leral.net | S'informer en temps réel

Louga: Une "niarel" assène plusieurs coups de coupe-coupe à sa "aawo"


Rédigé par leral.net le Mercredi 13 Avril 2016 à 08:51 | | 2 commentaire(s)|

Louga: Une "niarel" assène plusieurs coups de coupe-coupe à sa "aawo"
La dame Fatimata Kâ séjourne, depuis lundi, à la prison centrale de Louga où elle est retenue pour coups et blessures volontaires, ayant entraîné 21 jours d’incapacité temporaire de travail (Itt) à sa coépouse Maï Kâ. En effet, folle de jalousie, elle a asséné plusieurs coups de coupe-coupe à sa coépouse à la suite d’une violente bagarre. Selon Le Populaire, les faits se sont déroulés le mercredi 6 avril vers 12 heures. Les coépouses Maï Kâ et Fatimata Kâ, qui se regardaient en chiens de faïence, des mois durant, ont franchi le Rubicon en se livrant à une violente dispute. A l’issue de l’affrontement, la "ñaarel" (seconde épouse) a roué de coups de coupe-coupe à la "aawo" (première) qui a failli passer de vie à trépas. Selon des témoignages, la "aawo" se trouvait dans la cuisine en train de préparer le repas, lorsqu’elle a été rejointe par sa coépouse qui faisait semblant de chercher quelque chose. N’ayant pas apprécié la présence de cette dernière dans la cuisine, la première lui demande alors de quitter les lieux et d’attendre son tour. Ce qui n’a pas plu à cette dernière qui a commencé à proférer des injures. Le ton monta d’un cran et les deux coépouses en sont finalement venues aux mains devant leur époux, Cheikh Kâ. La seconde épouse s’est alors servie d’un coupe-coupe pour donner plusieurs coups à la première lui occasionnant de graves blessures à l’avant bras gauche.

Après son forfait, la "ñaarel" s’est rendue au centre de santé pour se procurer un certificat médical délivré par le médecin chef, avec une Itt de 10 jours. Mais, c’était sans compter avec la détermination des éléments du commandant Kandji de la brigade de gendarmerie de déjouer son plan, malgré son certificat médical de "complaisance". Les hommes en bleu ont constaté que la dame Fatimata Kâ ne portait aucune blessure. Interrogée sur les faits qui lui sont reprochés, elle a reconnu que c’est Maï Kâ qui l’injuriait au moment où elle cherchait ses affaires dans la cuisine. Fatimata Kâ a été déférée, lundi, au parquet de Louga pour coups et blessures volontaires.






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image