leral.net | S'informer en temps réel

Lutte contre la drogue : Le directeur exécutif de Jamra approuve la réforme de la loi Latif Guèye

Dakar, 25 juin (PS) – Le directeur exécutif de l’ONG Jamra, Bamar Guèye, a fait part, lundi, de son approbation pour la réforme de la loi Latif Guèye sur le trafic de drogue, reconnaissant que celle-ci comporte des imperfections comme toute œuvre humaine.


Rédigé par leral.net le Lundi 25 Juin 2012 à 18:29 | | 0 commentaire(s)|

Lutte contre la drogue : Le directeur exécutif de Jamra approuve la réforme de la loi Latif Guèye
‘’Nous sommes d’accord qu’il y a des imperfections, voire des limites car toute œuvre humaine est imparfaite. Mais l’essentiel c’est de respecter l’esprit de cette loi’’, a-t-il dit à l’APS.

‘’Cette révision il faut qu’on la fasse en respectant l’esprit de la loi pour lutter contre les gros trafiquants mais surtout pour mieux protéger le jeunes contre la toxicomanie’’, a-t-il ajouté.

Il s’exprimait à l’occasion d’une table ronde organisée par le ministère de l’Intérieur en prélude à la célébration de la journée, mardi, mondiale de la drogue, pour évaluer l’impact de cette loi depuis son application en 2007.

Bamar Guèye est le frère du défunt président de l’ONG Jamra Abdoul Latif Guèye disparu en 2008, dans un accident de la route et qui est l’auteur de la proposition de la loi qui porte son nom.

‘’On a beaucoup apprécié l’intervention du conférencier qui a compris qu’il faut apporter des réponses pour attirer l’attention des autorités sur la nécessité d’atténuer les peines pour les jeunes en possession de deux ou trois cornets de chanvre indien’’, a-t-il expliqué.

Selon lui, ‘’dans l’esprit de la loi, ce ne sont pas les jeunes qui sont visés mais plutôt les gros trafiquants qui se servent de ces jeunes pour se faire de l’argent’’.

‘’Il y a des gens tapis dans l’ombre qui font tout pour qu’on enlève cette criminalisation mais nous notre souci, c’est de sauver notre jeunesse et beaucoup de familles sont disloquées, totalement désintégrées à cause de ce fléau’’, a encore soutenu Bamar Guèye.

Il a exprimé toute sa ‘’fierté qu’en son temps, l’ONG Jamra avait pris les devants pour proposer une loi de cette nature’’.

‘’Aujourd’hui que le Sénégal est agressé de tous les côtés, il faut qu’on frappe dur contre les narcotrafiquants mais qu’on puisse trouver des passerelles avec des mesures d’accompagnement pour la prise en charge de nos jeunes’’, a-t-il dit.

La loi Latif Guèye prévoit par exemple la même sanction aux articles 96 et 97 en matière de trafic international et trafic intérieur. Les peines encourues sont 10 à 20 ans de travaux forcés.




SOURCE:Aps
BS/AD






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image