Leral.net | S'informer en temps réel



Libération d'Abou N'Dianor, figure du mouvement des sans-papiers

Rédigé par leral .net le 19 Juin 2010 à 03:53 | Lu 1578 fois

Le professeur de mathématiques sénégalais Abou N'Dianor, figure du mouvement des sans-papiers, a été libéré, vendredi après-midi, après avoir été interpellé deux jours auparavant en vue d'une expulsion, a indiqué une porte-parole du collectif Soif d'utopies, Muriel Elkolli.


Libération d'Abou N'Dianor, figure du mouvement des sans-papiers
Abou N'Dianor, 41 ans, avait été interpellé, mercredi, à Orléans, puis transféré au centre de rétention administrative de Rennes pour être expulsé, selon Mme Elkolli. Il a été libéré, muni d'une autorisation de circuler d'une semaine, en raison de problèmes de procédures soulevés par son avocat.

Arrêté une première fois, fin 2007, dans un commissariat de police où il tentait de régulariser sa situation, l'enseignant avait acquis une notoriété en dénonçant les conditions de rétention au centre de Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne) où il avait été conduit. Relâché pour vice de forme, ce professeur de mathématiques diplômé de l'Ecole normale supérieure de Dakar, avait été interpellé à nouveau en octobre 2009 et relâché pour la même raison.


1.Posté par Badou le 19/06/2010 13:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Thiey Yallah!! Un brillant élève de son temps! Il enseignait pourtant au Sénégal, comment a t-il pu se retrouver sans papiers en France! Je lui souhaite de s'en sortir parce qu'il a énormément de mérite ... ça me chagrine quand même que des gens brillants et posés comme lui ne puissent pas travailler et faire carrière au Sénégal!

2.Posté par Mandia le 19/06/2010 14:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Abou Ndianor? Un de mes anciens élèves à Bokid... Un brillant élève, c'est vrai!C'est avec beaucoup de surprise que je le retrouve dans cette situation. Et beaucoup de peine aussi. On lui prévoyait un brillant avenir celui là, mais Dieu seul sait. Je souhaite vivement qu'il ait le courage de rentrer au Sénégal. Sa place est bien au pays où, aujourd'hui, il aurait fait carrière dans l'enseignement qui, par ailleurs, mène à tout. J'aimerais vraiment avoir ses contacts. En attendant, je l'encourage.
Un ancien maître d'Abou, à Paris.

3.Posté par BITILOKHO le 19/06/2010 23:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'affaire du refus de régularisation de la situation d'Abu NDIANOR de même que son interpellation en vue d'une expulsion ne dit pas tout son nom. En d'autres termes, pour qui connait Abu il restera facile de comprendre qu'il s'agit d'une affaire qui n'a pas livré tous ses secrets dans une France islamophobe.
Ainsi, je voudrais témoigner ici dans un premier temps mon plus grand soutien à cet ami et frère qu'est Dédé Abu, comme on l'appelle affectueusement, tout en restant convaincu qu'il possède en lui toute la spiritualité nécessaire pour faire face à une telle épreuve et celles à venir.
Je voudrais également, dans un second temps, l'inviter à continuer de marcher la tête haute maintenant qu'il est relaxé. Qu'il leur oppose que si son seul péché est de s'engager dans le mouvement des sans papiers c'est en effet à la faveur de sa vision du monde qui reste aussi en phase avec ces réflexions de leur illustre Général De Gaulle qui disait "Face à l'événement, c'est à lui-même que recourt l'homme de caractère. Son mouvement est d'imposer à l'action sa marque, de la prendre à son compte, d'en faire son affaire."Enfin, à sa brave Fatou et non moins exemplaire femme je lui dirai que tous ceux qui ont connu Dédé Abu de prés ou de loin sont de ce combat et "La gloire se donne seulement à ceux qui l'ont toujours rêvée. "

4.Posté par sôs le 21/06/2010 22:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

APPEL DE SOS SOUTIEN Ô SANS PAPIERS





SOS SOUTIEN Ô SANS PAPIERS exige la libération immédiate de son porte-parole Abou NDIANOR et le départ du gouvernement de Brice HORTEFEUX.



Une nouvelle fois, la police « républicaine » a tendu un traquenard à Abou NDIANOR, porte-parole de l’association SOS SOUTIEN Ô SANS PAPIERS depuis l’appel qu’il a lancé en décembre 2007 alors qu’il était interné au Mesnil-Amelot.



Abou a ainsi lancé la plus formidable campagne contre l’internement des étrangers que ce pays ait connu. Son action, relayée par les sans papiers en lutte et de nombreux soutiens, a permis une prise de conscience de l’opinion publique jusque là anesthésiée par la propagande des médias officiels qui présentaient les « centres de rétention » comme d’aimables annexes du Club Méd. Seule l’entrée en piste de la CGT a permis de détourner pendant quelques temps l’attention des véritables problèmes dans une tentative pitoyable de promotion de l’ « immigration choisie » par les « partenaires sociaux ».



Par contre, SOS SOUTIEN Ô SANS PAPIERS tend à démentir avec la plus extrême énergie les allégations malveillantes qui attribuent à Abou ou à d’autres membres de l’association la responsabilité voire la paternité de l’incendie du camp d’internement de Vincennes.



Le ministre délateur HORTEFEUX a commis le délit de dénonciation calomnieuse en désignant le 4 août 2008 à la vindicte populaire et judiciaire Rodolphe NETTIER, président de SOS. Les sept hauts magistrats de la Cour de Justice de la République se sont couvert de déshonneur en classant sans suite la plainte déposée par les victimes alors que l’infraction était parfaitement constituée. La Cour européenne des droits de l’homme a été saisie afin que les délinquants ministériels ne puissent plus dans l’avenir opérer en toute impunité.



SOS SOUTIEN Ô SANS PAPIERS maintient plus que jamais son mot d’ordre de fermeture immédiate et définitive de tous les « centres de rétention » au moment où va ouvrir au Mesnil-Amelot le plus grand centre d’internement pour adultes et enfants jamais conçu en France depuis la fin de la seconde guerre mondiale.



HORTEFEUX, qui déclarait naguère à propos du régime de Vichy : « on en a ras le bol de cette histoire du passé », vient d’oser souiller la mémoire de Jean MOULIN dont il a eu le toupet de saluer le combat contre le racisme.



Chacun sait pourtant bien qu’un préfet qui oserait s’inspirer de l’exemple de Jean MOULIN plutôt que de celui de René BOUSQUET serait immédiatement sanctionné. Il ne s’en est pas encore trouvé…



Brice HORTEFEUX a été le premier ministre de l’immigration et de l’ « identité nationale ». Il est aussi le premier ministre de l’histoire de France a avoir été condamné pénalement pour des propos racistes. Est-ce un hasard ?



Il est difficile de savoir s’il a été dans sa jeunesse membre ou sympathisant du GUD comme beaucoup le prétendent mais il est certain que l’action du ministre HORTEFEUX s’inspire plus des valeurs « identitaires » que de celles de l’antiracisme.



Peut-on admettre que le ministre de l’intérieur utilise les ressources de l’appareil d’Etat pour assouvir une vengeance personnellle à l’égard d’un membre d’une association qui a déposé plusieurs plaintes contre lui, la dernière en date étant une constitution de partie civile dans l’affaire initiée par le MRAP qui a abouti à sa récente condamnation pénale pour avoir commis l’infraction d’injure raciste ?



Abou NDIANOR doit être libéré, régularisé et honoré comme il le convient pour avoir osé se dresser contre l’arbitraire.



Brice HORTEFEUX doit quitter le gouvernement et être rendu à l’Auvergne.



Peut-on admettre qu’un combattant de la liberté soit retenu dans une geôle au même moment où l’auteur de multiples propos racistes se pavane sous les ors ministériels ?



Face à cette situation intolérable, SOS SOUTIEN Ô SANS PAPIERS lance un appel à la lutte en reprenant les mots exacts utilisés il y a vingt-cinq ans par Georges Guingouin, premier maquisard de France, libérateur de Limoges, dans son appel lancé à l’occasion du 41ème anniversaire de la bataille du Mont Gargan :



« En 1985, j’en appelle aux hommes et aux femmes à l’âme généreuse pour que dans un sursaut moral, une nouvelle Résistance commence afin que la France reste le pays des Droits de l’Homme. La flamme de la Liberté ne doit pas s’éteindre ! ».

Le 18 juin 2010


RASSEMBLEMENT SIMULTANE A RENNES DEVANT LE CRA

ET A PARIS PLACE BEAUVAU SAMEDI 19 JUIN 2010 A 15 H



REGULARISATION DE TOUS LES SANS-PAPIERS
ARRET DES EXPULSIONS

FERMETURE DES CAMPS D’INTERNEMENT

LIBERTE DE CIRCULATION ET D’INSTALLATION POUR TOUS

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site