Les ex-agents de la compagnie aérienne Air Afrique, toujours dans une zone de turbulences

Le collectif du Personnel Navigant de Cabine sénégalais de la défunte compagnie aérienne Air Afrique, basé à Dakar, afait une sortie médiatique pour démentir le Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne, qui déclarait le 18 mai dernier à l’Assemblée nationale, que « la question de Air Afrique est réglée ». A cet effet, Adam Diouf et Cie sollicitent le rétablissement du processus de paiement de leur Solde de Tout Compte (STC), le plus vite possible.


Rédigé par leral.net le Mercredi 5 Juillet 2017 à 16:45 | | 0 commentaire(s)|

Les ex-agents de la compagnie aérienne Air Afrique,  toujours dans une zone de turbulences

Ils sont plus d’une quarantaine d’agents de la défunte compagnie aérienne Air Afrique à courir derrière leur indemnité depuis le 25 avril 2002 ; date à laquelle la ladite compagnie a été mise en faillite. C’est à travers une conférence de presse tenue ce mercredi, dans les locaux d’Amnesty international, que les agents du régime du personnel basé à Dakar, ont dénoncé le manque de considération à leur endroit.

Selon leur porte-parole, Adam Diouf qui avance qu’ "en 2005, un fonds social a été mis en place par le Premier ministre et en 2007, le ministre des Transports aériens d’alors avait initié un processus de paiement des droits suite à un protocole".

Ainsi, selon Mme Diouf, « ce processus suivait son cours avec l’objectif principal, le paiement en 2014, du solde de tout compte de tous les personnels navigant et de de cabine (PNC) sénégalais d’Air Afrique en activité sur la plateforme aéroportuaire de Dakar, au moment de la liquidation », a-t-elle fait savoir.

Mais ces ex-agents depuis 2014, ne voient pas la couleur de cet argent qui selon, Adam Diouf, tourne autour de 500 millions. A en l’en croire, il reste plus d’une quarantaine d’ex- agents qui court depuis 15 ans derrière leur dû.

Ceci pour démentir le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne qui avait déclaré le 18 mai 2017, à l’Assemblée nationale, que « tous les ex-agents de la défunte compagnie Air Afrique, ont été payés sans exception ».

Et Adam Diouf, l’ancienne hôtesse de l’airqui porte leur voix, de préciser que « sur les 560 agents basés à Dakar déclarés payés par le Premier ministre, une quarantaine de PNC reste toujours dans l’attente de leur solde de tout compte ».

En lieu et place de paiement, ces soutiens de famille perçoivent de petites avances de consommation, à l’occasion des deux événements bien ciblés, la Korité et la Tabaski, à raison de 300 000 F Cfa par fête, soit 600 000 par an.

Le Solde de Tout Compte (STC) dudit personnel figure toujours dans le fichier de l’autorité compétente ANACIM, avec la mention "non payé,  informe toujours, Mme Diouf.

Aussi, Mme Diouf et Cie ne comptent pas baisser les bras dans ce combat qu’ils comptent mener jusqu’au dernier souffle. « Il y a plus de 80 agents qui ont rendu l’âme entre temps à cause de la pauvreté et la promiscuité dans laquelle ils se trouvaient après la dislocation de ladite compagnie. Et d’autres sont malades. Les autorités veulent nous pousser aux cimetières, mais nous sommes prêts à y aller », a conclu Adam Diouf.


Cheikh Makhfou Diop