leral.net | S'informer en temps réel

Les fonds politiques: Entre nécessité, réglementation et contrôle

Au cours de l'émission Club Diaspora du samedi 1er Décembre 2012 où j’étais l’invité du jour, Amath Diouf m'a interpellé sur le sujet des fonds politiques. Je me suis prononcé sur la question sans nuance avec l’argumentaire suivant.


Rédigé par leral.net le Lundi 10 Décembre 2012 à 19:32 | | 8 commentaire(s)|

Les fonds politiques: Entre nécessité, réglementation et contrôle
Tout d'abord rappelons que dans son histoire l’emploi de fonds politiques se confond avec l’apparition de l’Etat entendu comme organisation d’un pouvoir politique. Peu importe la forme de cet Etat qu’il soit démocratique ou dictatorial. L’histoire est de toute façon emplie d’évènements relatant l’utilisation discrète d’argent pour asseoir une politique, gagner une guerre ou obtenir des renseignements utiles à la sécurité d’un pays. Dés lors je pense que, sur la nécessité de doter à nos autorités étatiques de fonds politiques, nous pourrons tous aisément y souscrire et l’accepter. Mais quand un ancien premier ministre se justifie d’en avoir usé et abusé pour les besoins du nécessiteux, de l’orphelin, des parents et du voyageur*. Je dis que ce type d'abus de confiance et de pouvoir mérite une condamnation pécuniaire sévère associé en plus d’une période d'inéligibilité pour faire réfléchir nos leaders politiques. La réglementation des fonds devient donc une urgence.

Ce sont ces dérives qui nous poussent à réclamer une réglementation de ces fonds. Parmi les mesures qui permettront de juger de la volonté politique affichée du nouveau régime à mettre en place la bonne gouvernance figurera en bonne place l’étude et la mise en place du mode opératoire d’utilisation des fonds politiques. Et avec souhait de voir se concrétiser l’appui et l’engagement ferme de sa majorité à légiférer sur le sujet. L’emploi de ces fonds sera donc dit démocratique et transparent si les sommes sont définies, attribuées et contrôlées par le Parlement disposant seul du pouvoir d’autoriser un gouvernement à utiliser les sommes issues de nos recettes dans le cadre d’un budget voté. Par contre, si l’opacité persiste malgré les déclarations de rupture il y aura de quoi se poser des questions et provoquer la suspicion à l’endroit de la volonté d’opérer ces ruptures si attendues. Il faudra donc que les sommes qui seront désormais mises à la disposition de toute administration ou institution fassent l’objet de contrôle extérieur à ces utilisateurs. Seul le fait du prince ou de ses affidés ne pourra justifier alors le recours aux fonds politiques pour entretenir une certaine clientèle politique.

A cet effet l’assemblée nationale qui se veut une assemblée de rupture devra plancher en premier lieu et au plus vite sur une loi déterminant les services ou directions éligibles aux crédits des fonds politiques. Je suggère que les services s’occupant d’enquêtes aux ministères des affaires étrangères vu le contexte sous régional appelé « cercle de feu » autour de notre pays en bénéficient amplement. D’autres services seraient aisément éligibles comme les services présidentiels, les renseignements généraux, certains services du ministère de l’intérieur, la Centif ou autres.

En deuxième lieu il faudra que l’Assemblée Nationale s’empresse de voter dans la même loi l’instauration d’une Commission de vérification des fonds politiques. Une commission qui pourra bénéficier d’une dotation budgétaire minimum et dont l’action sera inscrite dans le champ gouvernemental. Cette proposition s’inspire de la France qui a fait des avancées considérables sur la question depuis 2002, sous l’impulsion de Lionel Jospin. La dotation budgétaire à cette commission sera donc moindre du fait qu’elle ne consommer aucun ETP/ Il lui sera donc permis de faire recours aux services de divers fonctionnaires mis à sa disposition. Les seules dépenses de fonctionnement que la commission financera sur la ligne budgétaire qui lui sera allouée ne concerneront alors que ses déplacements aux fins de contrôle sur pièces et sur place des crédits consommés.

L’assemblée Nationale pourra d‘ailleurs décider qu’au-delà du contrôle de la régularité et de la sincérité des comptes, la commission qui sera mise en place dans notre pays aura la mission d’évaluer la pertinence des dépenses. Ceci sera une innovation intéressante et un signal fort de bonne gouvernance, concept qui tient tant à cœur au Président de la République. J’invite d’ailleurs tous les citoyens d'encourager le Président et de le soutenir sur toute initiative allant dans le sens de l’instauration de la bonne gouvernance au cours de son quinquennat afin qu’on atteigne un stade de formalisation des règles de gestion et de contrôle satisfaisant.

Pour finir, juste à rappeler que le Sénégal est un pays qui est envié dans la sous région pour l’efficacité le professionnalisme et le sérieux de son état. La bonne gestion et une dotation sérieuse dans ses « fonds politiques ou spéciaux» ou « fonds secrets » tendra à redonner à cet état toute l’efficacité et la crédibilité que le régime de Abdoulaye Wade a fini par affaisser par son excès interventionnisme et sa tentative de monarchisation du pouvoir. Il faudra donc rendre à l'Etat toutes ses prérogatives et sa part de « secret » nécessaire l'efficacité de son action. Il faut donc trouver le dosage subtil entre « secret » et transparence, ce « secret » qui ne nuira pas à la démocratie. L'exercice est certes difficile mais réalisable.






Mohamed LY email: madanillou@gmail.com
Innovations Politique & Démocratique - IPODE.
Paris ce 09 Décembre 2012.



1.Posté par anonyme le 10/12/2012 21:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Déterminer qui peut benificier des fonds,de combien et mettre en fin un organe de controle me semble clairvoyant et efficace. Bonne piste à explorer M ly. Bonne journée

2.Posté par Ass le 10/12/2012 21:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonne contribution au débat. Tu fais des propositions concrétes et intéressantes Mohamed, j'espére qu'elles seront vues à haut niveau. Reste sur ta lancée bonne continuation.

3.Posté par anonyme le 10/12/2012 21:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais camarade dis nous tu carbures à quoi temps yi? article sur article rire rire rire! Mais nak c'est bien continue surtout que tes articles sont de trés bonne qualité. mes encoragements

4.Posté par Silkandy le 10/12/2012 21:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le problème posé est d’actualité et nécessite qu'on légifère dessus sur la base d'un consensus.
La solution ne me semble pertinent. Confier le contrôle
de l'utilisation au Parlement qui est un organe politique et politicien serait inefficace. La France que vous citez comme exemple confie le contrôle à la Cour des comptes .S'agissant de l'allusion faite à Idrissa Seck , Il faut rétablir la réalité des choses : C'est au Président de la république et à lui seul que les fonds politiques ont été alloués et il en a discrétionnairement alloué à Idrissa comme il a n'en donné aux autres Premiers ministres sous son magistère à l'exception de Moustapha Niass .

5.Posté par nit dafay nité le 10/12/2012 21:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voici une contribution riche et je la trouve trés pertinente et plutot courageuse du fait qu'elle se démarque de la position souvent défendue derniérement dans la presse, que je trouve un peu "irréfléchie" et qui veut la suppression pure et simple des fons spéciaux. Je trouve excellente tes interpellations et les sujets que tu proposes pour débattre. En plus tu le fais avec intelligence et avec des propositions trés mures.

6.Posté par "Lii Doy Naa Waa" le 10/12/2012 23:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour à tous! Votre nouveau site d'information est désormais en ligne: focusactu.com. Bienvenue à tous!

7.Posté par Madiama NDIAYE le 11/12/2012 10:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Rien n'est plus surprenant et vexant pour un citoyen d'entendre des premiers ministres, des ministres ... déclarer être enrichis par le chef de l'Etat à travers des fonds politiques!!! En fait, ces fonds comme tous les fonds publics doivent être régis par des dispositions régulières du point vue du droit, de l'opportunité et de l'éthique républicaine. Cela m'amène à faire de ces allocations des ressources affectées. Leur dotation comme leur utilisation ne devrait obéir qu'à la stricte nécessité de faire face ou régler des situations d'intérêt national. L'on devrait arriver à dresser un chek-list exaustif des actions éligibles et à un cadre de rédhition des comptes au terme de chaque exercice budgétaire.

8.Posté par Boy plateau le 11/12/2012 11:29 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je pense sincerement que cette contribution merite d'etre envoyee a Macky Sall sous forme de lettre ouverte. Le probleme des fonds politiques est d'une urgente actualité.
Quant a toi a jarama Mohamed

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image