". Compte tenu de cet argument juridique, ils sollicitent de l'autorité du Président le "retrait de constitution de partie civile de l'Etat".

D'autre part, les robes noires se disent exacerbées par les attaques auxquelles le maire de Dakar fait face depuis que les poursuites liées à la gestion de la caisse d'avance, sont enclenchées contre leur client. "Plusieurs membres de l'Exécutif, en violation du principe de la séparation des pouvoirs et du devoir de réserve, ont publiquement, par des déclarations dans les médias, violé la présomption d’innocence de Monsieur Khalifa Sall, un droit fondamental garanti par la Constitution", lit-on dans la correspondance signée par Mes Ciré Clédor Ly, Demba Ciré Bathily et Mouhamed Seydou Diagne.

Face à cette situation, le trio invite le Président Sall à "prendre toutes mesures et dispositions utiles aux rappels et injonctions nécessaires aux membres du Gouvernement pour le respect de la présomption d'innocence de Monsieur Khalifa Sall".

Par ailleurs, la réaction de la Présidence ne s'est pas fait attendre face à ces accusations portées sur des membres du gouvernement. Interrogé par la RFM, El Hadj Hamidou Kassé a martelé "qu'aucun membre du gouvernement n'a violé le secret de l'instruction" et que l'Etat a un droit de regard sur a gestion des collectivités locales. "Il est évident qu'il y a une seule caisse et l'Etat central a l'obligation et le droit de regarder dans la gestion des ressources confiées aux collectivités locales. Il est évident qu'il est le pourvoyeur de ces ressources. Et c'est pourquoi les procédures de contrôle a posteriori et a priori sont de rigueur, notamment au niveau des collectivités locales", a ajouté le ministre conseiller.

Sur sa lancée, il a fustigé les attaques, voire "les campagnes systématiques de calomnie, de dénigrement et de diffamation à l'endroit du Président Macky Sall. Quand vous attaquez , il faut vous attendre à une contre-attaque. Je demande seulement à ce que le débat soit posé dans les règles de l'art", lance-t-il.

Ndèye Safiétou Nam avec Enquête








Hebergeur d'image