leral.net | S'informer en temps réel

Limogeage d'Abou Lô : Chronique d’une chute annoncée (Leral)

Le limogeage du directeur général de l’Agence pour la Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP) Abou Lô est la suite logique d’une longue liste de griefs qui ont fini par avoir raison du natif de Sinthiou Garba.


Rédigé par leral.net le Vendredi 9 Mai 2014 à 16:00 | | 1 commentaire(s)|

Limogeage d'Abou Lô : Chronique d’une chute annoncée (Leral)
« Abou Lô est allemand, il a renoncé à sa nationalité sénégalaise comme beaucoup de Sénégalais vivant au pays d'Angela Merkel. Il ne doit occuper aucune fonction au Sénégal ». Cette déclaration parue dans la presse au lendemain de la nomination d'Abou Lô dans le premier gouvernement formé par Abdoul Mbaye a créé une polémique au tout début du règne de Macky Sall. L'homme en question, proche au début de la seconde alternance de l'homme d'affaires Harouna Dia, alors très influent au sein du « Macky », est un taiseux, taciturne, et même un brin «asocial» disent ses détracteurs.

Nommé au poste de ministre de la Communication, il montre rapidement ses limites. Pour un département qui requiert des qualités oratoires, le moins qu'on puisse dire est qu'il n'a pas le verbe facile. L'erreur de casting semble évidente. Il sera ainsi remplacé par Cheikh Bamba Dièye à la suite d'un jeu de chaises musicales au cours duquel il hérite cependant d'un des postes les plus courus du pays : directeur général de l'ARTP.

Au sein de l'organe de régulation, Abou Lo fait son trou loin des projecteurs et réussit des projets comme l'identification des numéros. Sur le plan politique, les divisions de l'Alliance pour la République au Fouta le remettent au cœur de l'actualité. Le parti présidentiel ressemble à une armée mexicaine dans la région Nord et Abou Lô ne s'entend pas avec la plupart de ses frères de parti. Avec Farba Ngom, devenu incontournable au Fouta grâce à un activisme débridé, les relations ne sont guère meilleures. Le griot du chef de l'Etat, originaire du village d'Agnam est accusé de venir empiéter sur ses plate-bandes à Ogo où pourtant le leadership d'Abou est très contesté. Avec l'imminence des élections locales, tout se gâte.

Abou Lô et ses partisans s'estiment lésés. Pour eux, la confection des listes de la coalition Benno Bokk Yakaar a mis en avant des « transhumants » au détriment des militants de la première heure. Des nervis identifiés comme étant proches du Dg de l'ARTP séquestrent le mandataire de l'Apr pour l'empêcher de déposer ses listes qui sont alors forcloses. Un doigt accusateur est pointé sur « l'Allemand ». Certains de ses partisans sont arrêtés. La chute est proche. L'homme qui semble avoir la sympathie du président Macky Sall est démis de ses fonctions « juteuses » de Dg de l'ARTP et des poursuites judiciaires lui pendent au nez. Une chute brutale et vertigineuse pour le plus « Sénégalais des Allemands ».

Serigne Diaw






Hebergeur d'image