leral.net | S'informer en temps réel

Les dessous de la rencontre entre Macky Sall et les étudiants

Depuis quelques jours, le président de la République rencontre les différents acteurs de l’Université. Dans cette perspective, des délégués représentants d’étudiants ont été reçus samedi dernier au Palais. Ce qui a causé des remous au sein de la communauté estudiantine.


Rédigé par leral.net le Lundi 8 Septembre 2014 à 16:00 | | 3 commentaire(s)|

Les dessous de la rencontre entre Macky Sall et les étudiants
Les concertations se poursuivent entre Macky Sall et les acteurs de l’Université afin de dénouer la crise au sein de l’espace et de retrouver le calme tant attendu.

Après le passage des chefs des administrations, des syndicats..., c’était le tour des étudiants de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) samedi dernier. Toutefois, tout le monde n’a pas répondu à l’appel. Si les délégués d’amicales, des écoles et instituts et les coordonnateurs de listes pour les facultés sans amicales ont répondu présent, un groupe d’étudiants qualifie cette rencontre de folklore.

Dirigé par un certain Tidiane Cissé dit Kabakourou, ce groupe qui prétend représenter la masse accuse leurs camardes d’avoir trahi la mémoire de Bassirou Faye. Tidiane Cissé accuse également Thérèse Faye de politiser l’affaire. Il explique : “On ne peut pas comprendre que Thérèse puisse tordre la main du médiateur et créer sa propre liste constituée d’éléments qui n’ont pas participé au combat des étudiants”.

Une affirmation que la directrice de la Case des tout-petits dément formellement. Selon Thérèse Faye, ce sont les étudiants eux-mêmes qui ont confectionné leurs listes et qui les ont déposées chez le médiateur de l’Université. Elle renchérit que sur les 35 délégués et représentants d’étudiants, seuls deux étudiants ont refusé de répondre : Ndème Dieng et Tidiane Cissé dit Kabakourou.

Pour elle, ces derniers ont été induits en erreur par un certain Abdoulaye Sow qui se faisait passer pour un commis du Palais. Et Thérèse Faye d’ajouter que ces deux étudiants ont été naïfs, car le directeur de cabinet du président de la République les a même appelés mais ils ont refusé, préférant suivre Abdoulaye Sow. Elle pense que ces étudiants sont animés par des soubassements politiques et n’ont pas intérêt à ce que la grève se termine.

Par ailleurs, du côté des étudiants réfractaires à la rencontre, il faut impérativement que le président de la République limoge le ministre de l’Enseignement supérieur et que le procureur communique sur l’enquête dans le meurtre de Bassirou Faye.

Pour eux, aucune rencontre ne peut se tenir avec Macky Sall sans la présence d’un nouveau ministre, du recteur et du médiateur de l’université. Selon Tidiane Cissé, si leurs revendications ne sont pas satisfaites, ils assiégeront la place de l’obélisque à la rentrée, dès le mois d’octobre. “Nous y inviterons toutes les forces vives de la nation, les personnes éprises de justice... Et le président fera un choix entre son peuple et son ministre”.

Il estime d’ailleurs que les étudiants qui ont rencontré le Président ont fait du Wax waxeet (NDLR : les étudiants se sont dédits) parce qu’ils ont accepté d’aller voir le Président sans que Mary Teuw Niane ne soit démis de ses fonctions. Mais pour Élimane Ba, président de l’amicale de la FASEG, il était fondamental qu’ils négocient avec le président et pour y arriver, il fallait un facilitateur, d’où l’implication de Thérèse Faye.

Il explique par ailleurs que le Président leur a promis de tirer des conclusions sur ces concertations et de communiquer sur les solutions. Cependant, il soutient que c’est au Président de se prononcer sur la nécessité de se séparer du ministre de l’Enseignement supérieur.

“Si Macky Sall fait des propositions sans limoger le ministre de l’Enseignement supérieur, à partir de ce moment, nous pourrons manifester notre désaccord et réclamer le départ du ministre”, explique le président de l’amicale de la FASEG.

Les assurances du Président

Par ailleurs, les étudiants qui ont accepté de rencontrer le président lui ont présenté une plate-forme revendicative. Celle-ci tourne autour de considérations générales liées pour la plupart au social comme les logements, la bourse, la restauration, la santé...

Il y a eu aussi des doléances spécifiques concernant les différentes facultés telles que la réfection de certains bâtiments et amphithéâtres. Toujours dans le chapelet des revendications, figure la construction d’un centre numérique portant le nom de Bassirou Faye.

La privatisation de l’Université a été également abordée par les représentants d’étudiants. Selon Élimane Ba, il s’est agi de la régulation des Masters privés à défaut de les supprimer. Pour eux, l’Université est un milieu public et la privatisation ne doit pas être aussi importante qu’elle l’est actuellement. Sur ce point, le Président leur a promis de veiller à la régulation de la privatisation. Il s’est aussi engagé à offrir aux universités 30 bus.

Affaire Bassirou Faye : “Le Président ne protégera personne”

Cependant, l’affaire Bassirou Faye a été au cœur des discussions entre le président de la République et les étudiants. Ces derniers ont demandé que justice soit faite. A en croire Élimane Ba, le Président les a rassurés en soutenant qu’il ne protégerait personne. Mieux, “Il a promis d’indemniser la famille de Bassirou Faye ainsi que toutes les victimes des affrontements du 14 août”.

Concernant la lancinante question des bourses, le chef de l’Etat a réconforté les étudiants en soutenant que désormais, les bourses seront traitées comme les salaires et que le nombre de boursiers sera augmenté.

En attendant des réponses sur l’ensemble du mémorandum déposé, Macky Sall promet de veiller au respect des franchises universitaires avec le retrait des forces de l’ordre du campus. Suffisant pour qu’au sortir de cette rencontre, les étudiants se disent rassurés et attendent les applications.

EnQuête






Hebergeur d'image