leral.net | S'informer en temps réel

Lettre ouverte au Président de la République, Macky Sall


Rédigé par leral.net le Lundi 3 Août 2015 à 11:56 | | 7 commentaire(s)|

Excellence Monsieur le Président de la République, votre accession à la magistrature suprême le 25 mars 2012, est l’amorce d’une ère nouvelle de gestion efficiente et efficace du pouvoir. Nul ne doute qu’en trois ans de gestion du pouvoir, l’ensemble des indicateurs socio-économiques de notre pays sont au vert. Le Sénégal bouge. Il est en marche. Cette nouvelle situation salutaire est le fruit de votre volonté de faire du Sénégal un pays émergent. Vos nombreuses réalisations en sont les preuves : modernisation de l'administration, réduction du train de l'Etat avec une diminution considérable du budget de la Présidence, baisse du coût du loyer et des denrées de première nécessité, baisse de l'impôt sur le revenu, construction de plus 2000 logements sociaux, autoroutes, échangeurs, modernisation de l'agriculture et appui aux producteurs, bourses de sécurité familiale, et récemment le Programme d'Urgence de Développement Communautaire (PUDC). Voici, ainsi, traduit en acte votre vision du Sénégal de demain. N’en déplaise aux calculateurs politiques et aux lobbies manipulateurs. Le fait est là. Les résultats sont palpables. « Deug douni fang nioukoy diex ». Existe-il pire aveugle que celui qui refuse de voir ?

Excellence, vous avez pris l'engagement de réduire votre mandat en cours de sept à cinq ans. Certains vous en font le procès. Pressés qu’ils sont de satisfaire leurs besoins, les politico-politiciens en font leurs seules préoccupations. Oui, c’est évident. De la politique, ils n’ont qu’une seule vision : un moyen d’ascension sociale. De la gestion du pouvoir, ils n’ont qu’une seule conception : en faire une sinécure.

Excellence M. le président de la République, lors de votre investiture le 03 avril 2012, vous avez juré devant Dieu et devant les sénégalais de respecter et de défendre la constitution. Cette constitution que vous avez juré de respecter a fixé votre mandat à sept (7) ans.Si ici (le 23 juin 2013) et ailleurs (en Afrique), d’autres tordent le doigt au Conseil constitutionnel usent de toutes subterfuges pour s’arc-bouter au pouvoir, vous avez décidé de recueillir l'avis du conseil sur la réduction de votre mandat. Quelle sagesse ! Cependant, sachant qu'une loi est rétroactive et impersonnelle, à mon humble avis, diminuer votre mandat n’est pas la meilleure des choses. A moins que le peuple sénégalais, en toute souveraineté, ne veut le contraire.

Il est regrettable de constater que certains de vos collaborateurs n'aient pas la même vision que vous ou ne roulent pas à la même vitesse que vous ou encore sont plutôt occupés par leurs intérêts personnels. Certains de vos projets tardent à être réalisés ou sont effectués avec du retard. Sur ceux qui sont en cours de réalisation ou déjà réalisés, un déficit criard de communication y est noté. Hélas !

M. le Président, la patrie avant le parti. Avez-vous dit. Oui nous sommes bien d'accord avec vous. Néanmoins, vous êtes chef de parti. Un parti qui vous a porté au pouvoir. Des sénégalaises et des sénégalais qui ont cru en vous. Des militantes et des militants engagés à vos côtés sur qui, il faut inévitablement compter pour votre réélection.
Monsieur le Président, soyez en informé. Le parti ne vit pas à la base. Les militants, laissés à eux-mêmes et ne sachant à quel leader local se fier, sont désemparés. Les responsables politiques locaux promus ont boycotté leurs bases. Ils sont devenus inaccessibles, invisibles et injoignables. D'ailleurs la plupart d'entre eux, s'ils ne changent pas de numéros, filtrent leurs appels.

Les responsables politiques les plus entreprenants n'ont pas la considération qu'ils devraient avoir. Ils n'ont pas le soutien du parti. Ils n'ont pas les moyens de redynamiser et d’animer le parti. Ceux-ci méritent d'être soutenus M. le Président. Ils sont vos interlocuteurs. Ils se ménagent autant qu'ils peuvent pour fidéliser les militants et élargir la base de l'APR. Mr le Président, ces militants méritent votre attention.

Je voudrais donc, Monsieur le Président, avec tout le respect que je vous dois et que je vous témoigne, attirer votre attention sur cette situation inquiétante pour le parti et la réalité plus qu’inquiétante de la base. C’est le sentiment d’un militant soucieux de l’intérêt du parti et de la réussite du projet de société que vous avez défini pour le bien-être des Sénégalais.

Barka BA
Jeunesses républicaines de Matam
barkaba4@gmail.com






Hebergeur d'image