leral.net | S'informer en temps réel

Les mêmes causes, produisent en général, les mêmes effets.

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, par conséquent, l'Afrique ou n'importe quel autre continent ne pourra arrêter le vent de la révolte qui souffle partout où règnent l’injustice et l’absence de liberté. Et, tant que les dirigeants à la tête des pays n'auront pas compris, que le pouvoir qu'ils détiennent entre leurs mains, leur est simplement confié pour un temps donné, et que son exercice en dehors de la démocratie, de la justice et de la participation effective des citoyens à l'œuvre de construction nationale, est un risque évident qui mène irrémédiablement vers le soulèvement des populations, prises en otage et privées de liberté.


Rédigé par leral.net le Lundi 28 Février 2011 à 19:06 | | 0 commentaire(s)|

Les temps sont révolus ou en voie de l’être, pour que des dictateurs impotent ou assoiffés de puissance matérielle puissent s’accaparer du pouvoir indéfiniment et d’en faire ce qu’ils veulent ou ce que bon leur semble. Depuis que l’humanité existe, les révolutions ont toujours été motivées par de l’injustice sociale dans la gestion des biens communs des sociétés humaines, ainsi que de l’absence de liberté pour les peuples.
Pour toutes ces raisons et pour d’autres sans doute, nos marabouts censés être des guides pour le cas du Sénégal, doivent dire la vérité aux dirigeants du pays, comme le faisait Feu Serigne Abdoul Aziz Sy Dabakh, en de pareils moments. Ils doivent les convaincre qu’aucune solution précaire de colmatage ou de façade ne pourra arrêter le vent de mécontentement des populations qui n’en peuvent plus, et qui vivent présentement dans une misère noire indescriptible. Il est indéniable et doit être clair pour nous tous, que personne ne viendrait régler cette situation à la place du peuple sénégalais, tant que les concernés et victimes croiseraient les bras et laisseraient faire librement, un pouvoir dictateur, incompétent et corrompu, comme bon lui semble.
C’est justement là où certains fidèles musulmans devraient faire preuve d’une distinction nette et claire entre le marabout, un être humain faillible, et la religion, « un ensemble de dogmes et de pratiques cultuelles qui constituent les rapports de l’homme avec la puissance divine ». Cette confusion ou mélange de genres, pousse parfois certains musulmans à prendre l’un pour l’autre, ce qui est absolument grave et à condamner au regard de la religion musulmane et de son livre sacré le Coran. Si la religion est faite de règles, de préceptes et principes clairement définis par le Coran et la pratique (Suna) du Prophète Mohamed (PSL), il n’en est pas de même pour le marabout, un simple pratiquant faillible comme vous et moi, susceptible de transgresser pour des raisons personnelles et alimentaires, tout à fait étrangères à la religion musulmane, les règles et principes sacrés de celle-ci. Ce sont ces marabouts-là, qui servent d’interface au pouvoir entre celui-ci et les fidèles, en prenant sa défense contre les populations si meurtries en ce moment, par la faute d’un pouvoir qui tourne le dos à leurs préoccupations essentielles et primordiales.
C’est le moment et le lieu, d’inviter les fidèles musulmans à faire la part des choses, en procédant en une distinction nette, entre un marabout démarcheur au service d’un pouvoir, auteur d’injustice inqualifiable et objet de nos principales difficultés et malheurs, et celui au service de Dieu et de la vérité, qui aide les déshérités et victimes de tout genre à s’en sortir par la lutte, et non par la résignation et la soumission. Les Sénégalais, tous genres confondus, doivent avant tout, observer une attitude citoyenne et patriotique pour défendre leur liberté et leur pain, ce qui signifie également défendre le pays dans le même temps contre ses fossoyeurs et autres déprédateurs. Et comme le dit fort justement Mansour Sy Djamil : « les marabouts qui appuient et soutiennent les pouvoirs en place qui gouvernent par l’injustice, dévient parfaitement de la voie de l’islam et des recommandations du Prophète (PSL) ». Dénoncer de tels marabouts, voire les combattre, me semble être un devoir sacré. En se rangeant sans discernement du côté du pouvoir –qui détient tous les moyens, donc la force – contre les populations démunies et victimes –les faibles – ces marabouts pratiquent par-là, le révisionnisme des principes de l’islam en matière de solidarité pour ne pas dire qu’ils sont en train de faillir à leur devoir de solidarité tout court, en tournant le dos, aux nécessiteux qui sont dans le besoin prégnant.
Aucun pays n'est vacciné contre un soulèvement populaire, surtout si celui-ci, foule aux pieds toutes règles de bonne gouvernance, notamment, les libertés fondamentales et, prive de ses populations les moyens de vivre décemment. L'humanité est témoin que même les dictatures les plus féroces ont été finalement vaincues par la volonté populaire. A cet effet, aucune armée ne peut garantir à un dictateur quel qu'il soit, de subir le sort inéluctable qui est réservé à eux tous, un jour prochain. A bon entendeur Salut !

Mandiaye Gaye
Gaye_mandiaye@hotmail.com







Hebergeur d'image