leral.net | S'informer en temps réel

Les derniers mots d'Al Makhtoum, appel à un changement de comportements, retour aux valeurs et à la foi

Ayant succédé à son frère Serigne Mansour Sy en 2012, Serigne Cheikh Tidiane Sy Al Maktoum ne s'est adressé à ses disciples durant ces cinq années passées à la tête de la confrérie Tidiane, que par l'intermédiaire de son fils Moustapha Sy ou du porte-parole de la famille, Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine. Mais si on y regarde de près, son discours de 2011 reste toujours d'actualité.


Rédigé par leral.net le Vendredi 17 Mars 2017 à 15:08 | | 0 commentaire(s)|

Dans sa rhétorique, Al Maktoum avait encore insisté sur les dangers qui guettent le Sénégal. Tout en formulant des recommandations pour pallier ces dangers. Il avait souligné que seule la dimension spirituelle de l'individu peut faire peur ou arrêter ces Djinns. "Ils passent par tous les espaces pour tenter d'atteindre les populations. Je ne cesse de les combattre au quotidien. La fréquence de ces accidents, de certaines maladies et tout ce qui nous arrive de mauvais, sont souvent à mettre à leur actif. Ils ne se reposeront jamais tant qu'ils n'auront pas détruit le Sénégal. Je le répète: si l'on n'y prend garde, le pays risque de prendre feu. Je l'ai vu et je le sens. Il nous faut unir nos efforts pour éviter que cela n'arrive", avait-il prévenu.

Pour éviter ces catastrophes, le guide religieux avait appelé la jeunesse à se tourner vers les références nationales sur le plan religieux. Il leur avait demandé ainsi de s'appuyer sur les connaissances des guides religieux tout en s'ouvrant à celles de leur monde pour avancer. " Si votre passion pour la vie encombre votre foi, la foi se rebiffe également pour encombrer votre vie", avait-il dit.

Serigne Cheikh Tidiane Sy avait mis en garde contre la floraison des partis politiques et "d'enturbannés" qui se disent marabouts. Selon lui, "il ne faut pas avoir plus de politiciens que de citoyens et plus de marabouts que talibés. J'ai dénombré plus de 63 confréries à travers le pays dont les guides n'ont aucun lien. Si on n'y pend garde, le nombre de marabouts risque dépasser celui des talibés au Sénégal et le nombre de politiciens aussi va dépasser celui des citoyens. Ce n'est pas bien pour un pays", avait-il averti.

source: le quotidien








Hebergeur d'image