leral.net | S'informer en temps réel

Lettre au Khalife Général des Mourides

« Travailles comme si tu ne devais jamais mourir et crois en Dieu comme si tu devais mourir demain » (Cheikh Ahmadou Bamba).



Toute fausse manœuvre est interdite au Sénégal ces jours et mois à venir. Le pays, telle une voiture lancée à vive allure en direction d’un tournant dangereux, est dans une marge étroite. Nulle personne soucieuse de son avenir ne peut, dans ce cas, se taire. C’est pourquoi je prends la parole à travers cette lettre ouverte que je vous adresse en votre qualité de Khalife général des Mourides.


Rédigé par leral.net le Mardi 9 Août 2011 à 03:43 | | 29 commentaire(s)|

Lettre au Khalife Général des Mourides
Pourquoi à vous alors ? Surtout dans un contexte où notre pays voit son ciel assombri par des menaces multiples et que je sais, d’avance, que vous n’avez pas la clé à leur solution. Clarifions : je ne m’adresse pas à vous parce que vous êtes l’unique, ou le plus important, représentant des forces sociales et religieuses de notre pays, ni, non plus, parce que je veux donner le sentiment que la confrérie des mourides que vous dirigez se doit d’être traitée avantageusement par rapport aux autres cohabitant avec elle dans le pays. En d’autres termes, cette lettre aurait pu être destinée à d’autres autorités socio-religieuses sénégalaises dont la représentativité est également reconnue. Car de Tivaouane, Touba jusqu’aux confins de Tamba ou encore dans d’autres régions du pays, comme les pays sérère, diola, toucouleur ou fulbé, il ne manque pas de personnalités, musulmanes, chrétiennes ou animistes, dignes de recevoir ce qui est principalement une sonnette d’alarme.


J’ai choisi de m’adresser à vous parce que, d’abord, je crois que la démocratie est une exigence dont la matérialisation relève d’une démarche endogène. C’est ensuite, parce que, ces temps-ci, vous êtes sous les feux de la rampe. A la suite de Maître Wade, des acteurs de la scène publique convergent vers vous en quête soit d’une bénédiction soit d’une intercession pour que le pays aille, le moment venu, vers des scrutins transparents.

Fonds de commerce électoral On peut penser ce que l’on veut du rôle des chefs religieux en démocratie et des risques théocratiques liés à leur omniprésence sur ce champ. Mais, vouloir ignorer la capacité qu’ils représentent ici c’est faire preuve d’une grande naïveté. L’essentiel est de parvenir à réduire les aspects négatifs, notamment la vénalité qui les défigurent ou la transformation parfois de citoyens en sujets religieux passifs, crédules et aveuglés par une perspective métaphysique lointaine. L’objectif est de faire en sorte qu’ils puissent agir davantage en force du bien au service de l’intérêt général sans jamais oublier que tout puissants qu’ils puissent être, les chefs religieux doivent rester des auxiliaires du pouvoir temporel qui sont les vrais responsables, sur terre, des destinées de la nation républicaine et laïque que doit demeurer le Sénégal. Préserver et valoriser le capital social sénégalais dont ils sont largement dépositaires, avec d’autres forces traditionnelles, devient l’une de leurs missions essentielles.... Une autre raison, plus personnelle, m’autorise à vous interpeller. C’est parce que, sans excès verbal, je pense en avoir la légitimité. Vous le savez, nous partageons le même arbre généalogique. Or, rarement, ou presque jamais, ai-je excipé de cette appartenance à la lignée Mbacké-Mbacké, par ma mère. L’heure me force à sortir du bois parce que des forces prédatrices agissent de plus en plus pour instrumentaliser le leadership de la confrérie mouride au risque de le transformer en gadget au service de causes n’étant pas forcément en phase avec cette formidable confrérie dont deux valeurs essentielles, au départ, sont l’exaltation du travail et la soumission à Dieu, ce qui suppose le rejet des excès folkloriques, de la corruption et des magouilles si malheureusement érigés en normes dans le Sénégal d’aujourd’hui.

Remettre en question la relation avec le pouvoir politique ne sera pas aisé, je le sais. Tant d’intérêts financiers et de carrières politiques sont en jeu ici. C’est pour ces raisons que la collusion entre Dieu et César, entre le pouvoir religieux et temporel, n’est pas un phénomène nouveau au Sénégal. Les anciens régimes socialistes en ont fait leur fonds de commerce électoral, tandis que le wadisme, qui promettait une rupture, a honteusement amplifié le phénomène. Je me permets de vous inviter à être le premier, sinon l’un des premiers, à tracer la ligne rouge à ne pas franchir par quelque politicien. Il vous revient d’envoyer un signal clair aux populations sénégalaises dont l’intelligence est telle qu’elles savent de plus en plus naviguer avec tact entre leurs devoirs envers leur Seigneur et leurs responsabilités terrestres, notamment pour ce qui concerne la gestion politique et économique du pays. Ne pas en prendre l’initiative, c’est s’exposer à un retour de manivelle : l’histoire est en marche et elle ne tolèrera pas trop longtemps la perpétuation de quelque relation indue surtout si elle se nourrit de l’argent du contribuable. Votre devoir est engagé. Dire non face à ce qui est injuste est une façon de respecter Dieu, je n’ai aucune qualité pour vous le rappeler : vous le savez mieux que moi !
 
Cette démarche est possible car le Sénégal ne peut échapper, après ces années de dévergondage politique, à un renouvellement de son Contrat social, pour en redéfinir les termes, afin de préserver, en l’améliorant, ce qui fait son originalité. L’existence d’une classe politique, au sens large, dont les errements intellectuels sont problématiques, la rend délicate. Comme lorsqu’une mission vient vous demander d’intervenir auprès de Abdoulaye Wade afin qu’il ne brigue pas un troisième mandat. Or l’architecture constitutionnelle de notre pays ne peut être plus éloquente qui donne mandat à la Cour constitutionnelle de se prononcer sur la question, le moment venu, et de le faire en toutes responsabilités, en mesurant les conséquences de l’acte qu’elle pose.

Qui ou Quoi


Qu’Abdoulaye Wade ait déçu, voire échoué lamentablement dans son projet de gouvernance democratique du Sénégal et de sage gestion des biens de la nation, ne fait aucun doute. Cela constitue une raison pour lui de ne pas se représenter devant l’électorat, sans compter la barrière biologique qui, a près de 90 ans, lui dicte de prendre sa retraite politique. Je n’ai pas attendu la vague actuelle pour dire cela : Wade III, Trois fois Non, que j’ai publié depuis au moins deux ans, l’atteste ! Cela étant, qu’il veuille malgré tout solliciter à nouveau les suffrages des Sénégalais ne regarde que lui et ceux qui veulent le reconduire, malgré son incapacité, a la tête d’un pays confronté a des défis exigeant qu’un homme alerte, moderne et compétent soit à sa barre. En votre qualité de Guide religieux, vous ne devez pas tomber dans le piège d’un charlatan politicien, quel que soit ce qu’il amène dans sa corbeille surtout que vous pouvez vous défausser sur le donneur d’ordre qu’est le peuple, en démocratie. Souverain, il lui est loisible de choisir même un fou ou un voleur pour présider à ses destinées si aucun contrepoids constitutionnel n’est prévu pour l’en empêcher. Dans ce type de relation contractuelle, entre principal et agent, c’est finalement l’agent, serviteur de la République, qui finit par faire ce qu’il veut, au grand bonheur ou dam du peuple.
Aucune surprise n’est à attendre de Wade de ce point de vue : un mandat électif, il n’en fait qu’à sa tête ! Seul espoir : qu’il le veuille ou pas, qu’il fraude ou pas, qu’il gagne à la régulière ou pas, il sait que l’Après-wadisme, le temps de solder les comptes, a commencé. Sans que cela règle l’autre variante, plus complexe, de l’équation : comment lui dénicher un successeur digne de confiance. Les prétendants trainent, tous ou presque, des casseroles, pour n’avoir pas non plus été des gestionnaires vertueux des biens publics ou été les démocrates qu’ils prétendent être maintenant. Leur intolérance, voire leurs méthodes mafieuses, n’en font pas des acteurs capables de gérer avec efficacité et équité, ce qui doit être la grande question de l’Après-Wade : non pas QUI, le temps des messies étant révolu, mais QUOI, quel type de démocratie, pour le Sénégal ?

Alors que le monde est traversé par des dérèglements financiers dangereux et que le Sénégal se trouve dans une impasse, aucune erreur n’est permise. Même à vous ! Je note, pour m’en réjouir, que vous avez dit votre détermination à ne céder à aucune pression. Sage engagement : c’est a ce prix que le mouridisme sortira grandi de ce lourd contexte. « Recrédibilisé », il sera en mesure de faire entendre sa voix dans le Sénégal à reconstruire demain, autour de valeurs anciennes et nouvelles, pour qu’il cesse d’être cette vaste arène d’activités ludiques et redevienne un Etat-nation débarassé des forces rétrogrades aussi bien dans le régime libéral que dans les rangs de l’opposition qui le malmènent. 
 Ce message, j’aurais pu le destiner à d’autres, surtout à des étrangers. Comme le cje tehef de l’Exécutif américain, Barack Obama, pour l’inviter à revigorer son engagement à promouvoir les institutions démocratiques, comme socle d’une véritable démocratisation en Afrique, au lieu de se laisser disperser en célébrant des démocraties non encore crédibles ou à serrer la main d’apprentis monarchistes lors d’un Sommet du G8, à l’instigation maladroite du président français, Nicolas Sarkozy. Pour n’avoir pas su garder le cap du discours de rupture qu’il avait tenu pendant la campagne électorale l’ayant porté au pouvoir, en 2007, Sarkozy est aussi disqualifié : ses accointances avec certains pilleurs des deniers publics de notre pays, le rendent suspect, d’autant plus que des activistes nostalgiques de la Françafrique disent agir en son nom sur le continent. Adresser cette missive aux autorités des deux grandes Internationales politiques était aussi une option alléchante. Libérale ou socialiste, l’une et l’autre maintiennent des liens avec des partis politiques dans notre pays, en particulier avec leurs dirigeants, sans se demander s’ils agissent toujours ou non en vrais démocrates. Les dirigeants des différentes institutions internationales, de la Banque mondiale au Fmi en passant par l’Onu, dont l’omniprésence sur le continent n’est plus à démontrer mériteraient également d’être sommés de s’expliquer sur leur rapport au Sénégal. Après l’échec de leurs politiques économiques, le fait que récemment, notamment en Libye ou en Côte d’Ivoire, l’Onu se soit mise au service d’une politique de la canonnière que l’on croyait révolue, plaide en leur défaveur. Enfin, parce qu’elles ne connaissent pas encore très bien les subtilités africaines, ou que leur propre expérience politique n’en font pas encore des parangons de la démocratie, il ne serait pas approprié de faire appel aux puissances émergentes du Sud, de la Chine au Brésil, voire l’Inde, qui tentent de jouer une carte africaine en mettant en avant un paradigme développementaliste pour faire pièce à l’exigence néo-libérale voulue par le monde occidental sur le continent... Ce message vous est destiné, en premier, parce que la voiture Sénégal, vous le savez, s’approche d’un tournant trop dangereux, qu’elle ne peut rater. Avant d’autres, votre voix peut la prémunir du pire...

Adama GAYE Journaliste, Consultant adamagaye@hotmail.com



1.Posté par karim opposant le 09/08/2011 04:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

rien a dire mr gaye
et je suis sur qu une oreille attentive accueillera votre messive

2.Posté par Jollof le 09/08/2011 06:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Chapeau a Mr Gaye. Tres bient dit. J'espere que les marabouts vont retourner dans les Daaras, di djamou Yalla, au lieu de se prostituer devant les politiciens pour des valises remplies d'argent.

3.Posté par SARR le 09/08/2011 06:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

permettez-moi de vous que votre lettre est pleine de contradictions.Vous voulez entrainer le marabout dans un role d,opposant alors les talibes se trouvent dans les deux camps en face ; CELUI DE L,OPPOSITION ET DU POUVOIR.Vous devez demander au marabout de prier pour le pays .gardez votre sang froid et que le peuple senegalais decide souverainement de son avenir en 2012 a travers les urnes. Que le meilleur gagne et dans la paix.

4.Posté par Ahbon le 09/08/2011 08:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sarr, vous devriez relire le texte.
Ce Monsieur ne dit pas autre chose. Il renvoie dos à dos Wade, qui a échoué et l'opposition, au sein de laquelle il ne voit pas d'alternative crédible.

5.Posté par sen le 09/08/2011 09:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faut sourcer vos articles s'il vous plait!!!!

6.Posté par DIdo le 09/08/2011 09:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Excellent, rien d'autre à dire.

7.Posté par Babs le 09/08/2011 09:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les politiciens se ruent toujours vers Touba pour un ndiguel comme c'est seulement oû ca existe ,finalement ils se servent de Touba

8.Posté par ama le 09/08/2011 09:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

SARR faut savoir comprendre ce que l'on lit

9.Posté par Baye le 09/08/2011 10:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La lecture de votre lettre ouverte m'amène à faire quelques commentaires.

Primo, vous êtes un homme de la communication donc vous savez mieux que moi que pour chaque cible lui correspond un médium. Celui que vous utilisez ici (une lettre ouverte) ne sied pas pour s'adresser à une autorité religieuse. Cela m'amène à conclure que moins de vouloir s'entretenir avec le Khalif, vous voulez juste vous faire un nom dans ce tintamarre de journalistes nuls.

Secundo, dans le fond, la trame de l'article est contradictoire comme l'ont eu à le soulever quelques commentateurs avant moi. En effet, comment voulez vous que le Khalif prenne position et dire la "vérité", une vérité qui, pour vous, n'est réelle que quand elle est contre Wade. La démocratie aurait voulue qu'il laisse le libre jeu et ne se prononce pour aucun des camps ou tout au plus favoriser les conditions d'un scrutin transparent et pacifique. Et pour moi, il est dans cette logique au vu de sa déclaration transmis par son porte parole lors de la visite du président. Ecouter l'intégralité du discours et non les passages savamment sectionnés par vos confrères.

Tertio, le ton est irrespectueux. La déférence qui lui est due exige de vous la retenue d'où la forme inadaptée que vous avez employée. Comme vous dites que vous êtes de la famille, alors une tête-à-tête serait plus indiquée ou même une simple lettre, mais non ce "ndigeul" par presse interposée. En outre, dans votre lettre des passages s'attaquent même à la Mouridiya que vous traitez sournoisement de voie "décrédibilisée", ses adeptes de "sujets religieux passifs, crédules et aveuglés par une perspective métaphysique lointaine" et leur Khalif de "fonds de commerce électorale". C'est simplement irrévérencieux. Le Khalif n'est pas une autorité élue pour qu'on puisse le héler dans la rue. Il n'a pas de compte à rendre si ce n'est à Allah et à Serigne Touba. Les mourides ne sont pas bêtes, mais ont librement adhérer à une voie qui a son règlement intérieur. Ils surfent dans une logique et une rationalité non descriptible par les schèmes de la rationalité occidentale. Tant que vous n'intégrerez pas ça, toute analyse s'avèrerait incongrue.

J'espère me faire comprendre.

10.Posté par Un Sénégalais depuis Bakel le 09/08/2011 10:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On se perd là! On dirait un labyrinthe, tellement les idées sont confuses et entre-mêlées! D'autre part, il y'a erreur de destinataire.
Le Guide religieux n'a jamais réclamé à être mêlé à tout ce tohu-bohu partisan.
On n'a jamais entendu sa voix et il n'a jamais tranché à l'arbitraire!
Il a plus intéressant à faire: représenter dignement son valeureux Guide et non moins grand-père et prier pour tout le monde et en particulier pour ses braves talibés!
Khana kay, en bon Guide, il ne peut refuser l'hospitalité à qui que ce soit (pouvoir comme opposition) et il ne croulera pas sous les pressions mondaines (économique, médiatique et autres), comme il l'a si bien fait comprendre!
Nguir Allah laissez-le en dehors de vos préoccupations de basses politiques! arrêtez de faire de son nom un fond de commerce (illicite du reste!)!
Merci Sarr!
Salam à tous!

11.Posté par veuse le 09/08/2011 10:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

MERCI BAYE

12.Posté par THUGZAL le 09/08/2011 11:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

BAYE merci d'avoir corrigé ce con et irrespectueux journaliste

13.Posté par Patisco le 09/08/2011 11:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

wade dolignou yow lagnou gueum ya niou doy thia kaw thia kanam rek
Président wade le Sénégal est content de toi, vous avez changé le visage du pays, vous avez développé les secteur de la santé, éducation, agriculture tec
Ndiaganiao est avec toi président 75% premier au premier vive wade alliés

14.Posté par ndg le 09/08/2011 11:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faut accepter le droit à la majorité.Touba a toujours joué un role prépondérant dans l'histoire politique du SENEGAL.DE SENGHOR A LAMINE GUEYE.Depuis toujours c touba qui choisit le PRESIDENT DU SENEGAL.

15.Posté par le juriste le 09/08/2011 11:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mr GAYE je suis au regret de vous annoncer que le Sénégal ne dispose pas d'une Cour constitutionnelle comme vous le dites mais plutôt d'un Conseil constitutionnel et cette différence est d'une importance capitale pour nous juristes. Sachez-le maintenant !

16.Posté par khalat le 09/08/2011 11:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il
faut
en
tout
cas
cesser
de
prostituer
la
religion

17.Posté par Baye le 09/08/2011 13:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Tout puissants qu’ils puissent être, les chefs religieux doivent rester des auxiliaires du pouvoir temporel qui sont les vrais responsables, sur terre, des destinées de la nation républicaine et laïque que doit demeurer le Sénégal".

Non Monsieur le journaliste, pour nous mourides, le Khalif est le détenteur des pouvoirs spirituel et temporel. Il n y a pas de séparation des pouvoirs. Libre maintenant à lui de voir comment négocier ce temporel avec ses contemporains fut-il un "Président de la République".

"Il vous revient d’envoyer un signal clair aux populations sénégalaises dont l’intelligence est telle qu’elles savent de plus en plus naviguer avec tact entre leurs devoirs envers leur Seigneur et leurs responsabilités terrestres, notamment pour ce qui concerne la gestion politique et économique du pays".

Autrement dit M. Gaye fait du chantage au Khalif et lui donne le ndigueul de ne pas donner de ndigueul sinon les populations feront la part des choses entre le religieux et le temporel. Le journaliste a tout faux. Même si le Khalif ne se prononcera certainement pas pour un camp, le mouride ne scinde pas sa vie en deux pour juste en donner une partie. Jebbalnaala sama bopp aduna ak alaaxira, tels sont les propos du pacte d'allégeance. Ca, nos politiciens quelque nuls qu'ils puissent être l'ont bien compris pour se ruer sur le Khalif, contrairement à vous, journaliste qui devrait éclairer la lanterne.

"Ne pas en prendre l’initiative, c’est s’exposer à un retour de manivelle : l’histoire est en marche et elle ne tolèrera pas trop longtemps la perpétuation de quelque relation indue surtout si elle se nourrit de l’argent du contribuable". Ici, il traite le vénéré Khalif de corrompu nourri non de dons pieux (adiyas), mais de l'argent du contribuable.

Sidérant....

Si ton objectif était de te faire un nom, désormais tu l'as, "GAYE l'imprudent". Si, au contraire c'était de façon inavouée ternir l'image du Khalif, tu as lamentablement échoué.

18.Posté par senegalinsis le 09/08/2011 15:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

cette lettre est contradictoire Mr sarr wakhoofi dara

19.Posté par Jambar le 09/08/2011 18:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pédanterie, quand tu nous tiens !
Cette missive, Baye l'a rappelé, est confuse et pleine de contradictions en plus d'être irrespectueuse. Trop arrogant, ce mec que je connais bien et qui se prend pour le centre du monde.

20.Posté par La subjectivite de Baye le 09/08/2011 18:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Baye, en tant que fanatique talibe mouride, tu ne pouvais qu'avoir une lecture biaisee. En plus d'etre biaisee, tes postings demontrent l'aveuglement, l'hypocrisie et le fumisterie.

Tu fais dire des choses que Adama Gaye n'a jamais dit dans sa lettre. Si vraiment, le talibe mouride par son "djebeulou" fait don de sa vie temporelle et spirituelle a son marabout. Ainsi, le mouride ne doit pas se retrouver dans cette republique. Voila un sujet tres delicate pour toi, et il faut aller jusqu'au bout de ta logique.

Si vraiment toute la classe politique se bouscule aux portes du khalife pour un probleme qui concerne la democratie, la republique et les institutions du senegal, dans cette meme ordre d'idee, Mr gaye a le meme droit que les politiques d'interpeler le khalife par une lettre ouverte.

cette lettre ouverte n'est pas destinee aux morts, mais bien sur a un etre vivant quoi que khalife de Serigne Touba. Si notre education musulmane avec les enseignements du prophete Mohamed sas nous permet d'adresser une lettre au bien-aime prophete de Dieu, pourquoi pas au khalife des mourides.

Ce qui demontre encore une fois, le fanatisme des soit disant talibe-intellectuels.

jamm ak salam

21.Posté par sunugal le 10/08/2011 02:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

CE JOURNALISTE ADAMA GAYE EST UN PETIT-FILS DE MAME CHEIKH ANTA MBACKE-BOROME GAWANE!!!!(FRÈRE DE SERIGNE TOUBA) DE SA MERE !!!! DONC IL A LE PLEIN DROIT DE PARLER AVEC LE KHALIF DE CE TON!!! MAIS JE TROUVE QUE SERAIT MIEUX EN TÊTE A TÊTE PRIVE ,MAIS PAS COMME ÇA INDIRECTEMENT.C EST SA PART DE RESPONSABILITÉ DANS LES AFFAIRES DU MOURIDISME.
MERCI A TOUS.
SUNUGAL-NDIAYE.

22.Posté par cisco le 10/08/2011 09:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

effarant et irrespectueux sont les sentiments qui m'anine a la lecture de cette"lettre ouverte".Monsieur Gaye je ne sais pas ce que vous vouliez montrer en precisant votre parentee d'avec le khalif,mais cela n'a contribue qu'a vous ridiculiser,par le ton irrespectueux que vous apostrophez votre parent le khalif.Mais la suite de votre lettre ou vous vous attaquez comme toujours a Wade,explique a souhait votre comportement a l'egare du Cheikh.
Certainement ,vous vous attendiez a ce que le khalif dise clairement a Wade de ne pas se presenter,et comme c'est le contraire qui s'est produit,monsieur n'a pu cacher sa deception,et par le biais d'une lettre ouverte(quoi de plus insultant) veut "punir" le Cheikh.
Le khalif a eu la sagesse de savoir que seule une institution est capable de lire le droit en matiere de candidature et cette institution c'est le conseil constitutionnel et non la cour constitutionnelle.

23.Posté par Baye le 10/08/2011 12:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A l'auteur du post 20

Tu as raison de dire que je ne me retrouve pas dans cette "république", qui au demeurant est l'aboutissement de la Révolution française où Dieu n'a aucune place car ne régulant ni ne légiférant quoi que ce soit.

Je suis pour une république bien sénégalaise où les lois et les institutions seront l'émanation de processus endogènes charriant toutes nos valeurs authentiques et non des "camisoles de force" importées. Dans cette république, un président consultant un Khalif ne sera pas "la république couchée", mais une normalité.

Cependant là où tu as tout faux, c'est quand tu traites de fanatique quelqu'un qui débat avec force argumentative et ne citant que le texte de base : la lettre ouverte de M. Gaye- l'imprudent. Soyez factuels vous aussi pour ne pas avoir un commentaire biaisé.

Et ce que j'ai remarqué, c'est qu'à chaque fois que vous vous trouvez devant des intelligences égales défendant la Mouridiyya, vous les traitez de fanatiques de la même manière que vos maîtres à penser occidentaux réagissent fassent au défenseurs de l'Islam en Occident. Est-ce votre seul contre-argument ? C'est hilarant.

Je sais qu'il vous faudra du temps; mais, il faudra vous faire avec une autre rationalité, celle de ceux que vous nommez "talibés-intellectuels" qui se nourrissent du nectar des enseignements de Serigne Touba et non de la sève indigeste des penseurs occidentaux, athées de surcroit.

24.Posté par beybey le 10/08/2011 12:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci Baye pour les éclaircissements.

25.Posté par khalat le 10/08/2011 13:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faut que les sénégalais sachent que Aboulaye Wade les dirige à partir de leurs défauts,notamment : fanatisme,hypocrisie,folklorique, magouille,etc.. . Il les connait bien et utilise la stratégie du "diviser pour mieux régner". Il ne croit en rien du tout sauf le pouvoir et ses avantages.Ses relations avec le mouridisme ne sont que de l'opportunisme.Yewou lén. Il faut refuser d'être des talibés aux oeillères.

26.Posté par Un passant le 10/08/2011 14:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quel con!!!

27.Posté par mokka le 10/08/2011 15:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On sent nettement que certains profite de l'occation pour tirer sur le khalif alors que dieu sais qu'il est constant dans sa position3tout ce qui n'est pas conforme à la voie traçée par SERIGNE TOUBA ne m'émeut guére"
Comme souligné en haut ,il y a un canal beaucoup plus descent pour s'adresser au khalif qu'une lettre ouverte surtout quand l'orateur se dit appartenir à la famille de Bamba
erigne Touba néna kouma toude fo khamm né sopouniou lounou ma wakhhh yama togn
TOGN nga serigne BOU bakh

28.Posté par almaida le 10/08/2011 15:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

merci pour la remarque mais soit rassurer du moment que les forces de l'ordre sont la pour mettre l'ordre avec une répression jusqu'à la dernière goutte

29.Posté par mourid le 12/08/2011 05:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

kou wax feeñ a ce journaliste anime par des sentiments d,opposant aveugle par un sentiment profond de desespoir je pense que tu t,es trompe d,interlocuteur .tu devrais t,adresser a ta propre raison et te corriger avant de manquer de respect a un homme aussi important qu,est le khalif general des mourides et a ces talibes mourides que tu qualifie d,ignorants ,de naifs,de sujets passifs de credules et d,aveugles par des perspectives metaphysiques.
votre appartenance a cette lignee de mbackes mbackes devrait te guider dans le bon sens mais pas a vouloir dicter une lecon de sagesse a un guide aussi informe u,est le khalif general des mourides.regardes-toi dans la glace et dis-toi la verite

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image