leral.net | S'informer en temps réel

Lettre ouverte au Président Macky Sall: Affaire Arcelor-Mittal, une forfaiture qui requiert votre démission


Rédigé par leral.net le Dimanche 21 Décembre 2014 à 11:44 | | 0 commentaire(s)|

Lettre ouverte au Président Macky Sall: Affaire Arcelor-Mittal, une forfaiture qui requiert votre démission
Je commencerai par préciser que je suis un simple citoyen sénégalais sans appartenance politique. Cependant, je n’entends pas me taire par dégoût, ni renoncer à mon droit d’exiger de nos responsables politiques, à commencer par vous, le respect de leurs obligations d’imputabilité et de transparence. Enfin, ma démarche n’est pas dictée par une quelconque motivation autre que celle de la sauvegarde du bien public, notre propriété à nous tous, dont nous vous en avons confié, temporairement, la garde et la gestion.

Monsieur le Président, les révélations que viennent de faire « La lettre du continent » concernant l’affaire Arcelor-Mittal présentent tous les éléments constitutifs d’une forfaiture, c’est-à-dire d’une grave violation de la Constitution, des lois et règlements du Sénégal que vous aviez juré de respecter et de faire respecter lors de votre de prestation de serment. Comme citoyen ordinaire, je ne peux que donner du crédit à cette publication reconnue comme étant une référence grâce à son indépendance et à la crédibilité des informations qu’elle fournit. Je dois d’autant plus y croire que votre Premier ministre ainsi que vos Ministres chargés de l’Énergie et des Finances ont été incapables de livrer, au peuple sénégalais, des réponses simples et adéquates à des questions élémentaires, mais substantielles liées à cette affaire notamment : pourquoi cette précipitation à accepter une transaction à l’amiable de 75 milliards FCFA alors que, d’une part, les préjudices subis par le Sénégal sont évalués à 2 500 milliards FCFA et, d’autre part, que le groupe Arcelor-Mittal est reconnu coupable de « manquement grave à ses obligations contractuelles » par la Chambre arbitrale internationale de Paris ? que deviennent les 10 milliards FCFA restants des 75 milliards FCFA que le Ministre de l’Economie et des Finances déclare avoir reçu et programmé dans la loi des finances rectificative de 2014 (40 milliards FCFA) et dans la loi des finances de 2015 (25 milliards FCFA), soit un total de 65 milliards FCFA programmés ? pourquoi l’Agent judiciaire de l’État n’a pas signé l’accord amiable comme le prévoit les textes pertinents en vigueur ?

Monsieur le Président, vous avez été élu par les sénégalais pour défendre leurs intérêts. Ce compromis au rabais et inique que vous avez conclu, jamais le groupe Arcelor-Mittal ne l’aurait accepté si le Sénégal avait été pris en défaut à son endroit. J’en veux pour preuve le fait que ce même groupe, Arcelor-Mittal, vient d’intenter, auprès des tribunaux canadiens, une poursuite contre la firme SNC-Lavalin en lui réclamant 506 millions de dollars (plus de 230 milliards FCFA !) de paiement en dommages au motif que la firme québécoise lui a livré, avec 233 jours de retard, l'expansion de son complexe minier du Mont-Wright, donc n’aurait pas rencontré le respect de deux obligations principales, soit le budget et l’échéancier !!! De plus, l’empressement avec lequel le groupe Arcelor-Mittal a fait preuve, pour libérer les sommes convenues, est plus que suspect et prouve, s’il en est besoin, que ses responsables sont conscients d’avoir conclu un accord à moindre coût et qu’il fallait le sécuriser au plus vite avant que le Sénégal ne revienne sur sa décision. Croyez-vous que cette société se serait montré compréhensive, tolérante, prête au compromis, voire à la compromission dans la défense de ses intérêts si le Sénégal avait manqué une seule de ses obligations à son égard ? La réponse est, évidemment, non !

Monsieur le Président, vous avez failli à votre devoir, celui de défendre les intérêts du peuple qui vous a élu et ceux du Sénégal, votre pays. Est-il besoin de vous rappelez que la concrétisation de ce projet, d’un investissement de 2,2 milliards de dollars, aurait permis l’exploitation de 750 millions de tonnes de minerais qui dorment dans notre sous-sol, la construction d'un nouveau port minéralier à Bargny, le développement d'environ 750 km d'infrastructures ferroviaires, des rentrées annuelles pour le budget de l'État sénégalais estimées à 140 millions de dollars et, cerise sur le gâteau, la création de 10 000 emplois. Face à tout cela, les 75 milliards reçus semblent bien trop dérisoires, voire insignifiants.

Dans l’hymne de l’ancien empire du Wassoulou, il est dit, à l’endroit du roi de l’empire mandingue : « si tu ne peux défendre le pays de tes pères, cède le trône en faisant appel à une personne plus valeureuse ; si tu ne peux dire la vérité en tout lieu et en tout temps, fais appel à une personne plus courageuse ». Aujourd’hui, je fais mien ce refrain, lequel nous renvoie à nos valeurs ancestrales de JOM, de FULA ak FAYDA et de JUUB en vous demandant, Monsieur le Président, de tirer toutes les conséquences de ces actes, assimilables à une forfaiture, dont vous vous êtes rendu coupable dans l’affaire d’Arcelor-Mittal en démissionnant.

Ibrahima Sadikh NDour
ibasadikh@gmail.com







Hebergeur d'image





Hebergeur d'image