leral.net | S'informer en temps réel

Loi sur le règlement intérieur de l'Assemblée : Les députés du Parti socialiste votent dans la divison

Les députés ont voté, hier, dans la majorité, la loi modifiant le règlement intérieur de l'Assemblée nationale. Le Parti socialiste, membre de la coalition Benno Bokk Yakaar, n'a pas parlé d'une seule voix. Si certains de ses députés ont choisi de ne pas voter la loi, brandissant des arguments, d'autres, plus nombreux, l'ont votée sans hésiter.


Rédigé par leral.net le Mardi 30 Juin 2015 à 10:56 | | 3 commentaire(s)|

Loi sur le règlement intérieur de l'Assemblée : Les députés du Parti socialiste votent dans la divison
Barthélémy Dias avait annoncé la couleur, quelque jours plus tôt, selon le Témoin, en soutenant que, si jamais la proposition de loi arrivait à passer, son parti allait quitter Benno Bokk Yakaar (BBY). Mais le déroulement des événements a révélé, d'après nos confrères, que les propos du maire de Baobab n'engagent que lui. Tout au contraire, certains leaders socialistes ont réaffirmé l'ancrage de leur parti dans la coalition et leur soutien indéfectible au président de la République Macky Sall. Si Me Aissata Tall Sall, maire de Podor et membre du bureau politique du Ps, estime que projet est "politiquement injustifiable, juridiquement indéfendable et historiquement insoutenable", la député Aida Sow Diawara, par ailleurs maire de Golf Sud, ne parle pas le même langage. "Quand on décidera de ne plus accompagner Macky Sall, on sortira de la coalition, de même que de l'Assemblée. Pourquoi les gens disent-ils que cette loi est faites pour le Ps", s'est-elle interrogé avant de faire remarquer que le Ps a rejoint BBY avec 11% et on ne lui a pas offert de sièges au Parlement. "On parle de quinze députés. Mais cela ne nous concerne pas puisqu'on en a vingt !", s'est-elle exclamée. Maguette Diokh, rapporteur du jour, a embouché la même trompette que sa camarade socialiste. Pour lui, la disposition du groupe parlementaire retrouve tout son sens dans la mesure où une coalition de partis qui ne peut avoir 15 députés n'a vraiment pas sa place dans le Parlement.

En revanche, les députés Aminata Diallo et Idrissa Diallo ne sont pas du même avis. Mme Diallo est pour que le mandat du président de l'Assemblée nationale soit ramené à 5 ans et verrouillé. Par contre, ce qu'elle ne saurait cautionner, c'est l'augmentation du nombre de députés (15) pour constituer un groupe parlementaire. Car, à l'en croire, ce qui se passe constitue des signes avant-coureurs qui aboutissent souvent à des dérives comme celle du 23 juin. Suffisant pour qu'elle refuse de porter la responsabilité de voter cette disposition. Son camarade, Idrissa Diallo, maire de Dalifort, de surfer sur la même vague. S'il approuve la disposition sur le mandat du président de l'Hémicycle, il souligne, toutefois, que les deux autres points le gênent du fait de leur "iniquité" et de leur caractère "liberticide". Ils constituent, selon lui, un recul pour la démocratie. Aussi, a-t-il décidé de ne pas voter la loi, précisant que le jour où il ne se sentira plus dans son groupe parlementaire, il le quittera.






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image