leral.net | S'informer en temps réel

Linguère: Mélakh, un véritable sanctuaire de la religion musulmane vient de célébrer son Magal annuel.

Samedi 02 juin 2012, cette date vient d’entrer dans l’annale de l’histoire du Magal de Mélakh. Par cet évènement commémoratif hautement empreint de spiritualité religieuse, l’une des plus grandes communautés Mourides du Djolof vient de célébrer le retour de pèlerinage de la Mecque de Sergine Mouhamadou Fadel Mbacké Ibn Khadimou Rassoul. Initié depuis 1945 par feu Sergine Diadia Thiane, l’évènement est entré dans les traditions hautement sublimes de la localité. Pour rappels aussi, Mélakh, situé a 50km de Linguère, avait reçu les visites d’El hadj Omar Tall, de Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, de Sergine Abdou Aziz Sy Dabakh et d’El hadj Mouhamadou Lamine Bara Mbacké prédécesseur de l’actuel Khalife Général des Mourides.


Rédigé par leral.net le Dimanche 3 Juin 2012 à 22:59 | | 0 commentaire(s)|

Linguère: Mélakh, un véritable sanctuaire de la religion musulmane vient de célébrer son  Magal annuel.
Situé à 50km de Linguère, Mélakh, un village centenaire relié à la route nationale par une piste latéritique doit son appellation, selon des confidences des vieilles personnes, d’un éclair qu’El hadj Omar FoutiyouTall aperçut au milieu d’une forte pluie. Ce nom wolof traduit le phénomène météorologique de l’“éclair“. En ce moment précis, le marabout séjournait non loin de là, à Nguet chez Mame Gor Sane Niang un “Moukhadam“ d’El hadj Malick Sy. «Une terre bénie par l’apôtre d’Alwar», a déclaré Magueye Thiane le porte-parole de la jeunesse de Mélakh. Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, sur le chemin de l’exil, a fait un bref passage à Mélakh. Le fondateur du mouridisme fit ses ablutions avec l’eau du marigot et pria sous l’ombre d’un arbre; «deux places devenues aujourd’hui des lieux de culte» a ajouté Magueye Thiane. A Mélakh les deux confréries mouride et Tidiane vivent dans une parfaite harmonie grâce aux visites de Sergine Abdou Aziz Sy Dabakh et Sergine Bara Mbacké. Le successeur de Serigne Saliou Mbacké avait posé la première pierre du mausolée de Mélakh et doté le village d’électricité.
L’autre charme du village: son patrimoine culturel avec l’histoire originale du célèbre baobab communément appelé ici «Gouye Dajaral» .Un baobab qui, lors d’une nuit de forte pluie, s’est déraciné seul et s’est planté à nouveau sur la route qui mène au grand puits du village. Un arbre totem dont «toute nouvelle mariée est tenue de donner en offrande des colas et du sucre avant de faire sept fois le tour pour un paisible ménage», a révélé monsieur Thiane.
Cependant Mélakh, l’un des plus gros villages du Département de Linguère, dispose de l’électricité; d’une école élémentaire de douze classes; d’un collège d’enseignement moyen (CEM) et d’une résidence construite et équipée par Serigne Moctar Thiane, un fils du terroir. «La localité ne bénéficie que d’une case de santé, étouffant de fréquentation des villages polarisés en la matière», s’inquiète Magueye Thiane.
Selon lui c’est en 1945 que feu Serigne Diadia Thiane, un grand talibé mais aussi un vaillant agriculteur a reçu l’ordre de Serigne Fallou Mbacké de célébrer son retour de pèlerinage de la Mecque à Mélakh.
La 94ème édition est marquée par des consultations médicales gratuites; Marie Rose Wardini gynécologue et son équipe ont détecté les cancers du sein et du col de l’utérus de femmes consultées. Une cinquantaine d’enfants issus de couches défavorisées de la population ont été gracieusement circoncis.
La cérémonie officielle a été présidée par Sergine Abo Mbacké khalife de Serigne Fallou Mbacké en présence d’éminentes personnalités du champ politique telles que le Ministre de l’Energie et des Mines et d’anciens membres de gouvernement tels Ousmane Ngom et Habib Sy.
Djoloffactuma (Djoloffactu.com)






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image