leral.net | S'informer en temps réel

Les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) s'accordent pour limiter leur production

Les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) sont parvenus mercredi soir 28 septembre à Alger à un accord « historique » pour limiter leur production. Le secrétaire d’Etat nigérian pour le pétrole, Emmanuel Ibe Kachikwu, a évoqué un plafonnement à un niveau de « 32,5 millions à 33 millions de barils par jour », à l’issue d’une réunion informelle. La production actuelle est estimée à 33,2 millions de barils par jour.


Rédigé par leral.net le Jeudi 29 Septembre 2016 à 00:13 | | 0 commentaire(s)|

Les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) s'accordent pour limiter leur production
Le ministre qatari de l’énergie, Mohammed Saleh Al-Sada, qui présidait la réunion, a confirmé ce chiffre. « C’était une très longue réunion à Alger, mais historique », a-t-il déclaré en précisant que le niveau de réduction par pays sera défini d’ici le sommet du cartel à Vienne, le 30 novembre.

Il a souligné que la réunion s’était déroulée dans une atmosphère « très positive reflétant la forte cohérence de l’OPEP » afin de soutenir les prix de l’or noir, en chute libre depuis deux ans.

De son côté, le ministre de l’énergie algérien Noureddine Boutarfaa a expliqué que cette décision inattendue sur une baisse de la production était « unanime et sans réserve ». La veille, l’Arabie saoudite et l’Iran, les deux grands rivaux régionaux au Moyen-Orient, avaient pourtant affiché des divisions.

La Russie, deuxième exportateur mondial derrière l’Arabie saoudite, est présente à Alger mais avait précisé qu’elle n’annoncerait sa position qu’après la rencontre des quatorze membres de l’OPEP.

La nouvelle a immédiatement fait grimper les cours du brut, qui ont clôturé en nette hausse à New York, alors que les marchés s’attendaient au contraire à ce que la réunion aboutisse à un constat de désaccord. Les cours du baril de référence (WTI) aux Etats-Unis a gagné 2,38 dollars à 47,05 dollars sur le contrat pour livraison en novembre. A Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison à même échéance a également progressé, de 2,72 dollars à 48,69 dollars.

Pourtant, estiment des analystes, un tel accord ne change rien aux fondamentaux du marché, plombé depuis mi-2014 par une offre excédentaire, fruit du boom des hydrocarbures de schiste américains et de la stratégie de l’OPEP d’ouvrir à fond les robinets pour maintenir ses parts de marché.

Landing DIEDHIOU, Learl.net avec Le monde






Hebergeur d'image