leral.net | S'informer en temps réel

Les médecins en gréve dans les prochains jours


Rédigé par leral.net le Samedi 20 Avril 2013 à 15:25 | | 4 commentaire(s)|

Les médecins en gréve dans les prochains jours
Des médecins menacent d’aller en grève. Ils reprochent au gouvernement de n’avoir pas honoré ses engagements vis-à-vis d'eux. En mouvement d’humeur, ces blouses blanches annoncent qu'il y aura, toutefois, un service minimum pour certains malades.



1.Posté par Boly DIOP le 20/04/2013 21:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Le Syndicat Autonome des Médecins du Sénégal
Dakar, le 18 avril 2013

COMMUNIQUE

Le Syndicat Autonome des Médecins du Sénégal (SAMES) informe de la grève qu’il décrète sur toute l’étendue du territoire national les lundi 22 et mardi 23 avril 2013 dans le cadre de la mise en œuvre de son plan d’action de lutte.

Ce plan d’action fait suite au point de presse initié par le SAMES le samedi 13 avril 2013 pour dénoncer la crise dans le système sanitaire du Sénégal.

Cette crise a pour nom :

1- La violation des acquis dans le cadre du protocole d’accord d’août 2010 signé avec le gouvernement et le Syndicat Autonome des Médecins du Sénégal :

- Conformément au protocole d’accord d’août 2010 entre le SAMES et le gouvernement, l’affectation des médecins doit respecter le calendrier scolaire, sauf en cas d’urgence.
Les affectations doivent également faire l’objet d’une commission où ne siègent que des médecins ou des agents de même hiérarchie
Le Ministre de la Santé n’a pas respecté les engagements du gouvernement par la note de service n° 03810/MSAS/DRH du 2 avril 2013.

- Le non paiement des indemnités de spécialisation médicale (ISM) aux médecins universitaires et à certains médecins municipaux.

- Le non paiement des rappels aux médecins étatiques dont les actes sont signés depuis plus de deux ans et à certains municipaux.

Cette indemnité doit être payée à l’instar des agents de la fonction publique de l’état à tous les Médecins, Pharmaciens et Chirurgiens Dentistes des collectivités locales titulaires d’une spécialisation.



2- Le blocage des négociations en cours avec l’actuel gouvernement

La commission technique, bipartite, chargée de l’examen de la plateforme revendicative du SAMES qui se tenait tous les vendredis après midi à la direction générale de la fonction publique depuis le 29 novembre 2013 ne se réunit plus.

En effet, c’est le secrétariat général de la fonction publique qui ne convoque plus le SAMES par courrier officiel depuis le 15 mars 2013, malgré plusieurs démarches de notre part pour la reprise des négociations.

Le SAMES déplore un dilatoire et une mauvaise volonté du gouvernement pour des propositions concrètes pouvant satisfaire nos revendications, surtout par rapport au régime indemnitaire, l’accès à la propriété.

3- La mauvaise gestion des structures

Le Directeur du Centre Hospitalier Matlaboul Fawzaini de Touba refuse de partir malgré la décision du conseil des ministres du jeudi 14 mars 2013 qui le relève de ses fonctions.
Depuis cette décision, le retard lié à la passation de service plonge l’hôpital dans une situation de paralysie qui empêche le bon fonctionnement de la structure.

Le Centre Hospitalier Abass NDAO traverse une situation difficile avec retard récurrent de paiement des salaires des agents.

La situation au niveau des nouveaux districts de Louga perdure depuis très longtemps et nous appelons une fois de plus le Ministère de la santé pour le règlement de cette situation.
Malgré la lettre circulaire N° 009562 /MSAS/SG du 12 novembre 2012 adressée au médecin chef de la région médicale de Louga, aux médecins chefs des nouveaux districts de Keur Momar Sarr, Sakal, et Koki et aux infirmiers chef de poste de ces différents districts, ces derniers n’adhérent pas au processus de nouveau découpage et ne reconnaissent pas les nouveaux districts encore moins les Médecins chef de district nommés à cet effet.

4- Le chômage des médecins contrastant avec une carence en ressources humaines

Le SAMES dénonce avec la dernière énergie le chômage des médecins alors que le pays manque cruellement de médecins généralistes et de spécialistes.
Cette année, sur 513 recrutements prévus, l’état envisage de recruter seulement 77 médecins, alors qu’il y a actuellement plus de 600 médecins qui chôment.



Une Association des jeunes Médecins chômeurs est née dans ce contexte de précarité de l’emploi, la difficulté voire l’impossibilité d’obtenir un financement pour l’ouverture de structures privées et à se payer une inscription pour en spécialisation.

C’est pour ces raisons et pour avoir privilégié en vain le dialogue et la concertation malgré un préavis de grève déposé depuis longtemps que le SAMES a pris ses responsabilités afin que les autorités en fassent autant pour permettre au Président de la République Macky Sall d’apporter les réponses satisfaisantes pour une bonne politique de santé.

Il s’agit au fond de mettre un système qui permet aux populations d’accéder aux soins de qualité et à moindre coût.


Secrétariat Général du SAMES
Docteur Mbaye PAYE



2.Posté par kone le 21/04/2013 02:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

non au affectation arbitraire

3.Posté par Badiane le 21/04/2013 09:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Au Senegal, les syndicats constituent l'un des obstacles fondamentaux au developement economique du Senegal. Car ils instaurent le culte de la paresse, preservent les avantages mal acquis et perennisent le sous-emploi. Beaucoup d'investisseurs tournent le dous au Senegal parce que la legislation du travail est extremement rigide pour un pays aussi pauvre.

4.Posté par Sentinelle le 21/04/2013 13:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dans les pays qui se respectent la santé constitue un secteur respecté. Les médecins, infirmiers et sages femmes doivent être bien payé pour qu'on soit exigeant en leur endroit. Au lieu de cela on privilégie les corps réprésifs ( justice, armée et). Un médecin avec 10 ans d'ancienneté percoit moins de 500 000 F (la moitié de la prime aux magistrats débutants) et ne peux pas posséder de maison. Ce n'est pas sérieux ! On est tous en danger. Dans les hopitaux américains, francais et canadiens on trouve plein de médecins sénégalais frustés qui ne demandent qu'a rentrer pour participer à notre système de santé.
Le président de la république doit corriger cette injustice que subit le corps de la santé, on doit revoir à la hausse le salaire des médecins, infirmiers et sages femmes pour atteindre le même niveau que les autres fonctionnaires de la même hiérarchie.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image