leral.net | S'informer en temps réel

Lettre ouverte au président de la République - Par Jacques Sarr


Rédigé par leral.net le Vendredi 22 Avril 2016 à 15:19 | | 3 commentaire(s)|

Lettre ouverte au président de la République - Par Jacques Sarr
« L’Administration Moteur de l’Emergence »

Son Excellence, Monsieur le Président, en choisissant ce thème au forum de l’administration, le Sénégal venait de sonner le déclic pour une véritable refondation de son administration, épine dorsale de toute politique de développement socio-économique.

Nous le savons tous, l’administration est fragilisée par ces multiples grèves, mouvements d’humeur qui découlent d’une seule chose : « la disparité et l’iniquité » dans le traitement des agents. Certains diront qu’elle est inefficace, car n’étant pas en mesure de répondre en temps réel aux attentes et aspirations des populations.

Son excellence, en commanditant l’année dernière une étude sur le système de rémunération des agents de l’Etat, par le biais du Ministère de la Fonction Publique, de la Rationalisation des effectifs et du Renouveau du secteur public, nous avions dit que vous êtes en train d’écrire une nouvelle page de l’administration sénégalaise, celle de l’égalité, la justice sociale et de l’équité dans le traitement des agents.

Son excellence, Monsieur le Président, nous vivons toujours dans l’espérance, pensant que la lumière de l’équité et la justice sociale pour les agents de l’Etat jaillira avec imminence. Votre ferme volonté d’aller jusqu’au bout et votre rigueur pour la promotion de la justice sociale nous ont déjà séduites et convaincues.

Vous êtes à un pas de l’équité et de la justice sociale, il suffit tout juste de faire un sursaut pour corriger et réparer une injustice qui date des années 60 ou 80. Les négociations entre Etat et syndicats ont trop duré et semblent être inefficaces. Idem pour les structures de médiation telles le Haut Conseil du Dialogue Social. Nous n’avons rien contre ces structures mais celles-ci doivent s’autoévaluer pour voir si elles ont apporté grand-chose à la résolution de la crise sociale.

Son excellence, les différences de traitement, voire de salaire d’un agent d’une même hiérarchie d’un ministère à un autre sont effarants. Certains bénéficient de motivations spéciales communément intitulées : « fonds communs, indemnités de logement, indemnités de tout genre », alors que d’autres corps n’en disposent pas.

A titre d’exemple les différents corps du ministère de la culture, qui faute d’indemnités peinent à s’inscrire dans les programmes de logement sociaux (le projet une famille un toit), parce que leur base salariale ne supporte pas les coupures mensuelles et les charges familiales. Pourtant ces agents fonctionnent ou travaillent sept jours sur sept, sans répit, de jour comme de nuit pour concevoir, administrer, exécuter la politique culturelle.

Son Excellence, Monsieur le Président, nous sollicitons auprès de votre haute bienveillance, à l’instar des autres corps de l’administration, une attention, un accompagnement, une reconsidération de nombreux efforts que nous consentons chaque jour et des risques liés à l’exercice de notre métier.

Du coup, Monsieur le Président, ces corps sont presque exclus de votre ambitieux programme de logements sociaux, de même que leur famille.

Son Excellence, nous comptons sur votre grande ouverture et sur votre engagement pour une véritable revalorisation salariale et réhabilitation des corps lésés, afin d’assurer le renouveau moral, psychologique et social d’une part de ces agents, et d’autre part de mettre fin aux grèves sectorielles qui discréditent le service public et retardent le décollage de notre émergence.

Monsieur le Président, le management ou la gestion du contexte social actuel (grèves, crises scolaires, contestations, …), impose une distribution généralisée et rationnelle des avantages et entre autres privilèges selon les hiérarchies des agents de l’administration, seul gage pour instaurer un climat social apaisé, constructif et productif.

Une telle approche permettra de :
- Mettre fin à ces multiples et récurrentes grèves ;
- De remobiliser les agents ;
- Promouvoir le renouveau du secteur public ;
- révolutionner la qualité du service public ;
- accélérer l’émergence.

Son Excellence, réussir le pari de l’équité et la justice sociale de notre administration est certes difficile, mais pas impossible. Une administration épanouie dans son entièreté crée de la valeur ajoutée et par conséquent constitue la locomotive de l’émergence.

Son excellence, en généralisant les indemnités de logement et autres fonds communs ou avantages suivant les hiérarchies, vous susciterez une émulation chez les agents du service public qui portent l’idéal de notre chère nation : « l’Emergence ».

Ensuite, Monsieur le Président, vous offrirez à une bonne partie des agents de l’Etat la possibilité de sécuriser leur famille et progéniture, car ils pourront contracter des prêts auprès des banques ou intégrer les coopératives d’habitat pour obtenir un toit dans le moyen et long terme.Le faisant, vous allez promouvoir les droits de l’homme, notamment le droit au logement.

Enfin, Son Excellence, Monsieur le Président, garant de la justice sociale et de l’équité, nous saluons votre détermination et souhaitons la finalisation imminente de l’étude et de la revalorisation du traitement salarial des agents de l’administration pour sauver définitivement notre système éducatif, sanitaire, culturel, mais surtout pour rallumer les secteurs clés de notre émergence.

Avec nos vœux de succès, veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre haute et respectueuse considération.

Jacques Sarr; Conseiller aux Affaires Culturelles






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image