leral.net | S'informer en temps réel

Ligue 1 : Modou Fall, Président en fin de mandat de l’AS Pikine : « On ne m’enterrera pas ! »

Dans une salle archicomble de la Maison communale de Pikine qui a eu du mal à contenir la foule de journalistes, le président en fin de mandat à l’As Pikine a défendu son bilan à la tête du club et répondu à ses détracteurs. Modou Fall a craché du feu et la principale victime de sa conférence de presse d’hier est le trésorier du club.


Rédigé par leral.net le Dimanche 13 Septembre 2015 à 08:27 | | 3 commentaire(s)|

BILAN : «A ma prise de fonction, j’avais déclaré vouloir faire de l’As Pikine un club modèle, gagner des trophées, aller en Afrique… Nous avons atteint cet objectif. Nous avons gagné un premier trophée dès la première année (Coupe de la Ligue, 2010). Je n’ai rien trouvé sur place à mon arrivée. Lors de la première saison, j’ai dépensé 121 millions de FCfa. Pendant mon mandat de 4 ans, on fait un bilan chaque année. On a dépensé plus de 800 millions de FCfa. Si on en déduit les 500 millions reçus de la part du président, il y a 300 millions sortis de ma poche. Je le faisais avec fierté et honneur pour relever le défi d’amener le club au sommet, parce que je suis Pikinois. On dit que je suis fauché ? Si c’est à cause de l’As Pikine, j’en suis fier. Cela prouve donc que j’avais de l’argent avant de venir à l’As Pikine. Et malgré tout ce que j’ai fait pour l’As Pikine, je ne demanderai jamais à être remboursé. Je laisse aux gens avec leur conscience.»

LES SACRIFICES : «Je faisais un chiffre d’affaires de plus d’un milliard de FCfa par an. Si je ne peux plus avoir 10 millions, c’est à cause de l’As Pikine. Cette année, nous avions une masse salariale de 7,6 millions F Cfa. Pour une équipe en difficulté, on a payé 56 millions de salaires. Il n’y a que le dernier mois que nous avons eu des problèmes pour payer. Dans les autres clubs, le salaire est souvent de 50 000 FCfa, alors qu’à Pikine, c’est la somme que nous payons à nos aspirants, voire 75 000 FCfa. Nos joueurs perçoivent entre 200 000 et 250 000 FCfa par mois.»

«Le trésorier passe toute sa vie à garder la caisse»

«On dit qu’il y a eu de l’argent entré au club sans passer par le trésorier ? C’est le trésorier qui l’a dit. Tout son combat est de garder la caisse. Il n’a jamais cotisé 10 000 FCfa pour l’équipe. Tout ce qu’il sait faire, c’est d’attendre un match pour venir prendre la caisse, en faire ce qu’il veut et rentrer. Quelqu’un qui ne demande jamais d’où vient l’argent que je lui donne de ma poche et qui se permet de le faire quand il entend parler de 50 ou 100 millions de FCfa. Au Sénégal, on ne sait pas reconnaître le mérite des gens, mais on aime critiquer. Le trésorier n’est pas présent ici car il avait boudé parce que, quand on a été au Palais, c’est lui qui distribuait l’argent du transport que j’avais donné. Pendant les matchs, c’est lui qui était au guichet. Mais il a de l’argent qu’il ne tiendra jamais entre ses mains. On a ramassé plus de 200 millions de FCfa et dépensé plus de 246 millions de FCfa. On est en déficit de 10 millions.»

LA RELÉGATION : « Des gens ont combattu l’équipe pour qu’elle soit reléguée. Ils ne veulent pas le développement du football pikinois. Mais je donnerai ma vie pour que l’As Pikine retrouve la Ligue 1. Je n’ai pas besoin d’être président pour le faire. On ne m’enterrera pas !»

«Je ne suis pas candidat»

L’AG DU 3 OCTOBRE : «L’Assemblée générale devait se tenir l’année dernière quand mon mandat était arrivé à son termine. Je convoquais le Comité directeur, mais seules cinq personnes venaient, on n’avait pas le quorum pour tenir le Comité directeur. On ne voyait personne et c’est quand on a commencé à gagner que ces gens sont venus et commencent à parler. Nous allons organiser l’Ag et avons lancé l’appel à candidatures. Je ne suis pas candidat. Toutes les personnes intéressées peuvent déposer leurs candidatures. On saura alors qui porte l’équipe dans son cœur. Mais quiconque pense pouvoir diriger l’équipe rien qu’avec des paroles, se trompe. Les masques vont tomber. L’As Pikine ne se gère pas qu’avec des paroles.»

L'OBS






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image