leral.net | S'informer en temps réel

Les féministes voilées : La république à l’épreuve

Depuis quelques années, le phénomène du voile suscite un certain nombre d’interrogations. Les femmes voilées se manifestent de plus en plus et assument pleinement leur « voilitude ». Ainsi, à côté du féminisme classique apparaît un nouveau type de féminisme incarné par des « voilées ». Ce fait alimente toutes sortes de débats parce que justement les propos à ce sujet sont tellement diversifiés que finalement on ne maîtrise guère les tenants et les aboutissants du dit fait. Un phénomène de mode par-ci, une pratique culturelle par-là, un reflexe religieux pour d’autres brefs les arguments varient selon les origines, les tendances et les lieux.


Rédigé par leral.net le Samedi 13 Août 2011 à 13:50 | | 1 commentaire(s)|

Les féministes voilées : La république à l’épreuve
Ce qui est sûr, c’est que désormais les femmes voilées n’entendent plus qu’on parle pour elles. Elles décident de se défendre toutes seules par rapport à cette question. Leur visibilité « affichée avec fierté » dérangent jusque dans les milieux traditionnellement féministes. Mais ce qui gêne souvent, c’est que le voile renvoie parfois à un passé douloureux voire vilain. Il n’est pas tout à fait faux que certaines femmes qui portent cette « couverture » au dessus de leurs têtes sont contraintes de se soumettre à cette « obligation ». D’ailleurs, chez certains groupes sociaux, le port du voile est la seule pratique imposée à la femme ; une façon surtout de faire comprendre aux autres hommes que cette dernière est « prise ». Autrement dit, peu importe si elle prie ou respecte les préceptes religieux, l’essentiel c’est qu’elle porte le voile (signe de son appartenance à un autre). C’est surtout cette pratique culturelle qui offense et heurte la conscience du « monde libre ». Le voile traduit la mainmise de l’homme sur la femme selon la vox populi. Et il faut signaler ici que la femme a toujours été inconsidérée dans certaines sociétés notamment orientales ce, depuis l’époque antique. Elles étaient enterraient vivantes dés leurs naissances, vendues comme des objets ou tenues à des positions déshumanisantes. A travers le voile (qui précède l’obligation religieuse) la femme se voyait obligée de cacher son corps, sa « beauté », son aspect humain.

Aujourd’hui, cette période est « révolue », le port du voile obéît à d’autres motivations. Souvent, c’est pour des raisons esthétiques que des filles décident de le mettre. Parce qu’elles trouvent une amie, une proche, une star belle et charmante dans son voile qu’elles sont tentées. Pour d’autres, c’est surtout une pratique culturelle. Des femmes issues de tel ou tel univers culturel ont tendance à mettre le voile de façon quasiment naturelle. Par exemple, le port du foulard chez les personnes d’origine saharienne s’explique parfois pour des raisons autres que religieuses. En dehors de la tradition, c’est plus pour se protéger du sable et de la poussière (qui risquent de défigurer leurs visages ou de saper leurs cheveux) qu’elles se déguisent ainsi. D’ailleurs, dans ces milieux le voile concerne tout le monde : garçons et filles. Ce qui fait que même après avoir quitté leurs contrées, les hommes, pour ne citer qu’eux, continuent à garder leurs têtes sous l’œil somnolant du voile (Peut-être qu’on aura un jour l’occasion de parler de ce voile : celui des hommes).

Toutefois, s’il existe un voile qui taraude l’actualité c’est bien celui des « religieuses ». C’est au nom de la liberté et de la démocratie que des croyantes se sont soulevées pour défendre une identité (la leur) et protester contre les stigmatisations venant d’autres femmes comme elles et qui se disent féministes. Ainsi, on reproche aux adeptes du « hijab » d’être soumises et asservies alors qu’elles même pensent que les autres sont dévergondées et perverties. Notre but n’est pas de trancher entre les différents camps. Ce qui est intéressant, c’est que l’espace publique et démocratique permet cette opposition et cette lutte désormais ouverte. Chaque tendance prêche pour sa paroisse. De plus en plus des jeunes religieuses assument pleinement et entièrement leur « voilitude » comme à l’époque des soixante nuitards où la sexualité des jeunes filles résonnait avec un nouveau son : la liberté.

MALAO KANTE
NICE



1.Posté par thamichraibi le 13/08/2011 16:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

salut a touse jaime etre membre de site merci

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image