leral.net | S'informer en temps réel

Les retraités au Sénégal : Le mal vivre des personnes du 3è âge

Le Sénégal est un pays qui se soucie du bien être des travailleurs et des retraités, avec deux institutions comme la caisse de sécurité sociale et l’IPRES pour assurer une retraite paisible et une assurance pour les travailleurs


Rédigé par leral.net le Dimanche 18 Novembre 2012 à 09:41 | | 2 commentaire(s)|

Les retraités au Sénégal : Le mal vivre des personnes du 3è âge
La mission fondamentale de l’I.P.RE.S (Institution de Prévoyance Retraites du Sénégal) est de servir des allocations de retraite et dérivées, dans le cadre de l’assurance vieillesse et de survivants.
A cet effet, l’institution a été chargée de l’organisation et de la gestion d’un régime général de retraite pour l’ensemble des travailleurs régis par le Code du Travail, et depuis le 1er janvier 1973 d’un régime complémentaire des cadres dont le but est de permettre à cette catégorie de salariés de maintenir le niveau de vie qu’elle avait pendant la carrière salariée.
En raison de ce qui précède, la couverture médicale n’a pas été la préoccupation majeure des autorités de l’institution lors de la création du régime en 1958 et au cours des années ultérieures. Toutefois, depuis la promulgation de la loi 75-50 du 3 avril 1975 relative aux institutions de Prévoyance Maladie, le retraité de l’I.P.RE.S se trouvait du coup sans couverture médicale alors que celle ci lui était concédée pendant sa période d’activité.

C’est précisément pour combler une telle lacune, que le Conseil d’Administration décidait en 1979 de prendre en charge du moins à hauteur de 80 %, les frais d’hospitalisation des allocataires, en même temps qu’elle assurait gratuitement à partir de 1981, les soins externes dans sa propre formation sanitaire, le Centre Médicosocial de l’Institution spécialisé dans les soins de gériatrie.

Cette importance décision procédait du souci constant du Conseil d’éloigner du spectre de l’invalidité et de la morbidité, les personnes du 3ème âge. Deux ans plus tard et pour éviter les longs déplacements des retraités résidant dans les régions, il a procédé à l’implantation d’unités d’infirmeries dans les localités où l’IPRES possédait déjà une agence. C’est dire que l’action sanitaire et sociale de l’Institution tourne autour de 3 axes :
• Le centre médico-social de Dakar
• Les infirmeries régionales
• La prise en charge hospitalière
Il convient de noter que les statistiques élaborées à la veille de l’ouverture du centre médico-social faisaient apparaître un nombre de bénéficiaires potentiel d’environ 25 060 retraités au 31 Décembre 1981. Aujourd’hui ce nombre est passé de 110 000 retraités.
Les services de l’IPRES
La pension de retraite
C’est une pension bimestrielle versée régulièrement à un retraité .Elle est attribuée a tout salarié cotisant de l’IPRES, âgé de 55ans à 60ans (53 ans par anticipation) et ayant cessé définitivement toute activité salariée.
La pension de veuve
Elle est attribuée aux veuves d’un pensionné ou d’un salarié cotisant, âgée de 50 ans au moins, (45 ans par anticipation) ou, à tout âge, à celle(s) ayant à charge au moins deux enfants âgés de moins de 21 ans.
La pension de veuf
Elle est attribuée au veuf d’une pensionnée ou d’une salariée cotisante âgée au moins de 55 ans (sans faculté d’anticipation). Toutefois, lorsque le veuf inapte était à la charge de la défunte, la pension lui est due à partir de 53 ans.
La pension D’orphelin(s)
Elle est attribuée aux orphelins d’un pensionné ou d’un salarié cotisant, âgés de moins de 21ans
.Le Remboursement des cotisations
Les participants qui ont commencé à cotiser après l’âge normal de la liquidation de la retraite et qui ne peuvent prétendre à aucune allocation, prestations ont droit, à leur cessation d’activité, au remboursement de leurs cotisations personnelles.

En plus du partenariat entre le Ministère de la Santé et de la Prévention Médicale et l’IPRES dans le cadre de la politique de vieillesse tracée par le Chef de l’Etat et qu’il a confirmée dans son traditionnel discours à la Nation le 03 avril 2006 : il s’agit du PLAN SESAME.

La prise en charge hospitalière
Cette prise en charge à été réactualisée à 4000 FCFA par jour en mai 1999 mais reste insuffisante et inadaptée à la nouvelle loi sur la reforme hospitalière. L’IPRES apporte une contribution de 300 millions de FCFA ajouté au fond de 700 millions dégagé par l’Etat du Sénégal dans le cadre du plan sésame de soins gratuits aux personnes âgées de 60 ans et plus.

Le financement de l’action sanitaire et sociale
Le système était financé par un prélèvement de 2 % sur les pensions des retraités :
•• Avant 2005: prélèvement de 2% grâce à une convention entre UNAR (Union Nationale des Retraités) et IPRES
•• Ce fonds était supervisé par un comité de gestion paritaire IPRES/RETRAITES
Après 2005 le conseil d’administration gelait le prélèvement des 2% en même temps qu’il réactualisait le Fonds social :
Ce fonds social fait référence à l’article 27 du règlement intérieur de l’IPRES et concerne les 3% des allocations de l’exercice précédant soit un montant annuel de 1.262.957.070 FCFA (2010) Les charges du fonds social faisaient ressortir en 2010:
• Produits pharmaceutiques : 412 millions de FCFA
• Le préfinancement du plan sésame: 300 millions FCFA
• Les secours aux allocataires: 60 millions
• Les autres frais de fonctionnement du Centre Médico Social : 478 836 436 FCFA (personnel permanents, vacataires, fournitures, eau, électricité, carburant, formation du personnel).

Beaucoup de retraités fustigent leur pension faible, en ne pouvant pas s’occuper de leur famille (leurs fils qui sont en chômage).
En fin de revaloriser le pouvoir d’achat des Retraités, l’IPRES lors de son Conseil d’Administration du jeudi 19 avril 2012 avait pris la décision, à l’unanimité de ses membres, de revaloriser les pensions à hauteur de 7%, à effet du 01 janvier 2012. Le gouvernement veut même que cette augmentation soit relevée à 10%, au-delà du choix de l’indexation de la pension sur l’indice des prix à la consommation, recommandé par la Banque Mondiale, à partir de 2011, dans ses propositions de réformes paramétriques.
Ainsi, les nouvelles valeurs des points, en vigueur depuis le 1er janvier 2012, sont :
Régime Général Régime des Cadres
Paramètres 2011 2012 2011
2012
Valeur annuelle du point 159,00 174,90 105,27 115,80
Valeur bimestrielle du point 26,50 29,15 17,55 19,30
Source : IPRES
P. M. Sall Senecoplus



1.Posté par Am le 18/11/2012 11:29 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Maitina loll

2.Posté par Babs le 18/11/2012 11:31 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faudra chercher des solution pour eux

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image