leral.net | S'informer en temps réel

Les signes évidents d’un esclavagisme rampant et un manque de respect notoire à son peuple!

Un peu plus de décence et de respect quand même Me Wade pour nos magistrats ! Mais à nos magistrats aussi, un peu plus de dignité quand même !


Rédigé par leral.net le Dimanche 14 Novembre 2010 à 19:36 | | 1 commentaire(s)|

Les signes évidents d’un esclavagisme rampant et un manque de respect notoire à son peuple!
L’injure à nos magistrats est scandaleuse et si grave, que si elle n’est pas lavée par les concernés, cela voudrait dire qu’ils ne méritent plus leur fonction et moins encore, ils sont inaptes à juger les citoyens que nous sommes. A mon avis, ils sont totalement disqualifiés au regard du traitement et de l’affront que Me Wade vient de faire de leur personne, devant leurs pairs internationaux de l’Union Internationale des Magistrats (UIM), sans qu’ils aient protesté le moindre du monde. Quand le président de la République dit : « On pense généralement à l’indépendance de la justice par rapport à l’exécutif, alors qu’il y a beaucoup d’autres contraintes. La question de l’indépendance des magistrats ne se pose pas car, psychologiquement, le magistrat ne veut pas être indépendant. C’est comme des esclaves. On les libère, ils vont 200 mètres et ils reviennent » pour dire : « je ne sais pas où aller » et il ajoute ensuite, devant une Assemblée de juges venus des pays du monde entier : « Qu’est-ce-que vous voulez ? Si les magistrats ne veulent pas se libérer, qu’est-ce-que j’y peux ? S’ils ne veulent pas se libérer des contraintes économiques de l’exécutif, on n’y peut rien » En termes clairs, cela voudrait dire que nos magistrats sont plus attachés aux avantages économiques –biens matériels et financiers-, que génèrent leur fonction, plutôt qu’à juger les citoyens équitablement selon, le droit et la loi et en leur intime conviction. Dès lors, nous citoyens, sommes entre les mains de juges, considérés comme peu vertueux, donc qui ne seraient maîtres de leurs actes, pour ne pas dire en service commandé, au moment de juger. Ceci confirmerait sans doute, ce que beaucoup de Sénégalais savaient déjà et dénonçaient depuis l’arrivée de Me Wade au pouvoir. C’est-à-dire, le fait d’avoir transformé notre pays en un vrai marché de bétail, où l’homme remplace la bête comme marchandise et se vendant au plus offrant. Et comme c’est lui, Me Wade, qui tient la bourse de notre pays, au lieu d’utiliser cet argent pour développer le Sénégal, non, il l’emploie justement pour acheter tous ces hommes-bêtes qui seraient à vendre ou précisément, ces esclaves qui, pour de l’argent, ils sont prêts à tout.
Aujourd’hui, suite aux propos de Me Wade, il doit être clair pour tous les Sénégalais vraiment de bonne foi, que nous ne pouvons plus compter sur ces juges-esclaves pour dire le droit, surtout, si Me Wade et son clan sont en cause.
Je ne cesse de le dire et de le répéter, l’introduction massive, intensive et de manière indécente de l’argent par Me Wade dans les mœurs politiques de notre pays, ainsi que le rôle de clé, qu’il lui assigne, comme pouvant ouvrir toutes les portes, même hermétiquement fermées. Et, ceci l’amène à penser dans son for intérieur, que personne ne peut et ne doit lui résister. Enfin que pour lui, tous les Sénégalais sont achetables, il suffit seulement d’y mettre le prix, ce qui revient à l’homme-bête. Vous conviendrez avec moi quand même, que c’est une insulte à l’endroit de tous les Sénégalais que nous sommes, à l’exception évidemment de sa famille.
Voilà pourquoi, il doit revenir aujourd’hui à chaque Sénégalais, à son niveau propre, de relever ce défi que Me Wade a lancé à tout le peuple sénégalais. Nous devons apporter la preuve par des faits concrets et non par un silence, même méprisant, que nous sommes bien des hommes ou plutôt des citoyens libres et non des esclaves en vente, comme il le pense intensément. Il y va maintenant de la dignité de chaque Sénégalais sans distinction aucune, sinon, les velléités monarchistes et esclavagistes de Me Wade, finiront par se confirmer et le convaincront, qu’effectivement, nous sommes tous ses esclaves et lui, le roi, pour ne lui avoir pas donné la riposte qui sied. Et l’idée de la provincialisation qu’il remet à l’ordre du jour, rentre bien dans ce cadre rétrograde et esclavagiste.
Alors, si jamais par naïveté, nous continuons, tous les Sénégalais confondus, à laisser-faire Me Wade, il transformera un jour par décret la République du Sénégal en un royaume, il se proclamera « roi », au milieu d’un peuple d’ « esclaves », et il placera demain son fils Karim, comme « prince » héritier. Vous le savez très bien, le ridicule ne tue pas au Sénégal. C’est quand même inhabituel que les Sénégalais soient si peu attentifs et se laissent berner, à ne pas s’apercevoir comment Me Wade est en train de nous manipuler petit à petit, pour réaliser toutes ses folles intentions, sans que nous réagissions, face à toutes ses manœuvres, de la manière la plus nette et énergique, pour l’arrêter. Et le plus désolant de tout cela, c’est notre argent que Me Wade utilise pour s’acheter des esclaves, sans que cela ne nous dérange un seul instant. C’est d’autant plus écœurant quand on entend certains individus dire : « C’est le président de la République, il a le droit de faire ce qu’il veut et comme il veut » C’est totalement faux à tout point de vue et que d’ailleurs, le simple bon sens n’admettrait pas cela. Mais que voulez-vous ? Ceux qui sont par essence, et ont dans le sang, un tel état d’esprit, ne peuvent mentalement se comporter que comme cela, parce que pour eux, la liberté n’existe pas et ne saurait exister. Ce sont ceux-là, qui facilitent la tâche à Me Wade, qui l’encensent de pouvoirs illimités. Et c’est pourquoi, il fonctionne maintenant tout à fait en marge de la constitution, qu’il utilise d’ailleurs comme un objet de sa bibliothèque et non comme tableau de bord, pour agir en conformité avec elle. Cette affirmation si juste disant que: « tout pouvoir doit être arrêté par un autre pouvoir » sinon, celui-ci devient absolu. Et l’absolu, ne relève que du bon Dieu, le créateur de l’Univers.
Au demeurant, c’est une des raisons qui pousse Me Wade à vouloir briguer un 3e mandat anticonstitutionnel, en sachant personnellement que ses juges-esclaves, ne le désobéiront pas ou n’iront pas dans le sens opposé à ses vœux. Ceci étant, il est alors convaincu que la Cour constitutionnelle, réputée incompétente presque en tout –ce qui la rend inutile pour le peuple sénégalais- ne rejettera pas sa candidature prochaine. C’est ce qui d’ailleurs le fait dire que seule, la Cour constitutionnelle est habilitée à statuer sur la validité des candidatures. Parce qu’il sait d’avance que l’avis de la Cour lui sera favorable, à quelques jours de la date limite de dépôt des candidatures et ainsi rien ne pourra plus l’empêcher de se présenter, même illégalement.
L’autre scandale qui découle du précédent, avec la complicité évidente des bailleurs de fonds et même l’Union Européenne qui ferment les yeux sur Me Wade, c’est l’achat d’un avion pour le président de la République à 21 milliards de francs CFA, dans une période où, c’est connu, le Sénégal est confronté à des difficultés de toutes sortes et presque dans tous les secteurs d’activité de la vie nationale. Là également Me Wade affiche et démontre son manque de respect inqualifiable, tant au peuple sénégalais qu’aux institutions de la République, en achetant un avion d’occasion qui ne manque pas de griefs, -l’ancienne flotte Falcon A319 ne permettait pas de faire de longues distances. Pour voyager en Amérique et en Asie des escales étaient nécessaires- sans prendre l’avis de personne et aussi sans qu’il soit inscrit et prévu dans aucun budget. Et c’est d’autant plus inacceptable, quand il déclare au peuple sénégalais : « j’ai le droit d’acheter un avion quand je veux…. Je n’ai besoin de l’autorisation de personne. » Ce ton aussi arrogant du président de la République à l’endroit de son peuple, démontre à suffisance, un manque de respect notoire et montre aussi que nous avons en face et à la tête de notre pays, un royaliste qui se prend pour un vrai roi.
Notre pays se distingue maintenant, par son déficit chronique de d’énergie inégalable, pour faute d’incapacité à s’approvisionner correctement en carburant pour alimenter ses centrales électriques qui fournissent l’énergie à tout le pays et dont la marche de l’économie nationale dépend entièrement. Ce déficit nous dit-on, l’Etat entend le résorber seulement en 2014, après plusieurs dates déjà avancées dans le passé, qui n’ont jamais été respectées. Alors une raison suffisante d’être bien en droit d’en douter. Alors c’est ce même Etat et dans le même temps, que paradoxalement, son chef, les yeux fermés sur tout ce qui précède, qui ose se payer sans état d’âmes, un avion à 21milliards de francs CFA. Sans ambages et ni plus ni moins, c’est une provocation inacceptable, qui devrait faire mal logiquement, à tous les citoyens patriotes et dignes de l’être, de voir un pays qui est incapable à l’heure actuelle de remplir le moindre de ses devoirs et obligations envers son peuple, s’abonner à un gaspillage systématique de nos maigres ressources, en avion, en monument, en festival mondial des arts nègres ou à la mise en valeur du terrain du chef de l’Etat etc… Cela dénote dans une certaine mesure, que le choix des priorités importe peu pour me Wade. L’essentiel pour lui, est que, ses besoins personnels passent bien avant les intérêts du peuple sénégalais, et par ricochet de l’économie nationale et le développement du Sénégal.
Ceux qui ne comprennent pas de cette manière ce qui se déroule dans le pays, peuvent être suspectés de complices inconscients ou sinon, de vulgaires opportunistes qui participent au pillage sans ménagement de nos ressources. Cette race d’individus que l’on retrouve autour du Président de la République, sont essaimés aujourd’hui dans toutes les composantes de notre société, tous secteurs confondus.
Ainsi, pour nous détourner des préoccupations essentielles du moment de notre pays et de nous tâches prioritaires et primordiales, au sein desquelles, est inscrit en droite ligne, le départ de Me Wade du pouvoir dans les meilleurs délais. A cet effet, pour brouiller les cartes, il réchauffe son fameux projet de provincialisation comme un appât, pour lui permettre de parachever son « œuvre » machiavélique de transformer notre pays à sa guise et à ce qu’il veut. Laissant ainsi les Sénégalais, passer tout leur temps à se quereller sur des détails inopportuns et insignifiants, au lieu de rechercher des solutions justes et durables, qui sauvegarderaient l’unité et la cohésion de la nation sénégalaise, autour de l’essentiel.
En vérité pour Me Wade, il n’existe qu’un seul et unique objectif, à savoir : tout faire pour se réélire par tous les moyens, quoiqu’il advienne et quelle que soit la manière, même illégale, comme en 2007. Alors, c’est à mon avis, de la même veine et avec une détermination sans faille, que tous ceux qui s’accordent, que le maintien ou la réélection de Me Wade est un danger pour le Sénégal, devraient trouver un terrain de convergence autour de l’essentiel pour le pays, afin de le sauver de ce danger imminent auquel Me Wade l’expose, entre responsables et patriotes pour faire partir l’actuel président de la République et tout son clan, dans les meilleurs délais.
Mais ce ne sera pas tout. Il faudra dans le même temps, que nous préparons l’après Wade, penser à construire et à constituer une équipe pluridisciplinaire, plurifonctionnelle, de compétences avérées d’hommes et de femmes pour gérer demain la transition à la satisfaction des populations. Cela suppose, qu’au cours de la transition, on prendrait en charge, les urgences de la demande sociale, qui ne pourront pas attendre la fin d’une transition.
La gravité de la situation de notre pays et l’ampleur des tâches actuelles sont telles, que nous devrions aboutir logiquement à un large front patriotique et homogène naturellement, constitué des forces vives et patriotes du pays, autour des conclusions des Assises nationales et de la Charte démocratique de gouvernance locale. Parmi ces forces, il faut compter sur les partis d’opposition radicale, au pouvoir, les personnalités civiles, qui ne se sont jamais compromises avec le régime de Me Wade, les mouvements citoyens qui se battent de façon radicale et sans ambages contre le pouvoir en place et œuvrent pour la refondation nationale de la république et pour un Sénégal nouveau.

Gaye_mandiaye@hotmail.com



1.Posté par sow le 15/11/2010 17:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si vous saviez combien vous aviez raison Monsieur Gaye mais combien aussi vous perdez votre temps à tenter de réveiller en ces "magistrats" un peu de dignité. C'est avec des gens ordinaires comme vous et moi qu'ils font le malin en se croyant sortis de la cuisse de jupiter. J'en veux pour preuve ce petit juge Fall du tribunal de Mbour qui se prend pour la projection orthogonale de DIEU sur terre. Vous n'osez même pas passer un appel dans la cour du tribunal, qu'il vous envoie un policier pour vous demander de sortir. Alors qu'il n'est qu'ESCLAVE comme l'a dit Wade Un peu d'humilité vous fera sûrement retrouvé la dignité perdue devant l'argent

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image