leral.net | S'informer en temps réel

Lettre ouverte au président du parti Rewmi


Rédigé par leral.net le Mercredi 3 Juin 2015 à 09:02 | | 8 commentaire(s)|

Lettre ouverte au président du parti Rewmi
Monsieur le Président et cher frère,
C’est avec une grande nostalgie que je reprends aujourd’hui ma plume pour vous adresser cette lettre qui, je l’espère, vous trouvera en excellente santé. Je voudrais tout d’abord vous féliciter pour la tournée nationale que vous avez entamée. Elle vous permettra à coup sûr de prendre la température du pays profond, du pays réel. Elle vous permettra aussi, à la relecture de votre déclaration de politique générale, de savoir avec exactitude ce qui a vraiment changé depuis votre diagnostic presque chirurgical du pays.

Monsieur le Président et cher frère, ceci m’amène naturellement à discuter, avec votre permission, de vos premières conclusions à l’issue de la première partie de votre périple. Vous semblez découvrir l’état du pays alors même que vous en aviez fait faire une étude exhaustive entre 2000 et 2003 au point de pouvoir dire aux honorables députés ce qui suit : « Dans la plupart des localités du pays, des sénégalais et des sénégalaises souffrent encore d’un manque aigu d’accès à un revenu décent, à l’eau, à l’électricité, à la santé, à l’éducation. Pour s’en convaincre, je vous invite à regarder cette carte. Elle représente l’état du pays en 2000. Les points rouges y symbolisent la pauvreté qui couvre 72% des villages du Sénégal. Mon ambition et mon devoir sont de modifier la physionomie de cette carte, en répondant à la demande sociale. »

Monsieur le Président et cher frère est ce que les choses ont changé fondamentalement depuis ce constat ? Les causes principales ne sont-elles pas à chercher dans les méandres du pouvoir PDS ? Est-il raisonnable et scientifique de ne l’imputer qu’au pouvoir APR qui vient de boucler juste trois ans d’existence ? Vous pourrez me dire que vous êtes moins comptable que l’actuel Président de la République de la gestion du pouvoir PDS. Mais qui plus que vous est au fait des méthodes archaïques de gouvernance d’Abdoulaye WADE ?

Monsieur le Président et cher frère, je suis de ceux qui ont pensé que vous auriez dû rester avec l’actuel Président de la République et ceci pour le bien du pays. Vous avez des idées généreuses, vous avez beaucoup d’expérience et vous êtes un croyant. Le Président de la République a aussi appris de vous ce que vous rappeliez fort justement dans la déclaration de politique générale pour mettre le doigt sur l’énormité de la tâche : Dieu dit « Tu t’épuiseras toi-même, et tu épuiseras ce peuple qui est avec toi ; car la chose est au-dessus de tes seules forces, tu ne pourras pas y suffire seul ».
C’est le« Vaincre ensemble et gouverner ensemble » appliqué sincèrement par le Président de la République.
Monsieur le président et cher frère vous aviez énormément d’ambitions pour le pays et WADE ne vous a pas laissé le temps de les dérouler par pur calcul politique. Le Président de la République a besoin de toutes les énergies pour réussir la tâche. Il ne pense pas un instant être un Messie, c’est par contre quelqu’un qui est solidement chevillé aux réalités sénégalaises pour avoir fait six fois le tour du pays avant son accession à la magistrature suprême. Il ne pense pas un instant que son PSE, pour bien élaboré qu’il soit, est un plan parfait car le bon croyant que vous êtes, qu’il est, sait qu’aucune œuvre humaine n’est parfaite. Ce PSE est un plan qui ambitionne de nous mettre sur la voie de l’émergence et nous y mener finalement en 2035. Ce PSE doit être lu, critiqué mais de cette critique qui fait avancer.

Vous n’êtes pas monsieur le Président et cher frère fait de la même étoffe que ceux que vous fréquentez actuellement dans le seul dessein de déstabiliser le Président de la République. Il n’y a guère longtemps, vous-vous refusiez de mélanger les torchons et les serviettes dans un souci de cohérence, il faut que ce principe continue de vous guider. En bon croyant vous savez cher frère que seul Dieu donne le pouvoir, aidez le Président de la République à accomplir sa tâche en le critiquant utilement mais évitez de vous accoquiner avec les tortueux d’hier, les prédateurs qui après avoir comploté contre vous, vous ont chassé du pouvoir, de même qu’avec les joueurs de LOTO politique qui ne doivent leur survie qu’à l’élasticité de leurs principes.

Relisez votre fameuse déclaration de politique générale, que je conserve comme un livre de chevet, et vous verrez que Macky aurez pu presque vous paraphraser à l’entame de son mandat. Ceux qui vous encourage au jeu de la politique politicienne vous desservent, ne tombez pas dans leur piège cher frère. Prenez de la hauteur et laissez-les aux ras des pâquerettes.

OUMAR NDIAYE
CONSEILLER DEPARTEMENTAL
PRESIDENT DE LA COMMISSION DES FINANCES
DU PLAN ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE
RESPONSABLE APR RUFISQUE






Hebergeur d'image