leral.net | S'informer en temps réel

Leurs entreprises traquées par les impôts: Les patrons de presse sous pression fiscale

Le Conseil des diffuseurs et éditeurs de presse du Sénégal (Cdeps) a tenu hier une réunion dans les locaux de la chaîne de la 2Stv. Selon Le Quotidien, ils se sont rassemblés pour discuter de la fiscalité des entreprises de presse et solliciter une rencontre avec le président de la République.


Rédigé par leral.net le Mardi 18 Juin 2013 à 08:42 | | 9 commentaire(s)|

Leurs entreprises traquées par les impôts: Les patrons de presse sous pression fiscale
En effet, l’urgence réside dans le fait que, si le nouveau code des impôts adopté le 27 décembre 2012 fait réjouir plus d’un avec la baisse de l’impôt sur le revenu, c’est tout à fait le contraire du côté des entreprises de presse. Le code prévoit une révision des charges fiscales sur les sociétés qui passent de 25% à 30%. Une donne que dénonce le Conseil des diffuseurs et éditeurs de presse du Sénégal (Cdeps), ce, d’autant plus que depuis quelques jours, la plupart des entreprises de presse du Sénégal font l’objet de procédure de recouvrement forcé, du fait d’arriérés d’impôts. Les patrons de presse déclarent être incapables de s’acquitter des montants des impôts qui leur sont exigés. Et Selon Madiambal Diagne, si l’administration fiscale fait prévaloir toutes ses prérogatives, aucune entreprise de presse ne va fonctionner dans ce pays que ce soient les radios, télévisons tout comme les journaux. D’où une audience sollicitée avec le chef de l’Etat pour régler définitivement cette question de la fiscalité.



1.Posté par MOUSTAPHA le 18/06/2013 09:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faut payer

2.Posté par paid le 18/06/2013 09:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Makhala boudjoumane bou djoukkk né patron de presse la, on ouvre des tv et des radios comme pas possible et vous savez que le marché publicitaire senegalais n'est pas assez fourni. Payez ou fermez vos boites

3.Posté par lol le 18/06/2013 09:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais payez vos impôts et fichez nous la paix!!! Rencontrer le Président pourquoi faire? L'impôt sur les sociétés est assis sur votre chiffre d'affaires,alors il est où le problème? Un pays où tout est prétexte à palabres ,quelle mentalité? Macky veut bien faire mais il à affaire à des crétins, ce pays est pourri à tous les niveaux ,MS je vous souhaite bien du courage. Les sénégalais ne veulent pas progresser.

4.Posté par SUCRER-SALER le 18/06/2013 09:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et si les paysans ,les eleveurs , les couches vulnerables de la societe demandaient a rencontrer le president pour se faire exonerer leurs impots ?ne croyez vous pas chers senegalais que cela aurait plus de sens ?

5.Posté par mbeur le 18/06/2013 10:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est trop facile quand vous devez quelque chose il faut le payer donc payer un point cest tout si l on continue comça ce pays n'ira nul part payerrrrrrrrrrrrrrrrrrrr

6.Posté par DEUG le 18/06/2013 10:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Eux au moins sont entrain de voir comment ils vont procéder avec l'adm fiscale pour s'acquitter de leurs impots alors ke sidy lamine niasse est entrain de manipuler les gens. Il doit saligner avec les autres patrons de presse pour voir leur situation réglée

7.Posté par hugo le 18/06/2013 15:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dans quelle REPUBLQUE , sommes-nous ?
Des soi-dits, Acteurs de la Démocratie qui demande au chef de l'Etat de faire entorse à la Loi pour qu'eux ils vivent leur " TERANGA " ?
Ne dit-on pas que :Nul n'est au-dessus des Lois ?
Il faut admettre d'être Majeur.
Ce "masla" , ce gré-à-gré que la Presse a le loisir de décrier est selon la tête du cheval négociable pour eux ?
MADIAMBAL , Arrête de faire le larbin. Tu ne sers pas le pays.
Et d'ailleurs ton statut de non journaliste intéresse le code de la Presse qui s'il admet celui de chef d'Entreprise de Presse ne t'autorise pas d'interfère dans les questions de communication.
De surcroît,Ton journal le Quotidien ne fait que de la Publicité et des annonces.
Le Quotidien n'apporte rien à Démocratie.
L'ère du Grand-père ABDOULAYE WADE est bien derrière nous : Rien ne peux intimider le Président de la Révolution sociale du 23 juin .
L'Entreprise qui ne peut pas payer ses impôts doit dégager.

8.Posté par FRO le 19/06/2013 00:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Moi je me demande sérieusement comment des entreprises de presse qui passent tout leur temps je dit bien tout leur temps à chercher les poux dans les tètes des gens et à dénoncer des mauvaises choses qui selon cette presse bloquent notre économie, se permettent de ne pas s’acquitter de leur devoir le plus élémentaire car précision le aucun pays au monde ne peut fonctionner sans impôts. Donc éviter de vous contrarier chers journalistes. Ce que vous faites et réclamez est ridicule je dit bien ridicule,hypocrite, égoïste et cynique. Avez vous pensé au autres sénégalais qui malgré leur infime revenu sacrifient une part de leurs besoins pour s’acquitter de leur devoir d’impôt. Pitié, Président Macky SALL de ne pas accorder ces gens ce qu'ils envisagent faire. Car ils vous pousseront à la contradiction et les autres franges de la population vous réclameront la même chose encore et encore et encore.

9.Posté par PDP le 20/06/2013 15:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pourquoi, le commentaire que j'ai posté hier et qui indiquait que le groupe Futurs Médias ne paie pas en temps et en heure les salaires à ses employés, a t il été supprimé de cette liste? Faites vous également de l'obstruction à la liberté d'informations parce que j'ose écrire la vérité? Cela dérange de dire que le groupe de M. Le Ministre Youssou N'Dour a des problèmes. Les salaires de décembre janvier février ont été versés en mars. En ce moment ceux d'avril et mai sont toujours en retard.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image