leral.net | S'informer en temps réel

"Les danses contemporaines africaines rendent compte d’une appropriation" (chercheur)

Dakar, 25 déc (APS) - Les danses africaines contemporaines ne sont pas seulement "une juxtaposition" des styles classique et moderne, mais relèvent surtout d’une "démarche d’appropriation" des genres de cet art considéré comme majeur, a analysé, samedi à Dakar, l’universitaire sénégalais Kalidou Sy.


Rédigé par leral.net le Dimanche 26 Décembre 2010 à 14:54 | | 1 commentaire(s)|

"Les danses contemporaines africaines rendent compte d’une appropriation" (chercheur)
"Les danses contemporaines en Afrique ne relèvent pas de la transposition des danses classiques ou contemporaines occidentales, mais plutôt d’une démarche d’appropriation", a-t-il soutenu lors d’une conférence sur le thème "Apport de la danse dans la libération des peuples noirs", dans le cadre du 3e Festival mondial des arts nègres (10-31 décembre).

Pour Kalidou Sy, enseignant à la Faculté des sciences et technologies de l’éducation et la formation (FASTEF, ex-ENS), il est nécessaire de poser, au préalable, la question de la contemporanéité dans les danses. D’autant que, a-t-il poursuivi, il faut comprendre "la contemporanéité comme la volonté de prendre conscience de vivre et de s’approprier les situations du présent, en les exprimant par la danse".

A partir de ce moment, a dit le spécialiste de l’analyse culturelle, il se pose la question du "corps dansant" et du "corps bougeant dans l’espace", a dit M. Sy dont l’intervention portait sur le thème ’’La place du corps dans les danses africaines’’. Il a ajouté que "ce corps qui bouge est un signe au public qui regarde et aux autres danseurs qui dansent avec ce corps-là".

"Les danses contemporaines africaines créent cette dynamique qui permet à la fois d’exprimer l’identité et la différence avec l’autre", a argumenté le spécialiste de l’analyse culturelle, avant de préciser que cette différence n’est pas la négation de l’autre, mais une "démarcation".

De plus, a noté l’universitaire, les danses traditionnelles "n’ont pas été folklorisées" dans leur passage aux danses contemporaines. "Il y a eu tout simplement une appropriation des danses traditionnelles africaines et leur injection dans le présent pour permettre aux danseurs d’être dans le présent".

Il a cependant invité les danseurs à aller plus loin, en s’accomplissant dans l’art et par la danse. "A partir de ce moment, a-t-il commenté, ils accomplissent la première mission de la danse, c’est d’être art".

Dans son analyse, il a par ailleurs révélé que les danses africaines, peuvent être aujourd’hui divisées en deux catégories : traditionnelles et contemporaines. La première catégorie peut être subdivisée en "danses profanes, liées au divertissement, aux cérémonies populaires", la seconde en "danses thérapeutiques", comme le ndeup, une danse pratiquée au Sénégal par la communauté léboue.

"Si les danses profanes sont à la portée de tous, les thérapeutiques, quant à elles, sont réservées à une catégorie d’initiés", a rappelé Kalidou Sy, signalant qu’il existe aussi des "danses cultuelles, liées à la spiritualité", qui visent à honorer les dieux, les ancêtres et les divinités.

ASB/BK



1.Posté par deme mamadou le 26/12/2010 16:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les 54km/h du festival mondial des arts nègres sont marqués par l accaparement illégitime de la danse.

Nous vous amènerons au carrefour a imprimer nos idées de notre propre esprit car nous sommes assurés

que notre pensée est correctement développée pour correspondre bien au monde du festival des arts .

Vous ne devriez pas nous rouler a telle vitesse ou mieux encore nous dribbler de cette manière.

Le stade a déjà refusé du monde;même Didier Drogba en fait un appel solennel d apaisement.Nous vous

apprenons a mettre un peu de dignité dans l sport .Car le concepte de la construction de l idée du générale

consisterait a éliminer la racialisation et l ethnocentisme de '' l intelligentsia''et le regard particulier de la renaissance

jusqu' au sud.Au même moment également nous animons ce débat avec les touristes pour exploser le pont du colonisateur

chez mon grand pére a MATAM.Comme le disait son Excellence l an 2010 sera l année des ponts,sur ceux nous appuyons

sa réciprocité jusqu'à ce qu on soit désenclavé.

Nous avons décidé de venir au Palais en diurne avec les syndicalistes faux,avec les faux professeurs et les enseignants faux,avec les faux ministres et les députes faux,avec les faux médecins et les pharmaciens faux enfin d éviter toute sorte

d agitation qui refléterait le visage de l opposition qui se prend pour elle même ''la folie destructrice du régime".

Ensemble nous recherchons quelque chose en communs, un langage moral, et social véritable universel.

la" pure gesticulation" ne doit pas habiter le philosophe a moins qu il soit considérer comme un Aimée Césair a l époque

qui avait confondu son diable rouge au diable noir de Leo-le poète.Que ça soit le masque bleue, le masque jaune ou le masque rouge nous avons ensemble le même masque.Il est a notre niveau, le masque noir sur blanc.

Il ne faut en aucun cas dénaturer l environnement.Par exemple: le Tiléne des profondeurs doit rester sous les mêmes arbres,la même foret et le même ciel.Par contre le Tiléne de la médina doit habiter les mêmes rues, les mêmes angles dans le même bruit et le meme rythme.A ce dernier, on a impérativement besoin de couper les arbres pour faire la beauté de la nature.Par ailleurs nous vous demandons également si on peut couper la culture avec des machettes a la main, pour attirer la clientèle de l événement du" FISTOLDMAN".

Nous dénonçons cet attitude diables que des kancourang en plein ville.Ce qui nous rappelle des temps de circoncision et de l excision qui nous faisait fuir, fait fuir les enfants, les hommes et les esprits aussi.FUSE .LATE ,TASSE.Nous préférons lever le rideau du théâtre pour assister le classique du Saint George dans le nègre des lumières au lieu de se

révolter comme en chine,en brandissant les foulards et les brassards poursuivant, ce diable du festival a l allure du kancourang qui prend l élan du concurrent.je baisse mon brassard vous faites tous peur au Président.

Il y a trop de mie Zic mais également trop de lumière au FESMAN.Si vous comprenez, il faut concourir pour la tolérance des coupures intempestives,car le monde est bien dans la sénégalaise des hospitalité.

Par une longue suite des vitesses je vous invite a se perfectionner dans la masse immense des vérités accumulées car aimer sa famille ne consiste pas a voler, piller, tuer le voisin.Bien au contraire, l amour de la famille implique et impose le respect des autres foyers.

"Il reste encore a faire d avantage qualitativement mais également,il reste encore a faire d avantage quantitativement".

L emprunte du doigt de mon index serait de mettre fin aux spéculations dans les denrées de première nécessite, a la vente non justifier des timbres fiscaux aux enceintes même des polices et des tribunaux;dans les méthodes d obtention de dossier au centre d état civil et la prise de photo d identité numérique;au accaparement illégale des terrains dans presque toutes les communes et les communauté rurales.




DOUDEME dans les pierre granites de l architecte

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image