leral.net | S'informer en temps réel

Lettre aux ambassades accréditées au Sénégal : Wade cite le nom de la Première Dame, le Front le censure

Rien ne semble être de trop pour Me Wade afin de faire libérer son fils. Dans la lettre qu'il comptait envoyer aux ambassadeurs accrédités au Sénégal, le pape du Sopi s'en était pris à Marième Faye Sall, à la Douane et à la Crei pour vilipender le régime de Macky Sall. Mais, le Front patriotique pour la défense de la République n'a pas voulu laisser passer ces passages et les a censurés.


Rédigé par leral.net le Mercredi 11 Février 2015 à 09:48 | | 46 commentaire(s)|

Lettre aux ambassades accréditées au Sénégal : Wade cite le nom de la Première Dame, le Front le censure
Le Fpdr, qui était chez Wade hier, a procédé à la finalisation du document qui doit être envoyé au niveau de certaines chancelleries. La Tribune indique que le document de huit pages dénombre de façon exhaustive les "points noirs du régime" de Macky depuis le 25 mars 2012. Selon les sources du journal, le document a été revu et corrigé, car il y avait des parties qui n'étaient pas du goût de tous. C'est le cas, d'après nos confrères, du passage où on évoque le nom de la Première Dame, Marième Faye Sall, en allant jusqu'à écrire que c'est elle qui demande au Président de ne pas libérer Karim Wade "pour des raisons mystiques". Il y a aussi ce "rappel historique" de la création de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei) par Abdou Diouf. Dans le document initial, Wade a mis l'accent sur le fait que la Crei était en grande partie créée pour traquer des responsables de la Douane sénégalaise qui s'étaient enrichis de manière indue à l'époque. Mais, après des discussions sérieuses, le mot "Douane" a été enlevé. La raison est que le Front a voulu être "républicaine" jusqu'au bout et éviter chemin-faisant de discréditer une institution respectable.

Mises à part ces remarques, indique La Tribune, le reste du document a été "validé". Et maintenant, place au travail sur le terrain qui consiste essentiellement à aller dans les ambassades accréditées au Sénégal. Sans oublier les lettres destinées au Président américain, Barack Obama et à d'autres dirigeants de puissances occidentales. Le Fpdr se dit convaincu de la justesse de sa démarche. Car, à ses yeux, la traque entreprise par le régime actuel n'est qu'un moyen pour annihiler les forces de l'opposition. Lors de cette rencontre, informe-t-on, Wade très irrité, s'est dit convaincu que Macky Sall est en train de presser le président de la Cour Henri Grégoire Diop pour qu'il condamne Karim à une lourde peine. Ce qu'il ne saura accepter au prix de sa vie. La conférence de presse prévue cet après-midi permettra d'en savoir plus.






Hebergeur d'image