Leral.net | S'informer en temps réel



Libye: l'embargo sur les armes bientôt partiellement levé

le 17 Mai 2016 à 09:27 | Lu 261 fois

Le gouvernement d'union de Fayez el-Sarraj devrait bientôt pouvoir recevoir des armes pour combattre les terroristes sur son territoire, en particulier le groupe Etat islamique. La communauté internationale représentée par les pays voisins de la Libye, l'Union africaine, l'Union européenne, la Ligue arabe et les Etats-Unis, était réunie à Vienne ce lundi 16 mai. Les 24 délégations se sont prononcées en faveur d'une levée partielle de l'embargo sur les armes qui touche la Libye.


 

Alors que les positions divergent sur une éventuelle intervention en Libye, la communauté internationale s'est mise d'accord pour apporter un soutien militaire au nouveau gouvernement libyen : il s'agit de lui donner les moyens de s'attaquer lui-même aux terroristes, en particulier au groupe Etat islamique, qui continue sa progression  dans le pays.

Les 24 délégations africaines, arabes, européennes, onusiennes et américaines réunies ce lundi à Vienne ont annoncé qu'elles soutenaient la demande du Premier ministre Fayez el-Sarraj qui compte réclamer la levée partielle de l'embargo sur les armes  qui touche son pays depuis 2011. « Nous avons reçu la demande du gouvernement d'union et elle doit évidemment être débattue dans le respect des processus onusien. Mais l'embargo sur les armes autorise bien le gouvernement d'union à demander des armes si elles sont spécifiquement destinées à la sécurisation du pays et à la lutte contre le groupe Etat islamique », a déclaré John Kerry.

Dérogation

Mais le secrétaire d'Etat américain précise : « Il y a un équilibre délicat à trouver, mais tous ici, nous soutenons l'idée que s'il y existe un gouvernement légitime et que ce gouvernement légitime combat le terrorisme, ce gouvernement légitime ne doit pas être prisonnier d'une action que l'ONU a prise justement dans l'attente d'un gouvernement légitime. Donc cette dérogation fait sens mais elle doit bien sûr être définie avec précision et c'est ce à quoi nous allons faire attention ». 

Cette décision doit permettre au gouvernement d'union de recevoir armes et munitions pour combattre l'organisation Etat islamique et d'autres groupes terroristes, a souligné le secrétaire d'Etat américain John Kerry. Les ministres se sont dits également prêts à soutenir la formation de la garde présidentielle et des forces autorisées.

rfi