Leral.net | S'informer en temps réel



Les « expats » en Afrique, une espèce en voie de disparition

Rédigé par ( Les News ) le 3 Juillet 2015 à 01:00 | Lu 530 fois

Les « expats » en Afrique, une espèce en voie de disparition

 

Sur le port d'Abidjan, en 2012.

En Afrique, les lignes du recrutement bougent. Les entreprises tentent désormais de limiter le recours aux expatriés et accordent une plus large place aux cadres locaux. Les chasseurs de têtes constatent que la tendance, esquissée il y a une dizaine d’années, ne fait que s’accentuer. La baisse du recours aux expatriés varierait de 30 % pour les fonctions de direction à 50 % pour les postes de middle-management. Alors, bientôt la fin des « expats » ? Six raisons poussent à le croire.

  • 1 Très chers expatriés

Entre les frais de déménagement, la prise en charge du loyer, des frais de scolarité des enfants, les voyages annuels voire semestriels de retour au pays pour toute la famille, la prime d’expatriation, celle d’installation, celle de risque qui peut atteindre 50 % du salaire brut… un expatrié coûte cher, très cher. Igor Rochette, executive manager chez Michael Page Africa, estime qu’un contrat d’expatriation est deux à trois fois plus onéreux qu’un contrat local.

Selon l’enquête 2014 du cabinet Mercer sur le coût de la vie, deux capitales africaines figurent sur le podium des villes les plus chères pour les expatriés. Luanda, en Angola, décroche la première place, suivie par N’Djamena, au Tchad. « Même si ces villes sont relativement peu coûteuses, elles sont très chères pour les expatriés car la plupart des biens de consommation y sont importés, note dans l’étude Ed Hannibal, associé et référent mondial pour l’activité internationale du cabinet conseil. En outre, trouver un hébergement sûr répondant aux normes occidentales peut se révéler également très coûteux. »

  • 2 Des politiques d’emploi restrictives

Certains gouvernements africains, notamment ceux des pays pétroliers, imposent aux entreprises des quotas de nationaux (politique dite de local content). Depuis quatre à cinq ans, l’étau se resserre. C’est le cas, par exemple, de l’Angola et du Gabon pour les fonctions support (ressources humaines, logistique, administration et finance…) « Les sociétés pétrolières ont abusé de l’expatriation. C’est le retour du balancier », note Igor Rochette.

  • 3 Des cadres locaux de bon niveau

La raison la plus souvent avancée pour justifier le recours à un expatrié est le manque de compétences équivalentes dans le pays concerné. Voilà un discours qui tient de moins en moins la route. En effet, « les jeunes cadres locaux sont désormais mieux formés et certains ont déjà travaillé dans des entreprises internationales. Bref, ils ont toutes les compétences requises. De plus, les membres de la diaspora ont désormais une perception différente du marché du travail africain. Certains sont prêts à rentrer au pays », note Didier Acouetey, président du cabinet de recrutement Africsearch. Cerise sur le gâteau, « certains candidats locaux ou membres de la diaspora maîtrisent une ou deux langues locales », affirme Dienaba Sarr, manager du cabinet de recrutement Fed Africa.

  • 4 Des expats déconnectés du quotidien

« Le management local a une meilleure connaissance de la culture, du tissu économique et politique. L’expatrié, de par ses conditions de vie, peut être déconnecté du quotidien », souligne Igor Rochette. Par ailleurs, il n’est pas toujours évident de maîtriser les spécificités du management local. Pour un Américain ou un Européen, les politiques de motivation et d’évaluation des performances passent la plupart du temps par une approche individuelle, ce qui peut se révéler une erreur de management en Afrique où prime la notion de collectif et de solidarité de groupe.

  • 5 Halte aux mercenaires

Le cadre local est « durable », contrairement à l’expatrié, par définition temporaire. « Les entreprises bâtissent des projets dans la durée et recherchent de la stabilité, explique Dienaba Sarr. Nous nous attachons systématiquement lors de la procédure de recrutement à l’analyse du projet de vie du candidat et nous nous assurons de sa volonté de rester. »

  • 6 Des expats moins désireux de partir

L’expat « professionnel », qui faisait toute sa carrière à l’étranger, a du plomb dans l’aile. Aujourd’hui, une expérience à l’étranger est le plus souvent une simple étape dans une carrière. Et les carrières se mènent à deux ! D’où de fréquents refus d’expatriation, parce que le conjoint ne veut pas quitter son travail. Enfin, le continent africain pâtit d’une mauvaise image (insécurité, maladies, instabilité…), qui fait que les expatriés sont plus tentés par l’Asie, par exemple. Enfin, les packages sont moins attractifs qu’avant.

Alors, est-ce la fin des expats ? « Non, il y en aura toujours », estime Didier Acouetey, notamment sur les fonctions très techniques dans le cadre de grands projets d’infrastructures. Mais en moindre quantité et surtout à des conditions revues à la baisse.



Plus de Télé
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 19:54 Fidel Castro : la fin du voyage