leral.net | S'informer en temps réel

Litige foncier aux Parcelles Assainies : Le ministre d'Etat Mbaye Ndiaye à deux pas du tribunal

Le ministre d’Etat, Mbaye Ndiaye pourrait faire l’objet de poursuites judiciaires dans le cadre du litige foncier opposant le gérant de la société immobilière «Assurim Sa», El hadji Serigne Tacko Fall, à la mairie des Parcelles assainies. Réuni hier, lundi 16 mars, en session extraordinaire consacrée à l’information sur ce litige foncier, le conseil municipal des Parcelles assainies, réaffirmant son opposition à la vente de ce terrain, n’écarte pas de trainer l’ex-maire devant la justice.


Rédigé par leral.net le Mardi 17 Mars 2015 à 11:35 | | 1 commentaire(s)|

Litige foncier aux Parcelles Assainies : Le ministre d'Etat Mbaye Ndiaye à deux pas du tribunal
Un tournant dans le litige foncier qui oppose depuis 2009 le gérant de la société immobilière «Assurim Sa», El hadji SerigneTacko Fall, à la mairie des Parcelles assainies de Moussa Sy. Le conseil municipal des Parcelles assainies a décidé de prendre à bras-le-corps cette question. Réuni hier, lundi 16 mars en session extraordinaire consacrée à l’information sur ce litige foncier, les membres du conseil municipal ont exprimé, à l’unanimité, leur opposition contre la réalisation de tout projet, autre que celui d’un hôpital sur le terrain litigieux titre foncier Tf 24795/Dg (11 500 m2) sis à l’unité 17.

Estimant que cet espace appartient à toute la population des Parcelles, les 59 membres du conseil municipal sur les 76 présents à cette rencontre présidée par le maire Moussa Sy ont même annoncé une plainte contre le gérant de la société immobilière «Assurim Sa», El hadji Serigne Tacko Fall, l’actuel ministre d’État Mbaye Ndiaye pour faux et usage de faux. Un collège d’avocats est déjà mobilisé à cet effet. En effet, ils accusent l’ex-maire des Parcelles, Mbaye Ndiaye d’avoir fait usage de fausse délibération du conseil municipal en vue d’obtenir pour le compte d’El hadji Serigne Tacko Fall et son projet immobilier l’avis d’affectation d’un terrain initialement prévu pour abriter d’équipements collectifs dont une arène de lutte et un dojo en 2002.

Les conseillers ont ainsi exprimé leur détermination à tout faire et par tous les moyens légaux pour faire respecter l’acte d’expropriation pris par l’État du Sénégal contre la société immobilière «Assurim Sa en date de 2009. Face à la presse à l’issue de cette rencontre, l’édile des Parcelles, Moussa Sy a notamment déploré le silence coupable de l’État central dans ce dossier aussi bien sous le régime de Wade que celui de Macky Sall. Cependant, il a réaffirmé sa détermination et celle de ses collègues ainsi que des populations parcelloises à tenir à tout autre projet sur ce terrain que celui qui enveloppe tous les besoins des populations : l’hôpital.

Sud Quotidien






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image