leral.net | S'informer en temps réel

Leyti N'Diaye, la surprise du chef Deschamps

Si l'on se doutait que Didier Deschamps ferait tourner son effectif pour la venue sans enjeu de Chelsea au Vélodrome, la titularisation de Leyti N'Diaye pouvait surprendre, au milieu de terrain qui plus est. Ce défenseur central de formation pointe le bout de son nez cette année dans l'effectif marseillais, après avoir effectué une saison pleine sous les couleurs d'Ajaccio la saison passée. Passé des combats de Ligue 2 à la Ligue des Champions avec l'OM, le Sénégalais ne boudait pas son plaisir à la fin de la rencontre, surtout avec la victoire au bout.


Rédigé par leral.net le Jeudi 9 Décembre 2010 à 21:45 | | 2 commentaire(s)|

Leyti N'Diaye, la surprise du chef Deschamps
« Ça fait plaisir de jouer un match comme ça. En plus, il y a le résultat à l’arrivée, c’est bien pour la confiance et le prochain match à Auxerre. C’est une compétition que je découvre, c’est différent, je ne connaissais pas mais j’ai pris beaucoup de plaisir. Il faut continuer maintenant. Ces derniers temps, on avait de bonnes séquences mais on n’arrivait pas à gagner. Ce soir ça fait du bien de retrouver la victoire sans prendre de but » avouait le joueur marseillais, qui va devoir rééditer cette performance pour faire sa place au sein du groupe de Didier Deschamps, qui semble en tout cas lui accorder une grande confiance.

http://www.foot01.com/



1.Posté par woooooo yaaaaaaay yyyooooooy le 10/12/2010 08:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Que les masques tombent.
S'il y a un art où les lutteurs excellent, c'est celui de faire monter les surenchères. Je ne lutterai jamais avec un tel, qu'il fasse ses preuves d'abord avnt de m'affronter, et je ne sais quoi encore. Si aujourd'hui Baboye peut se réclamer de la cour des grands, c'est parce qu'un soir à Thies, un certain Bombardier à accepter de lui tendre la perche. Qui osait parier sur la victoire de Baboye tellement tout le monde avait cru à un combat entre David et Goliathe. Les dieux des arènes avaient déjà choisi leur camp. Baboye s'agrippa de toutes sses forces sur la jambe de Bombardier qu'il ne laissa qu'une fois celui-ci posa les derrrières par terre.
Baboye peut refuser Papa, c'est son droit, mais il ne pourra jamais refuser de lutter. Lutter de nos jours, ne signifie point poser son sabar entre deux lutteur qui en découdent pour prétendre être prêt à les affronter. Les sponsors tirent désormais les ficelles. S'ils désirent ce combat, il l'auront, si un des lutteurs refuse, nous en seront informés. Si la cote de Baboye était à un niveau enviable, il faut reconnaître qu'elle ne cesse de dégrégonler, entre deux défaites et pas les moindres, Papa a raison de demander ce vieux lion qui n'est que édenté. Baboye peut sentir maintenant l'odeur de l'argent casch, il ne se partage plus les cachets devant le dibiteur du coin. Il vit dans une villa cousue, sait maintenat ce que veut dire lifting, et jolie peau, il évitera aussi longtemps qu'il le pourra de saigner comme son fameux soir avec Yékini et Le boucher du dimanche (Khadim ndiaye). Notre Mbarodi est ni plus ni moins qu'un farfelu. Il a mille fois raison de fuire Papa qui cogne si fort et qui ne recule surtout pas.
Mbeur beurré, daan mba danou nous disait bBaboye, qu'attend t'il maintenant?

2.Posté par woooooo yaaaaaaay yyyooooooy le 10/12/2010 08:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Que les masques tombent.
S'il y a un art où les lutteurs excellent, c'est celui de faire monter les surenchères. Je ne lutterai jamais avec un tel, qu'il fasse ses preuves d'abord avant de m'affronter, et je ne sais quoi encore. Si aujourd'hui Baboye peut se réclamer de la cour des grands, c'est parce qu'un soir à Thies, un certain Bombardier à accepter de lui tendre la perche. Qui osait parier sur la victoire de Baboye tellement tout le monde avait cru à un combat entre David et Goliathe. Les dieux des arènes avaient déjà choisi leur camp. Baboye s'agrippa de toutes ses forces sur la jambe de Bombardier qu'il ne laissa qu'une fois celui-ci posa les derrières par terre.
Baboye peut refuser Papa, c'est son droit, mais il ne pourra jamais refuser de lutter. Lutter de nos jours, ne signifie point poser son sabar entre deux lutteur qui en découdent pour prétendre être prêt à les affronter. Les sponsors tirent désormais les ficelles. S'ils désirent ce combat, ils l'auront, si un des lutteurs refuse, nous en seront informés. Si la cote de Baboye était à un niveau enviable, il faut reconnaître qu'elle ne cesse de dégrégonler, entre deux défaites et pas les moindres, Papa a raison de demander ce vieux lion qui n'est que édenté. Baboye peut sentir maintenant l'odeur de l'argent casch, il ne se partage plus les cachets devant le dibiteur du coin. Il vit dans une villa cousue, sait maintenant ce que veut dire lifting, et jolie peau, il évitera aussi longtemps qu'il le pourra de saigner comme son fameux soir avec Yékini et Le boucher du dimanche (Khadim ndiaye). Notre Mbarodi est ni plus ni moins qu'un farfelu. Il a mille fois raison de fuire Papa qui cogne si fort et qui ne recule surtout pas d'un iota.
Mbeur beurré, daan mba danou nous disait Baboye, qu'attend t'il maintenant?

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image