leral.net | S'informer en temps réel

Lutte contre la destruction de leur environnement: Djibo Kâ soutient les habitants de Hann.

es habitants de la cité Hann-Mariste qui protestent contre la destruction de leur environnement en particulier l’occupation des lacs dans la zone ont désormais un allié de taille. En effet le Ministre d’Etat, Ministre de l’Environnement, Djibo Leyti Kâ partage l’avis de ces riverains du parc forestier de Hann. Lors de la cérémonie d’ouverture, ce lundi 31 mai, du premier Forum de l’écologie et du développement durable organisé par l’organisation "Agir pour une Afrique durable’’, il a indiqué que «le lac est bien aménagé c’est un site magnifique, j’invite les populations à le visiter mais à ne pas le salir». Djibo Ka de faire comprendre que «ce qui fait problème c’est que ce sont les promoteurs immobiliers qui menacent chaque jour ce parc qui est le seul poumon vert de Dakar». Pour lui, chacun à le devoir de le sauver et de le protéger, en tout cas moi je suis prêt à y faire face comme d’habitude.


Rédigé par leral.net le Lundi 31 Mai 2010 à 18:47 | | 4 commentaire(s)|

Lutte contre la destruction de leur environnement: Djibo Kâ soutient les habitants de Hann.
Revenant sur le jardin botanique qui est menacé par le Typha qui est un genre de plantes monocotylédones appelées communément massettes ou quenouilles qui sont des plantes répandues typiques des milieux humides, il a révélé qu’«on va s’en débarrasser dans quelques jours avec des engins qui sont dans le delta qui ont fait un travail remarquable» a-t-il soutenu. Et d’ajouter: «je vais prendre le contact d’un des patrons de cette société là qui a gagné le marché du Delta pour lui demander de venir nous aider ici».

Les habitants de la cité Hann-Mariste avaient prévu de faire une marche de protestation. Mais leur manifestation a été interdite au dernier moment par le préfet de Dakar.

Source : pressafrik.com Papa Mamadou Diéry Diallo



1.Posté par chielin le 02/06/2010 00:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il était une fois,
Jadis les jeunes de Mboro étaient fières de leur parent de retour du travail. Ils pensaient, qu’un jour ils allaient y travailler.
La seule chose qui les préoccupée durant tout leur cursus scolaire, était le simple fait d’être des professionnels aguerris afin de travailler pour leur pays.
Aujourd’hui, ils se voient humiliés dans leur propre localité, la charmante ville de Mboro pour ne pas dire leur pays le Sénégal. Car oui en effet il y a de cela quelques années, les ICS (industries chimiques du Sénégal) avaient rencontrées une crise, et depuis pas mal de jeunes de Mboro qui y travaillaient comme journaliers ont vu leurs chances d’intégrer cette industrie annihilées.
Au moment ou les jeunes de cette localité et même des localités environnantes (Tivaouane, Darou khoudoss, bref toute la région de Thiès), sont à la recherche d’emploi, l’administration des ICS offre des emplois à des personnes venues d’un autre horizon en l’occurrence l’INDE. Comme si nous avons un manque de main d’œuvre…
Eh oui, la bataille psychologique ne fait que commencer pour les jeunes de Mboro et environnant, car en effet, se réveiller au milieu d’une cohorte d’indou (je n’ai rien de raciste) qui travaillent et gagnent dignement leur vie en lieu et place du chômage qu’a instaurer cette entreprise. Bonjour l’exode rural, plusieurs jeunes vont vers Dakar en espérant y trouver du travail, de l’autre coté des jeunes intellectuels nés et grandi à Mboro qui se trouvent confrontés à la grande compétition de la recherche d’emploi. Pendant ce temps, rappelons-le, les ICS importent de la main d’œuvre en provenance direct de l’Inde.
Ceci est une mise en conscience et un rappel pour toutes les parties prenantes, notre localité regorge de potentialités en ressources humaines alors pourquoi en importer? Veulent ils nous faire douter de nos compétences ou veulent ils qu’on aille en Inde pour y trouver de l’emploi? Méritons-nous ce sort après plusieurs années de formation en espérant un jour travailler dans notre charmante ville qui nous a vus grandir? Et les parents qui ont travaillés toute leur vie dans cette entreprise voient leu propres enfants chômer en lieu et place de jeune Indou (encore une fois, je n’ai rien de raciste). Veulent-ils les voir mourir sur le poids de l’humiliation, du chagrin et l’incapacité ?
Le chilien
:sn: :sn: :sn:

2.Posté par Thierno le 02/06/2010 11:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je pense, que nous devons rester vigilent et prendre le ministre de l'environnement aux mots. Il ne peut pas faire croire à l'opinion, par ses déclarations, qu'il est solidaire avec les populations de Hann Maristes sans porter lui même le combat que nous menons. Effectivement Assane, il parle de "promoteurs immobiliers qui menacent chaque jour ce parc"........ Plus que de la nuance il délimite l'espace qu'il se propose de protéger en le différenciant de celui sur lequel nous vivons et dénonçons les agressions.S'il veut vraiment nous soutenir, il dispose de moyens efficace pour le faire.
Des solutions existent et nous le savons, quand l'État veut, il peut!!!!
Pourquoi, bien que parfaitement informé, il ne daigne pas se déplacer pour voir sur place quand de sérieuses questions d'environnement sont soulevées par ceux là même, au nom de qui, il doit donner substance à sa mission régalienne, les populations?
Des questions de fond se posent.
Est-il pertinent, que tant de moyens de la République soient sur utilisés pour protéger les prétendus droits d'un individu au détriment de l'intérêt général et de la sécurité des populations de tout un quartier, au moment où les forces de sécurité ont tous les jours tant de mal à protéger les sénégalais? Et quand bien même des doutes trés sérieux existent sur la sincérité et la légalité des documents détenus par des promoteurs qui viennent s'installer au mépris de tous les principes d'études d'impacts, préalables indispensables avant toute occupation des zones humides de surcroit déclarée "non edificanti".
Et même si, par extraordinaire, on arrivait à fabriquer une existence légale aux documents des promoteurs en question, aucun esprit sérieux ne peut légitimer l'usage abusif et sans scrupule qu'ils en font.
En effet, dans une zone urbaine moderne, avec un lotissement approuvé par l'État, la détention d'un droit sur une surface ne doit pas donner le droit de venir installer un bâtiment au beau milieu d'une rue qui, de surcroit, permettait la desserte du quartier par le transport en commun!
Que penser d'un édifice bâti sur un espace gagné en remblayant le lac et en coupant les filaos?
Quel sens donner à l' objet de la gouvernance locale lorsque la commune d'arrondissement qui est l'organe institutionnel par lequel les populations formalisent "leur comme volonté de vivre ensemble, de protéger et de défendre leurs intérêts communs" n'est plus qu'un espace soit disant républicain où ceux qui décident ne font aucun cas de l'avis de ceux qui y vivent?
Dans toutes ces occupations des bords du lac de Hann Maristes, le collectif de toutes les associations de Hann Maristes, les associations des femmes, les écoliers, l'association des amis de la nature et le maire de la commune d'arrondissement et son conseil municipal, ont tous, unanimement, manifesté, à plusieurs occasions, leur farouche opposition à ces deux projets dans des démarches républicaines, respectueuses des lois et règlements.En vain!!!
Le sentiment général est que, pour les autorités n'écoutent pas les populations.
Malheureusement, ceux qui sont à l'origine du mécontentement des populations n'ont rien à perdre et semblent tout pouvoir se permettre.
Le président de la République reste notre ultime recours. Lui, il a démontré, par un passé récent, il nous avait compris et conséquemment, nous avais soutenu.
NOUS ATTENDONS DONC DE SA PART UNE REACTION

3.Posté par habitant de mariste le 02/06/2010 19:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je pense que monsien le ministre fait la confusion entre le lac dans le parc de hann bien protégé qui n a rien avoir avec les lacs des niayes maristes "poumons vert de dakar" au coeur des maristes.rnLa scat urbam en 1998 sur instruction du ministre du budget mamadou lamine Loum avait débloqué 20 millions de francs pour la délimitation et la plantation de filaos en collaboration avec la Direction des espaces verts Urbains et la Direction des Eaux Forêts et Conservation des Sols. Ce sont ces filaos que le promoteurs Demba Ka a coupé avec l 'autorisation du Ministère de l'environnment, pour y contruire la station service. rn

4.Posté par habitant de mariste le 02/06/2010 19:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour confirmer , les Niayes maristes sont comprises dans l'assiette du projet PASDUNES 2002-2012, decret primatorial 1042 du gouvernement de Mam Madior Boye.
Le president de la République dans sa lettre réponse au collectif du 10 juin 2009 avait donné des instructions au ministre des finances pour arreter le projet porte de Dakar qui envisagé de construire dans les berges des immeubles de r+1 à r+4 (1000 logements et des espaces commerciaux (500) et boutiques (2440). Mieux de sauvegarder cette zone humide non aedificandie qui ne doit abrter que des activités maraichères d'agriculture urbaine et periurbaine.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image