Leral.net | S'informer en temps réel

Les cabines à UV causent 800 morts par an en Europe

le 26 Juillet 2012 à 08:44 | Lu 441 fois

Une étude européenne met en évidence un lien entre le temps passé sur des bancs solaires et le risque de cancers de la peau.


Les cabines à UV causent 800 morts par an en Europe
Le risque de développer un cancer de la peau est doublé chez les utilisateurs de cabines à UV, s'ils s'exposent avant 35 ans, et accru de 20 % pour les autres. Les dermatologues, qui alertent régulièrement sur les dangers sanitaires liés au bronzage artificiel, trouveront dans l'étude publiée mercredi dans le British Medical Journal (BMJ) une nouvelle confirmation de leurs craintes. Les chercheurs de l'International Prevention Research Institute de Lyon et de l'European Institute of oncology de Milan ont fait une synthèse de 27 études menées dans quinze pays européens. Ils estiment que 5,4 % des mélanomes cutanés - la forme la plus grave des cancers de la peau - diagnostiqués en Europe sont attribuables à l'usage des cabines à UV. Le bronzage artificiel serait ainsi responsable, selon leur évaluation, de près de 800 morts par an à l'échelle européenne.
Citant en exemple le Brésil qui a interdit les bancs solaires en 2009, les chercheurs prônent des actions «plus fermes» pour protéger les adolescents et les jeunes adultes. En France, le gouvernement a annoncé un durcissement de la réglementation, mais le décret est toujours en attente à la direction générale de la Santé. Une étude publiée en mai dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire estimait entre 566 et 2288 le nombre de décès attribuables aux cabines de bronzage chaque année dans notre pays.
Le mélanome cutané est l'un des cancers dont l'incidence a le plus augmenté ces dernières années, avec un triplement enregistré entre 1980 et 2005, en raison d'une exposition plus forte de la population au soleil. On estime à 9780 le nombre de nouveaux cas détectés en France et à 1620 les morts imputables à ce cancer en 2011. L'incidence est plus élevée chez les femmes que chez les hommes. Les UV sont également impliqués dans le vieillissement cutané prématuré, la dégénérescence maculaire de la rétine et la cataracte.
Les chercheurs mettent en évidence un «effet dose-réponse» entre le temps passé à s'exposer à des UV artificiels et le risque de mélanome. Ils soulignent enfin que le risque pourrait être réévalué à la hausse dans les années à venir, car l'exposition aux UV est un phénomène récent. Environ 3 millions de Français font des UV de manière ponctuelle ou régulière. Ce public, féminin à 75 % et âgé de 32 ans en moyenne, augmente chaque année.

Delphine Chayet