leral.net | S'informer en temps réel

Lettre ouverte au Président Macky Sall suite à sa participation à la marche en hommage aux victimes de "Charlie Hebdo"


Rédigé par leral.net le Lundi 12 Janvier 2015 à 08:42 | | 11 commentaire(s)|

Lettre ouverte au Président Macky Sall suite à sa participation à la marche en hommage aux victimes de "Charlie Hebdo"
Monsieur le Président, j'ai appris que vous vous êtes rendu à Paris pour prendre part à la marche Républicaine.
A l’occasion, je vous invite à marquez votre claire position à dire oui quant à la marche pour la dignité humaine et contre toutes sortes d’injustices.

Mais non quant à l’hypocrisie, non à la colonisation idéologique non, non et non au complexe d’infériorité !
Monsieur le président je considère que vous n’avez nul besoins de vous y rendre pour soutenir le combat pour la dignité humaine et la liberté d’expression.

Monsieur le président ici dans notre Pays, ou des journalistes, et/ou des politiques condamnés, pour délit d’opinion, Nous nous demandons ou se trouve réellement cette liberté.

Monsieur cette lettre à elle seule suffirait pour m’enfermer alors dites moi sincèrement qu’est ce que vous êtes allé célébrer ?

Monsieur le président, pas la dignité humaine surement, car on ne peut prétendre célébrer la dignité humaine à coté de Benjamin Netanyahu ou à coté de Ali Bongo, tous des leaders dont les décisions politiques avaient finies par tués des milliers d'enfants, de femmes et d'hommes.

Monsieur le président si Charlie mérite une minute de silence La Palestine mérite que l’on se taise à tout jamais ! Tout prêt de chez nous au Nigeria, ce matin, une bombe fixée sur une fillette tua 19 personnes.

Pire encore le Boko Haram a procédé à l’exécution de près de 2000 personnes, ces derniers jours. Ce qui constitue le « pire massacre » jamais perpétré par le groupe islamiste, selon Amnesty International.

Et des centaines de corps, trop nombreux pour être comptés, demeurent éparpillés dans la brousse du Nigeria.

Monsieur le Président la vie d'un Français vaut-t-elle mieux que celle d'un Nigérian?

Monsieur le président vous savez plus que moi que les armes que les terroristes utilisent pour massacrer un peu partout dans le monde ne tombent pas du ciel, bien au contraire ,elles sont vendus par ceux qui ce disent être pour Charlie.

Vous étiez donc à une marche qui soit disant pour la république, dans un pays ou récemment KEMY SEBA, Activiste, auteur et Chroniqueur ici au pays, a été arrêté puis enfermé pendant plus d’un mois et son discours est considéré comme provocateur.

Tariq Ramadan pendant presque dix ans n'a pu intervenir dans aucune Université Française ...
Où est donc la liberté dans tous ceci à votre avis ? Et Charlie Hebdo il ne fait pas dans la provocation ?

Monsieur le président la liberté d’expression que vous avez célébrer est à géométrie variable. Admettez-le !
Car même dans Charli Hebdo l’expression libre n’est rien d’autre que du bluff , juste vous rappelez un fait le 10 Décembre 2010 La société éditrice de Charlie Hebdo a été condamnée par le tribunal de grande instance de Paris pour avoir rompu abusivement le contrat de collaboration qui la liait depuis seize ans avec le caricaturiste Siné, selon un jugement consulté jeudi par l'AFP. Les éditions Rotatives devront verser 40 000 euros de dommages et intérêts à Maurice Sinet, dit "Siné", et publier la condamnation dans Charlie Hebdo.

Les Motifs

Siné avait été licencié après une chronique publiée le 2 juillet par Charlie Hebdo, dans laquelle il ironisait sur une éventuelle conversion au judaïsme de Jean Sarkozy : "Il vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d'épouser sa fiancée, juive, et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie, ce petit !"

C'est dans les pages de l'hebdomadaire que le caricaturiste apprenait le 16 juillet son renvoi. Le directeur de la publication, Philippe Val, justifiait alors la fin de la collaboration en arguant que les propos de Siné "pouvaient être interprétés comme faisant le lien entre la conversion au judaïsme et la réussite sociale, et ce n'était ni acceptable ni défendable devant un tribunal".

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2010/12/10/charlie-hebdo-condamne-pour-le-licenciement-abusif-de-sine_1451578_3236.html#f2oBFEG7Hq8iC63x.99.

Monsieur le président, .La France vous invite aujourd'hui à pleurer ces Morts d’ailleurs regrettable et regretter, mais Monsieur le président par devoir de Mémoire à nos vaillants ancêtres les tirailleurs qui ont pourtant constitué « 65% de Forces françaises libres » et dont 17 000 soldats sont tombés lors de la capitulation française en juin 1940 face à l'Allemagne nazie, n’auront pas droit à un « accueil triomphal à Paris », avait révélé le journal britannique BBC.

De même, après la Libération, de nombreux soldats africains auraient été « dépouillés » de leurs uniformes. Comble de l’ingratitude des autorités françaises, leurs pensions sont gelées par la loi du 26 décembre 1959.

Déjà, en 1944, à Dakar, d'autres tirailleurs en attende de leurs soldes furent mitraillés par l'armée française. Jusqu’ici, aucune cour de justice n'a jugé ces crimes
Monsieur le Président vous célébrez la dignité humaine, commencer par exiger que justice soit faite.

Je vous souhaite ni bonne réception, ni bon retour au Pays mais recevez mon indignation la plus profonde.

De la part de Papa Makhtar DIALLO,

Petit fils d’un tirailleur, musulman

et Président du mouvement citoyen les indignés du Sénégal






Hebergeur d'image