leral.net | S'informer en temps réel

Lettre ouverte à Diagne Fada


Rédigé par leral.net le Mercredi 18 Novembre 2015 à 19:55 | | 14 commentaire(s)|

Monsieur Modou Diagne Fada,

Dans un communiqué rendu public, vous appelez les Sénégalais et particulièrement les membres du PDS à vous rejoindre en s’engageant à la refondation du Parti Démocratique Sénégalais.

Vous permettrez à un militant qui est aussi engagé que vous dans le PDS et qui n’a pas attendu votre appel pour se sentir concerné par l’avenir de notre parti de considérer votre démarche inopportune et inconvenante.

Elle est, en effet, inopportune car, pour le militants que je suis, votre démarche ne trompe personne. Il est clair qu’elle est la traduction d’une ambition présidentielle dévorante qui vous pousse à agir contre l’intérêt même de votre propre parti. Car votre appel n’intervient pas à n’importe quel moment. Le rattacher aux événements du renouvellement du groupe parlementaire libéral ne relève que d’une opération tactique politicienne de victimisation à laquelle tu veux embarquer les Sénégalais et les militants du PDS.

A la vérité, votre appel intervient au lendemain de la désignation de Madame Aida Mbodj comme présente du groupe parlementaire des libéraux et démocrates par le Président Wade.

Cela dit, par votre aveuglement et votre égoïsme démesuré, vous avez comme ambition de provoquer la fracture, voire l’explosion de notre cher parti, c’est peine perdu.

Mais plus qu’inopportune, votre démarche est surtout inconvenante à plusieurs titres. Tout d’abord, vous affirmez que « les multiples attaques dont le parti est victime nous montrent qu’il est temps que les libéraux réfléchissent et travaillent ensemble à leur avenir … car les solutions à nos difficultés ne viendront pas des leaders que maitre Wade a confié notre parti, ils n’ont pas toujours perçu les évolutions de notre société et de nos besoins ».

Quelle inconscience ou quelle arrogance ! De ces deux termes, lequel est le plus approprié ? J’aurais tendance à privilégier le second car c’est prendre les militants du PDS pour des demeurés. En effet, ne pensez-vous pas que l’heure n’est pas aux querelles de positionnements ? Peut-être ne le savez-vous pas, mais les libéraux passionnés et soucieux pour l’avenir du PDS – mais à qui on ne demande jamais leur avis – n’ont pas attendu votre appel pour prendre conscience et débattre de ce que vous voulez utiliser comme prétexte, c’est à dire la refondation du parti mais chaque chose à son temps. Ils ne vous ont pas attendu pour réfléchir et déterminer la cause de leur malheur, c’est à dire le laxisme, l’absence de clairvoyance et le manque de courage de certains de nos leaders et à ce titre il faut féliciter la lionne du Baol Aida Mbodj qui mène le combat avec beaucoup de dignité et de bravoure.

On ne peut être que consterné devant un tel manque de clairvoyance et une telle mauvaise foi de la part d’un homme politique qui a pourtant exercé de très hautes fonctions et n’est donc pas un novice. Car vous le reconnaissez à demi-mot, et encore, en restant très flou lorsque vous admettez que « les solutions à nos difficultés ne viendront pas des seules leaders qui n’ont pas toujours perçu les évolutions de notre société et de nos besoins ». Vous prenez bien garde de ne pas expliciter de quelles évolutions il s’agit car vous en êtes, avec d’autres, pleinement responsable. Et vous n’êtes donc pas crédible lorsque vous dites que les leaders du PDS n’ont pas toujours perçu les évolutions de notre société.

Nous ne voulons pas de votre « réforme » que vous prônez par lâcheté et dont on ne perçoit d’ailleurs pas en quoi elle pourrait être utile car on a pas besoin de poste pour se battre pour la cause du parti
Je vous prie d’agréer, Monsieur le traitre du l’année 2015, l’expression de ma plus grande déception.

Alioune Badara FAL (FBI)
Militant du PDS à Pikine






Hebergeur d'image