leral.net | S'informer en temps réel

Les syndicats d’enseignants et les étudiants mettent les pieds dans le plat : Mary Teuw Niane recadre et demande leur implication

Les autorités ont pour la majorité, apprécié, au cours de la visite des chantiers des universités de Thiès par la caravane du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, l’initiative et trouvé que les travaux étaient sur la bonne voie. Un avis que ne partagent pas le Saes, le Sudes et même les étudiants.


Rédigé par leral.net le Mardi 13 Octobre 2015 à 09:42 | | 1 commentaire(s)|

« De tous les sites que vous avez visités, Thiès ressemble moins à une université », fait remarquer Babacar Dieng du Saes qui indique qu’à Thiès, les enseignants travaillent dans des conditions très difficiles. Il a aussi dénoncé une sorte de discrimination dans la répartition des sommes allouées aux universités pour les projets de construction puisque, comparé aux universités du Sine Saloum et de Diamniadio, dont le montant pour chaque université est estimé à plus de 30 millions de Cfa, Thiès se retrouve avec la somme de 30 millions. « Le Sudes est entièrement solidaire des déclarations du Saes », renchérit le représentant du Sudes. Le porte-parole des étudiants de Thiès d'allonger la longue liste des doléances. D'après lui, vu leurs besoins, les autorités doivent allier urgence et essentiel pour leur livrer les chantiers. Il a par la suite dénoncé le fait que les services du Coud ne soient pas encore disponibles alors que les cours ont démarré.

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Mary Teuw Niane s’est, quant à lui, voulu clair à l'endroit des uns et des autres : « Ici personne n‘est plus prophète que l’autre, ce qui est important c’est que les projets réussissent. Ce projet, vous n’avez pas besoin de vous battre parce que ce n‘est pas en vous battant que vous l’avez eu, c’est un projet national ». Le ministre de marteler : « Economisez de l’énergie puisque ce projet, c’est l’Etat qui l’a décidé ». Ainsi, il leur a demandé de s'impliquer dans l’initiative de l’Etat. « Mettez votre énergie en collaboration avec vos autorités et aidez nous dans le suivi pour que ces projets se réalisent techniquement dans les délais », dit-il. « Si nous voulons promouvoir le label étudié au Sénégal, il faut bien que les étudiants formés ici soient formés sur un même plateau technique de même niveau que leurs camarades dans le monde », a-t-il souligné.

M. Niane a toutefois tenu à les rassurer. Il annonce en effet que, conformément à la décision du Conseil présidentiel sur l’autonomisation des œuvres sociales, à partir du 1er janvier 2016, il y aura des centres régionaux des œuvres universitaire dans chacune des régions du Sénégal « pour que l’une des vieilles revendications des étudiants soit réglée définitivement ». Aussi, la loi de finance initiale 2016, qui a été adoptée au dernier Conseil des ministres, a établi l’équilibre budgétaire au niveau des universités qui se trouve être une revendication des enseignants depuis 2005.

Mariama Kobar Saleh
.









Hebergeur d'image