Leral.net | S'informer en temps réel



Les vérités ivoiriennes d'Abdou Diouf

Rédigé par (Plus d'informations demain sur leral .net) le 17 Décembre 2010 à 15:51 | Lu 1639 fois

L'ex-chef d'Etat du Sénégal et Secrétaire général de la Francophonie plaide pour la fermeté: "Laurent Gbagbo, insiste-t-il, doit partir."


Les vérités ivoiriennes d'Abdou Diouf
Abdou Diouf: "Il n'y a pas lieu de suspendre la Côte d'Ivoire de telle ou telle instance continentale. Car cette formule laisse supposer que l'exécutif sortant demeure l'interlocuteur avec lequel il convient de traiter. Pour ma part, je n'envisage pas une suspension de l'OIF. A l'inverse, je demande à Alassane Ouattara, chef d'Etat légitime, de désigner le nouveau représentant de son pays au sein de l'Organisation."
Invité de l'Institut français des relations internationales (Ifri), l'ancien président sénégalais Abdou Diouf, secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), a livré hier soir, à la faveur d'un dîner-débat, une analyse claire et ferme de l'imbroglio ivoirien. Diagnostic d'autant plus probant qu'il émane d'un des rares "sages" de l'Afrique d'aujourd'hui. Mais aussi d'un ténor politique qui, chef d'Etat sortant vaincu à la régulière dans les urnes, sut en 2000 s'effacer sans barguigner devant son rival Abdoulaye Wade, résistant au passage aux injonctions de quelques barons de son parti.
Ne pas rééditer le schéma zimbabwéen
Selon ce "disciple" du défunt Léopold Sédar Senghor, il n'y a pas en Côte d'Ivoire d'autre issue que le départ du sortant Laurent Gbagbo. Seuls, estime le patron de la Francophonie, les modalités de sa retraite et son statut futur peuvent faire l'objet de négociations. "Pas question, insiste-t-il, de rééditer le schéma zimbabwéen." Référence à la côte mal taillée imposée voilà peu dans l'ex-Rhodésie du Sud, qui permit au vieux satrape Robert Mugabe de sauver son fauteuil présidentiel, tout en offrant à la figure de proue de l'opposition, Morgan Tsvangirai, la très ingrate mission de chef de gouvernement.
En inversant le verdict des urnes, pourtant incontestable et certifié, conformément à l'accord de paix de Ouagadougou (2007), par les Nations unies, le Conseil constitutionnel, organe aux ordres du clan Gbagbo, a commis à ses yeux une "forfaiture".
De même, Abdou Diouf approuve les sanctions individuelles et ciblées décidées par l'Union européenne à l'encontre de divers membres du "premier cercle" de Laurent Gbagbo. "A mon sens, précise-t-il, il n'y a pas lieu de suspendre la Côte d'Ivoire de telle ou telle instance continentale. Car cette formule laisse supposer que l'exécutif sortant demeure l'interlocuteur avec lequel il convient de traiter. Pour ma part, je n'envisage pas une suspension de l'OIF. A l'inverse, je demande à Alassane Ouattara, chef d'Etat légitime, de désigner le nouveau représentant de son pays au sein de l'Organisation."
S'il déplore la posture de l'armée ivoirienne, du moins de sa haute hiérarchie, celui qui fut le Premier ministre puis le successeur de Senghor relève que la troupe aurait quant à elle voté majoritairement en faveur de Ouattara. Ainsi émet-il l'hypothèse d'un mouvement qui pourrait aboutir à l'éviction simultanée de Gbagbo et des "généraux félons."
La théorie du complot néo-colonial récusée
Par ailleurs, "M. Francophonie" récuse la rhétorique très en vogue dans l'entourage de Gbagbo, selon laquelle ce dernier serait la victime d'un vaste complot néo-colonial ou impérialiste. A cet égard, il juge essentielle la réprobation explicite de l'Union africaine et de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cedeao). Reste que, sur la scène internationale, confesse-t-il, "trois pays m'inquiètent" : la Russie, qui n'a rallié que tardivement, et à reculons, le désaveu du Conseil de sécurité de l'Onu, la Chine, et plus encore l'Angola, ultime soutien de poids du putschiste institutionnel Laurent Gbagbo. S'agissant de celui-ci, l'hôte de l'Ifri tend à adhérer à la thèse qui veut que le fondateur du Front populaire ivoirien serait moins réfractaire au scénario d'un retrait assorti de garanties que la coterie des faucons qui l'entourent, à commencer par sa première épouse Simone.
Faut-il craindre, au-delà d'une période d'indignation consensuelle, que le primat de la Realpolitik conduise la "communauté internationale" -ou ce qui en tient lieu- à tolérer le fait accompli abidjanais ? "Impossible, rétorque Abdou Diouf. Jamais on n'acceptera cela. A cet égard, conclut-il, j'irai jusqu'à parier ma veste et ma chemise."


1.Posté par djolof le 17/12/2010 16:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et pourquoi lui, Diouf, ne se prononce jamais sur les violations de la démocratie au Séngal! Pourquoi, il n'ose pas? Traine-t-il des cafards après son départ du pouvoir? Il doit se taire!!!

2.Posté par kheba le 17/12/2010 17:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

yow djiolof tu es con il fo reconnaitre la personnalité de ABDOU DIOUF même ton président Abdoulaye WADE sait ca. Il a agi en tant k Patron de la francophonie dont la cote d ivoire est membre

3.Posté par diouf le 17/12/2010 17:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c vraie c un con .ça ne mérite pas une réponse ce grand con

4.Posté par Le monde a l'envers le 17/12/2010 18:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si Abdou Diouf tient tellement au textes, pourquoi il n'a pas refuse de se representer pour un 3eme mandat alors que les textes de l'oif n'autorisent que 2 seulement ? Abdou a pretendu que les bailleurs de fonds (France, Canada) lui ont demande de se representer. Donc sur demande des bailleurs de fonds, Abdou a accepte d'etre leur complice pour VIOLER les textes ? S'il est le democrate qu'il pretend etre, pourquoi n'avoir pas repondu : je respecte les textes et je me conforme aux 2 mandats ?
Abdou Diouf est devenu depuis sa reelerction a un 3eme mandat ILLEGAL, un HONTEUX OBLIGE DE SARKOSY> Avez-vous vu Abdou prendre ces temps-ci le contrepied de Sarkosy depuis sa reelection ?
Quand le meme avait tente une sortie timide contre l'IMMIGRATION CHOISIE de Sarkosy, ce dernier l'avait par des canaux diplomatiques, envoye un message lui disant de la fermer en ce qui regarde l'Union europeenne et la France en premier lieu sinon, il sera debarque comme le fut Boutros Boutros Ghali de l'OIF. Depuis, Abdou se fait petit et ne prend position sur rien tant qu'il n'entend pas Sarkosy parler ou recevoir des instructions de lui.

5.Posté par TALLA le 17/12/2010 21:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le monde a lenvers et djolof sont des imbéciles , ki limou kham sén bay khamouko, ni votre président wade

6.Posté par Africain le 18/12/2010 11:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Aujourdhui , personne ne peut accepter voire cautioner la forfaiture de Gbagbo, par le Président Diouf n'a franchement rien à dire car nous avons tous vu ce qui s'est passé en Guinée avec la bénédiction cette francophonie dont il dirige et la France qui est en réalité son "PATRON".
Ce que la France a orchestré en Guinée durant le second tour de cette election est un précédant dangereux en afrique, pire la communauté internationale aujourdhui en tete l'Onu se presse de reconnaitre Alpha CONDE tout en mettant une forte pression à Cellou Dalein de reconnaitre les résultats.
Franchement quand je pense à la forfaiture organisé en guinée avec le carnage d'une ethnie les peulhs pour installler un sois disant un ancien opposant, je suis outré par la complicité de la communauté internationale en tete la Francophonie que dirige Abdou Diouf!!!
C'est que personne ne peut accepter l'atitude de Gbagbo, mais je dis k Gbagbo n'a pas de leçons à recevoir de ces institutions qui ourdissent et faumentent des complots pour installer les dirigeants ki font affaires dans certains pays en afrique.

7.Posté par Jeannot le 20/12/2010 11:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tous ces gens qui parlent de gauche à droite contre Bagbo ne sont que la chorale de Sarko ils ne peuvent pas dire le contraire de la position française. Eux tous sont mal élus et aujourd'hui ils deviennent les donneurs de leçon La Cote d'Ivoire est un pays souverain. Tous savent que les gens du nord n'etaient pas animés d'une bonne volonté de faire des éléctions sérieuses. Le president qui a gagné au premier tour doit gouverner a defaut de reorganiser les elections au nord sous la supervision de gens sérieux.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site