leral.net | S'informer en temps réel

Locales 2014, certes paisibles et légales, mais légitimité entachée à cause du faible taux de participation de 40% seulement!


Rédigé par leral.net le Dimanche 6 Juillet 2014 à 19:35 | | 0 commentaire(s)|

Locales 2014, certes paisibles et légales, mais légitimité entachée à cause du faible taux de  participation de 40% seulement!
Arrêt sur l’image :

Au lendemain de ces élections locales de 2014, on peut noter, qu’elles se sont déroulées

relativement dans le calme le jour du vote. Par conséquent, pour dire vrai, cela s’est passé

régulièrement, paisiblement et légalement sans contestations majeures. Mais au regard du

faible taux de participation des électeurs inscrits, qui est environ de 40% seulement, un réel

problème de légitimité et celui d’éthique des élus se pose, avec un si faible taux. Il est vrai que,

dans le cas présent, la faute n’incombe pas aux élus, mais bien à l’Etat. Lui, qui continue toujours à

s’arcbouter dans l’archaïsme et à un système suranné, qui ne répond plus aux normes de l’évolution

démocratique et autres avancées technologiques sophistiquées de notre époque.

A l’évidence, on peut parfaitement déceler que le système actuel est sclérosé et sa machine grippée.

Le système désuet et à la fois la pléthore de listes fantaisistes à ces locales, ont été la goûte d’eau

qui a fait déborder le vase. Ce qui a provoqué sans doute la frustration des électeurs et une cassure

sur leur attente. Voilà pourquoi, ils ont eu comme attitude et réponse appropriée face à cela, une

abstention massive, ce que le taux de participation au scrutin a éloquemment montré. On peut

penser que les élus dans ces conditions-là, ne devraient pas plastronner ou être fiers d’avoir été élus

par une si infime partie des électeurs de leur localité. Enfin, ce scrutin montre davantage ou justifie

parfaitement, que le système a atteint ses limites et que certainement, c’est l’une des raisons qui

amené de nombreux électeurs à se détourner de leur devoir citoyen, à savoir aller voter.

Ce qui est en tout cas indéniable, c’est l’immobilisme d’un Etat spectateur passif qui prévaut

toujours, devant une situation qui perdure incontestablement et implore des actions décisives

urgentes et concrètes. Certes, le chef du gouvernement nous sert un discours ou slogan médiatique

proclamant l’accélération de la cadence d’exécution. Mais dans le concret, on ne voit pas sur quel

levier est posée la pédale d’accélération ? Est-ce sur la rupture avec les pratiques indécentes et de

pillage des ressources du pays par Me Wade, ou la traque des biens mal acquis et la spoliation des

terres du Domaine national, ou la réduction du train de vie dispendieux d’un l’Etat bureaucratique

et vorace, ou bien le plus probable entre autres, la création d’une oligarchie, d’une aristocratie

maraboutique et des riches artificiels au sommet de l’Etat et autour de son chef ? Les Sénégalais

aimeraient bien savoir en fait, en quoi le gouvernement est en train d’accélérer la cadence?

En tout cas, à la place d’un discours glorifiant à travers les médias, le président de la République

ferait mieux, d’apporter plutôt des preuves palpables et irréfutables de ses réalisations sur le terrain,

comme l’a si bien fait, courageusement et avec détermination, Khalifa Sall . Pour dire simplement,

que seul le travail bien fait pour l’intérêt général, compte pour les populations. Tout le reste n’est

que verbiage inutile, attractif certes dans un premier temps, mais qui ne dure que le temps d’un feu

de paille. Objectivement, la voie tracée par Khalifa Sall est une source d’inspiration et à suivre pour

tous les hommes politiques, aspirant à gérer le pays ou une collectivité locale.

Nous notons par ailleurs, qu’il est bien établi et d’usage courant, que dans les Etats de droit de fait,

après chaque consultation électorale, les autorités procèdent à l’évaluation du système à des fins de

correction, d’éventuelles failles décelées.

Il existe aussi une règle générale admise par les Etats de droit, selon quoi tout système, quel qu’il

soit, a besoin et doit être évalué de temps en temps, soit au terme d’une période déterminée,

soit exceptionnellement en cas de nécessité urgente. Ceci, dans une perspective générale de

rénover certains éléments caducs, ou d’en exclure d’autres devenus inopérants. Le tout, en vue de

renouveler les habits du système, conformément à la situation qui prévaut. Malheureusement, tel ne

fut pas le cas jusque-là, malgré tous les régimes qui se sont succédé au Pouvoir.

Gouverner c’est prévoir?

Il est clair qu’un gouvernement ne doit pas être un simple spectateur passif. Il doit être un acteur

dynamique, prévoyant, attentif aux moindres faits sociaux et détails qui se manifestent dans le pays.

Il doit être un veilleur vigilant, pour pouvoir déceler en amont les signes avant coureurs de ce qui ne

va pas ou pourrait arriver dans le pays, afin de les analyser correctement et rectifier à temps le tir s’il

y a lieu.

L’archaïsme et la routine, domaines de prédilection de nos gouvernants, sont des pratiques ou

maladies graves, généralement propres aux dirigeants africains, qui pensent naïvement, qu’arriver

au pouvoir est une fin en soi, et non, une simple étape. Au demeurant, ils s’accommodent sans

honte de leurs échecs récurrents, et ne se remettent jamais en cause pour rompre avec de telles

pratiques néfastes. Ainsi, ils se complaisent dans l’informel et la mal gouvernance, sans état d’âme.

Ce qui les obnubile et les empêche de voir clairement leurs propres erreurs et les problèmes épineux

de leurs pays. Et naturellement, ils sont alors incapables d’innover avec objectivité et clairvoyance,

ce qui doit l’être, pour avancer avec succès. Cette maladie a, malheureusement, atteint bon nombre

de nos chefs d’Etat africains qui estiment que l’essentiel, c’est simplement d’arriver au Pouvoir pour

jouir de ses délices. Nos dirigeants manquent parfois d’éthique et grandeur d’âme. Et pourtant, il est

conseillé et même fortement recommandé à tout être humain, à fortiori un homme d’Etat, d’avoir

de l’humilité pour reconnaitre ses erreurs évidentes, ce qui en soi une grandeur. Bien entendu, si

toutefois la personne concernée volontiers, acceptait de s’amender résolument et de s’engager à

rectifier ses erreurs dans le sens bien indiqué.

Exigence pressante d’opérer les ruptures urgentes et indispensables.

Nous avons noté un fait bizarre et récurrent, mais qui est parfaitement un constat réel. Il est

généralement vérifié aujourd’hui, que la plupart des hommes politiques, en particulier en Afrique

sont faux, car, dès qu’ils accèdent au Pouvoir, semblent amnésiques et alors incapables de lire

correctement les messages envoyés par leurs peuples ou mandants. Messages pourtant très clairs,

qui ne sont parfois, que des rappels de leurs promesses. En fait, la vérité, c’est qu’ils deviennent

sciemment amnésiques, pour des raisons inavouées liées à leurs engagements non tenus.

Mais pourquoi diantre, nos gouvernants se comportent-ils ainsi une fois au pouvoir ? Pourquoi

n’écoutent-ils plus que leurs fans, qui les flattent plutôt que de leur dire la vérité objectivement ?

Pourquoi sont-il si hostiles aux ruptures qui engendrent généralement le progrès économique, social,

culturel, voire institutionnel? Pourquoi ont-ils tellement peur du changement, même qualitatif ? Et

pourquoi le terme rupture crée-t-il chez eux, la méfiance voire la panique ? En vérité, pour eux la

rupture, à savoir procéder autrement que ne le fût son prédécesseur défaillant, équivaudrait à aller à

la perte éventuelle du Pouvoir.

Ce taux de participation généralisé de 40% environ, accrédité par des observateurs crédibles, est

indéniable, il est même de 15 voire 10% par endroits. Ce signal que ces élections locales envoient

à Macky Sall, est un message crypté qui signifie un avertissement clair. Il pourrait signifier qu’il

y a un ressort de cassé quelque part dans les rapports entre eux et lui, ou alors, il y a une raison

majeure qui a fait bouder les urnes à certains électeurs. Et si l’on se souvient bien, c’est un message

d’avertissement textuel à celui-ci qui fut envoyé à Me Wade aux locales du 22 mars 2009. En clair,

c’est un rappel des promesses non effectives et des ruptures annoncées non encore opérées qu’i

s’agit. En tout état de cause alors, le refus éventuel de Macky Sall de bien décortiquer le message,

l’examiner avec lucidité, et d’en tirer les enseignements qui s’imposent, pourrait être une erreur

fatale pour son avenir politique, comme ceci l’a été pour son prédécesseur Me Wade.

Le président Macky Sall a tout intérêt, à rompre avec les pratiques fondées sur la corruption, la

concussion et les inégalités sociales. De telles pratiques doivent être bannies dans notre espace

social, pour assainir les mœurs politiques si décriées. C’est l’occasion et le moment opportun de

bannir par des textes règlementaires, tous ces privilèges et autres avantages injustifiés, érigés

actuellement en système et accordés aux seuls tenants du pouvoir, avec leurs amis, au détriment de

la majorité du pays. Le président Macky Sall semble rester sourd, ou avoir que du mépris, la demande

persistante des Sénégalais pour une forte baisse du train de vie actuel de l’Etat, qui ne profite qu’à

une infime partie d’entre nous, accrochée au sommet de l’Etat comme des sangsues. Tous ceux-là,

sont des exigences de ruptures radicales à opérer, que les Sénégalais en majorité réclament dans les

meilleurs délais. Ce que la CNRI devrait prendre en compte d’ailleurs dans la refondation.

La nécessité absolue de retenir les réformes préconisées par la CNRI

Il est évident, au regard des constats de failles notées au cours de ce scrutin, que ce système

nécessite parfaitement un examen clinique sérieux, qui s’intègre bien dans le cadre de la réforme

fondamentale et globale de nos institutions, préconisée par la CNRI et devenue urgente, exigible et

incontournable.

Encore plus que jamais, la réforme et la refondation approfondie de nos institutions actuelles est

d’une extrême urgence qui ne peut plus attendre ou faire l’économie d’être contournée ou remise au

calendre grecque. En vérité et logiquement, ces locales de 2014 auraient dû être reportées dans les

règles, n’eût été la réponse laconique du président Macky Sall aux propositions de la CNRI. Ceci, pour

des raisons évidentes comme par exemple son impréparation, le caractère obsolète du système qui

n’est plus en phase avec la situation et de son coût exorbitant. En conséquence et toute objectivité,

elles devraient être tenues en principe après l’examen attentif des propositions de la CNRI et leur

soumission au référendum pour validation par le peuple. Ce qui serait un acte incontestable de

respect aux citoyens et de souveraineté affirmée.

Et, ce n’est pourtant pas faute de n’avoir pas été alerté à temps, de l’inopportunité de la tenue

des élections à cette date, ou des suggestions pour leur report jusqu’après la mise en œuvre des

réformes. Mais hélas ! Par entêtement de l’Etat, nous avons ainsi perdu inutilement ou bêtement,

non seulement du temps, mais aussi beaucoup d’argent -15 milliards de nos francs- pour des

élections auxquelles seulement 40% environ des électeurs inscrits y ont pris part. Estimez-vous

rationnellement et économiquement, que ceci en vaille sérieusement la peine ? Et cette perte

énorme d’argent, nous aurions pu l’éviter facilement, avec un peu plus d’intelligence, de prévoyance

et de souci majeur pour la sauvegarde de l’argent du contribuable sénégalais. Et là, la faute incombe

entièrement au président de la République, de n’avoir pas su prendre assez de recul avant de

décliner irrespectueusement ou inélégamment cette réponse presque négative, aux travaux de la

CNRI, qu’il avait cependant bien sollicités auprès du président A. M Mbow.

En effet, en toute bonne foi, l’Etat avait-il ignoré qu’à la place de plus de 100 millions de bulletins

de vote imprimés pour les 2707 listes, il aurait suffi simplement de leur substituer un bulletin

unique de vote par circonscription électorale ? C’est impensable ! Et avec le bulletin unique de

vote, nous aurions fait une économie substantielle d’argent ainsi que de temps pour voter. Voici un

exemple typique, qui justifie à suffisance, que gouverner c’est prévoir. Et par conséquent, un Etat

ou gouvernement doit savoir et pouvoir anticiper sur les évènements à venir, s’abstenir de faire des

dépenses de prestige inutiles socialement ou de dépenser sans compter, les deniers publics à tout

bout de champ, comme si nous étions dans un Etat prospère à suffisance.

La fonction d’élu du « peuple », pourquoi est-elle devenue maintenant attractive ?

Tout d’abord, parce qu’elle a cessé totalement d’être un sacerdoce maintenant. Ensuite chez nous,

les élus ne servent plus le peuple, mais plutôt se servent eux-mêmes. Elle est devenue concrètement,

une source intarissable d’enrichissement « illicite » sans cause, sans coup férir et sans peine, pour

les élus. Toute cette bousculade, tout ce branle-bas-de combat et cet embouteillage aux postes

d’élus, sont loin d’être simplement au service du peuple. En fait, ils s’agitent surtout pour pouvoir

profiter des énormes avantages, des privilèges, des délices du pouvoir et autres opportunités que

leur offre la fonction élective, aujourd’hui au Sénégal. Cette situation de privilèges indécents au

sein d’un pays classé parmi les PMA et PPTE est moralement inacceptable. Et cela, ne peut être

justifié par aucun droit réel de service rendu. Cette pratique n’est rien d’autre que l’héritage et la

poursuite de pratiques politiciennes inégalitaires et abjectes établies chez nous, modérément depuis

Senghor, perpétuées avec Diouf, amplifiées exagérément par Wade, mais que Macky Sall poursuit

encore mécaniquement, en lieu et place de rompre avec ces inégalités sociales discriminatoires et

qui ne reposent sur aucun fondement de droit légal ni légitime. La fonction élective au Sénégal est

devenue assurément attractive, parce qu’elle constitue une manne financière effective, voulue et

décidée par le chef de l’Etat –monarque- pour contenter et entretenir un personnel politique, à lui

rester fidèle, même au détriment du peuple. C’est aussi le sens justement, de la nécessité absolue et

urgente de réformer et de refonder souverainement nos institutions actuelles qui ne servent plus le

peuple. Cette question fondamentales des élus, comme on le voit, pose problème et pollue l’arène

politique. Elle constitue en vérité, une sorte de prostitution politique, qui ne reculerait devant rien,

pour se faire élire. Visiblement, avec la fonction élective telle que conçue au Sénégal, nous sortons

totalement maintenant, de l’idéal politique qui devait l’animer, comme sacerdoce et l’art de diriger la

cité. Voilà pourquoi le statut ou la fonction élective doit être revue révisée de fond en comble, pour

le replacer dans son contexte originel qu’elle n’aurait jamais dû quitter.

Que faire maintenant ?

Après avoir mis la charrue avant les bœufs, en organisant ces élections malgré tout avant l’examen et

l’application des conclusions de la CNRI ; non plus en ne s’attelant pas jusque-là aux préoccupations

essentielles des Sénégalais majorité, il est temps d’arrêter maintenant la politique spectacle, et

de revenir aux choses sérieuses ou à l’orthodoxie. En somme, la réforme de nos institutions et les

ruptures indispensables identifiées sont devenues incontournables et une voie obligée pour le

président de la République, s’il veut débloquer la situation du pays qui stagne et inquiète même

beaucoup de Sénégalais parmi lesquels des acteurs de la deuxième alternance du 25 mars 2012.

Nous venons d’apprendre le limogeage ou la démission du Premier ministre, pour avoir été battue

politiquement à ces élections. Le motif pose problème et constitue réellement, une autre paire de

manche, qui va compliquer la situation du président Macky. Parce qu’il n’a pas entre ses mains ou

dans son parti les moyens de sa politique. Qu’il veuille ou non, s’il ne procédait pas aux ruptures

exigées, aux réformes de la CNRI et une composition d’une équipe compétente qui va au-delà de son

camp politique, il court droit encore vers un échec de plus. Ce qui était valable avec Me Wade hier,

n’est plus possible aujourd’hui avec les Sénégalais, il est bon à savoir par le président Macky Sall. A

bon entendeur salut !




Mandiaye Gaye

Gaye_mandiaye@hotmail.com






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image